Review

Sept ans après un premier opus qui avait marqué les esprits grâce à son histoire d’une rare intensité, son univers aussi dérangeant qu’inoubliable et son gameplay mixant allègrement Action-RPG et Manic Shooter, la licence NieR nous revient sous la bannière d’un autre développeur, PlatinumGames (Bayonetta) remplaçant au pied-levé un Cavia qui a mis la clef sous la porte. Rassurez-vous, c’est toujours le bien barré Yoko Taro (Drakengard) qui est aux commandes de ce projet promettant de supplanter son aîné sur tous les points. Mission réussie? Assurément, comme vous pourrez le constater dans notre Test Vidéo Complet de ce NieR: Automata qui devrait vous retourner l’esprit comme jamais!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 15,5/20

Avec comme maître-mot le 60 fps constant, PlatinumGames a du sacrifier un peu de la Maestria graphique que l’on est droit d’attendre des productions actuelles sur PlayStation 4, et encore plus sur Pro. De fait, clipping et textures légèrement au rabais viendront parfois sortir le joueur de l’immersion générée par l’incroyable univers issu de l’imaginaire déjanté de Yoko Taro. Fort heureusement, les nombreux effets spéciaux et la direction artistique rattrapent largement le tout et proposent très souvent des séquences visuellement choc qui marquent durablement la rétine du gamer, le soft adorant changer d’angle de caméra ou de filtre graphique pour magnifier son esthétique. Au final et malgré quelques passages qui donnent l’impression de jouer sur PS3, on ressort vraiment ébloui du spectacle.

Gameplay/Scénario: 18/20

L’histoire de NieR Automata est une véritable montagne-russe émotionnelle qui vous prend par les tripes dès la première minute pour vous retourner le cerveau en permanence avec un propos mature et des questions existentielles à même de vous faire réfléchir encore très longtemps après avoir coupé la console. Histoire d’impliquer le joueur comme jamais, le titre prend même un malin plaisir à briser régulièrement le quatrième mur, sans parler des différentes fins qu’il propose, toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Niveau gameplay, Platinum nous offre un système de combat rapide et nerveux basé principalement sur l’esquive et le switch d’armes à la volée, pour des chorégraphies guerrières aussi jouissives à regarder qu’à jouer. Le côté RPG, quant à lui, est assuré par un astucieux, quoiqu’un peu rébarbatif au départ, système de puces à équiper sur 2B et qui permet pas mal de folies, jusqu’à effacer purement et simplement votre HUD (Mini-Carte, Jauge d’énergie, …) pour maximiser vos dégâts, par exemple. On regrettera juste une map pas toujours très lisible et des objectifs de quêtes ainsi que des mécaniques de jeu qui auraient pu être un peu mieux expliquées. Qu’on se le dise: NieR Automata est loin de prendre le joueur par la main, mais les fans le savent déjà, et cela offre une belle liberté d’exploration en contrepartie!

Bande-Son: 19/20

Keiichi Okabe, déjà à l’oeuvre sur la cultissime bande-son de NieR, parvient à laisser libre cours à son génie et fait encore mieux que sur sa précédente oeuvre. De fait, les compositions de NieR: Automata sont aussi poétiques que dérangeantes, flirtant sans le moindre complexe avec tous les styles musicaux, les meilleurs morceaux étant sans conteste ceux interprétés par la douce et éthérée Amy Evans, dont le langage inventé aura tôt fait de vous amener au nirvana mélodique. Niveau doublage, on dispose d’une très bonne version anglaise, mais encore plus d’une excellente version japonaise. Le choix des armes, pour le bonheur de vos oreilles.

Durée de vie: 17/20

Comptez entre 20 à 30h de jeu pour voir l’ultime fin du soft, qui vous marquera comme jamais, le tout sans compter le pourcentage de complétion des quêtes annexes et les trophées (lesquels peuvent même être achetés avec de l’argent ingame), ainsi que les quatre modes de difficulté, le dernier d’entre eux ne vous permettant pas la moindre « touchette » ennemie.

Note Globale N-Gamz.com: 17,5/20

Si on pourra reprocher à NieR: Automata ses graphismes en deçà des grosses productions Next-Gen ainsi que son accessibilité un peu trop austère, le jeu de PlatinumGames parvient à magnifier un premier opus déjà culte, pour nous offrir une suite terriblement jouissive à jouer grâce à ses combats nerveux à souhait, son système de personnalisation poussé, son Open World plutôt vaste et sa galerie de personnages ultra charismatiques subissant une histoire aussi dérangeante que passionnante pour le gamer. Un must have pour les fans du premier et un titre que l’on vous recommande chaudement pour découvrir quelque chose de différent et moins conventionnel que les blockbusters actuels. Assurément inoubliable pour toute personne qui posera les mains dessus, la dernière oeuvre de Yoko Taro nous prouve à nouveau tout le génie de ce créateur… mais aussi sa folie contagieuse!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!