Review

Midway et Acclaim, géniteurs de la saga de baston gore phare des années 90, avaient connu un triste destin, plongeant la série Mortal Kombat dans une léthargie d’où n’émanait que des suites bâclées et loin du trip de série B kultissime pour lequel les vieux gamers dont je suis étaient tombés sous le charme. Tout semblait perdu pour Liu Kang et ses amis, mais c’était sans compter sur le génie de NetherRealm Studios et l’intelligence de Warner Bros Interactive, respectivement développeur et éditeur de ce Mortal Kombat Next Gen. Alléluia, mes frères : les têtes vont à nouveau se décapsuler, les bras vont s’arracher et le messie de l’ultra violence vient réclamer son dû, celui de Maître incontesté du « K »ombat gore !

Une véritable renaissance

Des fatalités bien gores vous attendent!

Mortal Kombat! Que ce nom évoque de doux souvenirs aux amateurs de jeux de combats décomplexés. Je me souviens encore avec émotion du nombre d’heures passées entre amis, sur ma Super Nintendo, à incarner Johnny Cage, le clone avoué de notre Jean-Claude Vandamme national (étant belge, ça me parle tout de suite^^). Quel bonheur d’arriver à la fin de chaque confrontation et d’entendre ces mots mythiques : « Finish Him ! ». Hop, ni une nie deux on entrait une combinaison de touches complexes et on appréciait avec un plaisir presque sadique le pauvre opposant se faire étêter par un uppercut bien senti, éventré face à un mur de piques, ou encore brûlé vif dans un bain d’acide…rah, j’en pleure encore tant tout le soft pouvait être pris au second degré (il valait mieux d’ailleurs, au vu de la violence qui y était présente). Qui plus est, le soft était graphiquement au top avec des personnages digitalisés d’acteurs réels, un must pour l’époque. Hélas, la faillite des développeurs à conduit la série dans les limbes de l’Enfer, et il aura fallu le talent de NetherRealm Studio pour ressusciter le « Tournoi du Monde Extérieur ».

Mortal Kombat sur PS Vita est donc un portage du soft sorti l’année dernière sur XBox 360 et PS3. On se retrouve donc en face d’un jeu de baston à 1 contre 1 ou 2 contre 2, en vue de profil, avec personnages et décors en 3D. L’histoire nous narre le combat qui opposent les défenseurs du Royaume Terre aux sbires du Monde Extérieur, ce dernier voulant envahir notre chère planète bleue. Bien évidemment, les Dieux Anciens ne l’entendent pas de cette oreille et décident d’organiser un Tournoi dont le vainqueur décidera de la destinée de toute l’Humanité. Déjà vu ? Oui mais pas d’aussi belle façon, la preuve dans ce qui suit

Un scénario de série B « K »ultissime !

Scorpion va basculer du côté obscur durant le mode story

Le soft vous propose différents modes de jeu, mais celui qui offre sans conteste le plus d’attrait n’est rien de moins que le mode scénario. S’étalant sur 16 chapitres et reliant chaque combat par des cinématiques travaillées et doublées en français, l’histoire se veut un hommage aux films de combats des années 90 justement, avec des personnages hauts en couleurs, des répliques absolument désopilantes (à côté de ça, Chuck Norris passe pour un Bozo le clown). Un régal pour qui sait prendre tout cela au second degré, d’autant que chaque chapitre vous met dans la peau d’un personnage différent, approfondissant la mythologie Mortal Kombat pour un final saisissant.

Passé les joies scénaristiques du soft, parlons donc des autres modes de jeu, en commençant par le classique mode Kombat, qui vous fera participer à 10 affrontements, seul ou à deux, le dernier vous mettant d’office aux prises avec Shao Khan. Chaque personnage dispose de sa propre fin, ce qui représente une excellente initiative. Vous pouvez également vous adonner à la trépidante Tour des Défis, qui vous propose 150 épreuves à combattant imposé. Cela va de la plus simple (« battez tel adversaire ») à la plus loufoque (« battez-vous avec une gravité inversée ») et incorpore également les fameux « TEST YOUR … » bien connus des fans>. En gros, il s’agit d’épreuve de forces ou d’adresse qui varient sensiblement le gameplay. De la variété bienvenue dans un genre qui a tendance à la répétition. Dernier mode de jeu notable, la Tour des Défis Bonus est un ajout de la version Vita et tire partie, aux travers de 150 défis également, des capacités tactiles de la console. Evitez des missiles en tapotant sur votre écran, secouez la Vita pour étourdir l’ennemi, … Idéal pour les sessions de jeu courtes. Enfin, un mode entraînement complet vous ouvrira les bras pour que vous puissiez maîtriser chaque personnage et chaque fatalité.

Un contenu titanesque.

Les attaques X-Ray sont juste hyper impressionnantes!

Car des personnages, il y en aura à maîtriser avec pas moins de 32 protagonistes, dont tous ceux faisant partie des DLC sur Next Gen. A vous l’indicible honneur de contrôler Freddy Krueger, Kratos, Rain ou Scarlet, sans parler des habituels héros ou vilains de la série: Liu Kang, Johnny Cage, Scorpion, Kitana, Sonia, …. Chaque protagoniste dispose de son style propre et vous trouverez forcément votre bonheur. La maniabilité respecte les codes de la saga, avec un système poing gauche/poing droit et pied gauche/pied droit, une projection et une garde. En plus des attaques classiques à base de arrière-avant-arrière (oubliez les quarts de cercles à la Street Fighter), vous bénéficierez d’une jauge de fury composée de trois segments, qui se remplit au fur et à mesure des coups donnés ou reçus. Chaque segment rempli vous permet d’effectuer une super attaque boostée. Si toute votre jauge est complétée, vous pourrez déclencher une fury Xray, véritable débauche de coups avec ralentis en mode rayon X. Idéal pour apprécier la mâchoire cassée ou les côtés fêlées de votre adversaire. Enfin, les traditionnelles fatalités répondent présentes en fin de match. A noter qu’il vous est possible de consulter les commandes d’une fatalité sur les trois, les deux autres étant à débloquer dans le menu Krypte.

Le mode Krypte, justement, va rendre fou les amateurs de collectionnites aïgue. A l’intérieur d’un cimetière, d’un marais ou d’un bois maudit, vous pourrez acheter via l’argent gagné en combat, des artworks, des tenues, des musiques et même des fatalités bonus. Le fun provient du fait qu’on ne sait jamais sur quoi on va tomber, et qu’il y a une quantité astronomique de choses à débloquer, dont des codes permettant, par exemple, de jouer avec des persos en SD. Autant dire que vous allez y passer un sacré bout de temps! Enfin, le mode Nekropolis vous permettra d’admirer chaque protagoniste, de consulter sa bio et de visionner les artworks débloqués. Plus complet que ça, tu meurs. 

Le verdiKt

Graphiquement, le soft est malheureusement à la ramasse…

Mortal Kombat semblait bien parti pour être un jeu « zéro défaut ». Fun, profond, complet et ultra jouissif, le soft pêche néanmoins par un problème de taille: ses graphismes. Les décors, certes, s’en tirent pas trop mal, mais les personnages sont tout simplement indignes des capacités de la Vita. Textures grossières, modélisation anguleuse et aliasing à outrance vont vous donner l’impression de jouer sur PSP. Quand on voit à quel point le jeu sur console de salon était beau à regarder, on ne peut qu’avoir une impression de beau gâchis…néanmoins, le titre est tellement agréable, fluide et technique à jouer que la pilule passe sans problème et qu’on se laisse happer par cet univers à la fois barbare et kitsch pour les nombreuses heures de jeu qu’il nous réserve. Une réussite!

Le vidéo-test

Réalisation: 11/20

Doté de cinématiques de toute beauté, d’une animation jamais prise en défaut et d’une patte artistique qui plaira aux amoureux de la franchise, le titre pêche malheureusement par ses graphismes indignes de la Vita, surtout au niveau des personnages qu’on croirait tirés d’un volet PSP. Dommage.

Gameplay/Scénario: 19/20

Même si certains critiqueront une maniabilité qui leur semble rigide car omettant tout quart de cercle, force est de constater que le gameplay de Mortal Kombat est rôdé à l’extrême. Le combo est roi est les contres, Fury X-Ray et Fatalités sont de rigueurs pour un soft très technique. Essayez de jouer online contre quelqu’un qui a de l’expérience et vous verrez qu’on ne peut gagner par simple chance. Le scénario, quant à lui, est juste anthologique et ravira les amateurs de séries B et de second degré. Enfin, le fait que chaque personnage dispose de sa propre fin en mode Kombat achève le travail de la plus brillante des façons

Bande-Son: 17/20

Des musiques travaillées et très agréables, des bruitages qui font froid dans le dos lors des fatalités ou fury X-Ray et un doublage français lors du mode histoire qui va vous rappeler les meilleurs films de Chuck Norris, tout sonne décidément juste dans ce Mortal Kombat. Mini bémol, les dialogues en combat sont restés en anglais, donnant lieu à quelques bugs lorsqu’ils s’imbriquent dans le mode scénario qui est, quant à lui, doublé.

Durée de vie: 19/20

Vous allez passer un nombre d’heures incalculables pour terminer le soft à 100%. Avec 32 combattants à maîtriser, un mode histoire long et passionnant, deux tours des défis dont une tirant parti des capacités de la Vita et une krypte qui vous offre plus de 300 bonus à débloquer, vous n’êtes pas prêt de voir le bout du jeu. Et le must, c’est qu’on ne s’ennuie jamais.

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

On ne va pas passer par quatre chemins: Mortal Kombat est tout simplement le meilleur soft de combat sur PS Vita. Complet, fun, intéressant et ultra gore, le jeu ne nous prend clairement pas pour des pigeons et fait plaisir aux fans de la première heure comme aux nouveaux venus. Dommage que les graphismes ne soient pas au niveau, mais rien qui puisse vous empêcher d’acheter ce titre qui fait partie des must have de la console, au même titre qu’un Uncharted! NetherRealm Studios et Warner Bros ont accompli un exploit en redonnant vie à cette franchise, alors ne boudons pas notre plaisir!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!