Review

Sorti sur Wii U et 3DS il y a quatre ans de cela, Hyrule Warriors emmenait les joueurs dans un pur Musou reprenant les mécaniques des Dynasty Warriors au cœur de l’univers de la licence de The Legend of Zelda. Une recette qui a très bien fonctionné en 2014 et qui débarque aujourd’hui dans une nouvelle version histoire de suivre, sans doute, l’effet Coupe du Monde 2018 (oui, 2014-2018, tous les quatre ans, on verra en 2020 m’voyez…). Alors ce cru Switch lancé le 18 mai prochain, ça donne quoi ?

Un saut dans le temps

« Les ténèbres veulent à nouveau s’emparer d’Hyrule »

S’il y a bien une chose qui n’a pas changé en quatre années pour ce portage d’Hyrule Warriors, c’est bien son développeur et son éditeur ! Ainsi, on retrouve dans le premier rôle Omega Force, heureux « papounet » des diverses licences de Musou que l’on aime et adore depuis des décennies telles que les Dynasty Warriors notamment, tandis qu’à l’édition on retrouve à nouveau le binôme Nintendo et Koei Tecmo. Une équipe gagnante s’il en est.

Pour ceux qui n’auraient jamais approché de prêt ou de loin les versions 3Ds ou Wii U de Hyrule Warriors, un petit rappel des événements s’impose. La belle Zelda et sa capitaine de la garde Impa matent leur contingent de soldats (de façon professionnelle, bien entendu!) quand l’un d’eux se détache clairement du lot. Vous l’avez deviné, c’est notre Link international ! Un héros qui va vite retrouver sur son chemin de sombres forces et une armée immense cherchant à s’emparer d’Hyrule. Vous allez donc incarner toute une troupe de personnages mythiques de l’univers de The Legend of Zelda afin de botter les fesses de vos ennemis, vivants ou morts!

Au casting : du beau monde !

« Un casting de choix pour un Musou pur souche »

29 personnages sont ainsi présents afin de proposer un choix de gameplay évitant toute redondance, et parmi eux on retrouve : Link, Zelda, Linkle, Midona ou encore le redoutable Ganondorf ainsi que le mystérieux Sheik. Si, dans la version originale du soft, certains persos n’étaient accessibles que via DLC, dans cette Definitive Edition, tout le monde est présent sans avoir à remettre la main à la poche.

Aussi, que vous soyez du genre à affectionner les combattants à distance ou les pros du corps à corps, des lourds et destructeur ou les légers et rapides… Hyrule Warriors vous proposera forcément des protagonistes qui vous raviront ingame. De plus, le marché permet d’équiper tout ce beau monde, de le faire évoluer ainsi que de débloquer de nouvelles techniques histoire de personnaliser encore un peu plus son protagoniste préféré.

Entre challenge et détente…

« Les fans du genre retrouveront vite leurs marques »

Hyrule Warriors repose sur les mécaniques de gameplay classiques des Musou : attaque rapide, attaque plus destructrice, défense et coup spécial nécessitant le remplissage d’une jauge pour s’activer. Les habitués du genre ne seront donc pas perturbés le moins du monde, et les novices non plus tant la prise en main se fait rapidement, comme pour tous les softs du genre. Entre prise de Forts, Domination sur l’armée ennemie, Destruction de Bosses et Protection d’Unités, tout est fait pour que le titre s’intègre sans soucis dans la digne ligné des beat’em all made in Omega Force.

Divers modes de jeu sont disponibles pour varier les plaisirs : le mode Légende qui vous emmènera, au fil des chapitres, parcourir le scénario pensé pour cet opus; le mode Libre qui permet au joueur de se refaire les chapitres avec le perso de son choix; le mode Aventure qui nous entraîne sur des cartes inspirées des premiers opus de la licence TLoZ et où la nostalgie des pixels s’emparera du joueur; enfin, le mode Défi qui porte bien son nom puisqu’il propose d’enchaîner les performances afin de faire grimper les scores.

Esthétisme made in 2K18

« Visuellement, le titre envoie du lourd, aussi bien en dock qu’en portable »

Alors comment se pose notre version Switch sur le plan technique ? Et bien… merveilleusement bien ! En mode console de salon, le soft est plus que joli, vraiment retravaillé au niveau des textures et modélisations, ultra fluide et lumineux. Une vraie pépite dynamique qui n’a rien à envier au très charmant Fire Emblem Warriors. Les couleurs sont saisissantes, pas de lags à déclarer, pas de bugs, c’est au point. Et si vous êtes du genre à préférer la console en mode portable pour vous promener tout en embarquant vos folles aventures avec vous, sachez que la qualité est tout autant au rendez-vous, on perd juste un poil en rapidité et fluidité.

Le level design, quant à lui, est joliment pensé et parvient à ne pas tomber pas dans la redondance intra-scénarios bien que, ne nous voilons pas la face, nous reverrons forcément les mêmes maps encore et encore d’un mode de jeu à l’autre. La bande-son, de son côté, est de bonne facture même si les mélodies ont tendance à tourner en boucle un peu trop souvent. Alors oui, j’adore les musiques de TLoZ mais mon cerveau possède aussi ses limites quant à la lobotomie, même si l’on est loin d’un Atelier ou de la Maison du Style sur ce point. Les bruitages, pour leur part, sont convaincants et toujours bien calés, et les doublages directement issus de la licence, fan service oblige.

Un remake au poil !

« Cerise sur le gâteau, le mode deux joueurs en splitté, chacun avec un Joy-Con »

Hyrule Warriors était un soft abouti et séduisant à sa sortie sur Wii U et 3DS, mêlant deux univers totalement différents pour permettre aux fanas de deux licences diamétralement opposées de se rencontrer sur un même terrain pour découvrir de nouvelles mécaniques de jeu sur un fond scénaristique abouti. Et bien dans sa version 2018 sur Swich, on voit clairement que les développeurs ont tenu à ce que les joueurs retrouvent ce plaisir de 2014 dans une version plus propre, plus soignée, plus actuelle. Le contenu est ultra complet, techniquement léché, et que l’on soit un adepte de la version originale ou simplement intrigué de cet étrange mélange alliant Musou à la saga Zelda, ce Hyrule Warriors Definitive Edition occupera pendant des dizaines et des dizaines d’heures même si on regrettera quand même son manque réel d’innovations par rapport à son modèle, un constat qui peine un peu à justifier un prix plein de 60€, même si la possibilité de jouer à deux avec une seule Switch a de quoi nous hyper pour le coup!

La Bande-Annonce

Réalisation: 17/20

Le titre est fluide, dynamique, ultra coloré et plein de peps, que demande le peuple ? D’arrêter avec cet affichage des ennemis tout moche au loin maybe, une signature de Omega Force que l’on retrouve dans tous les softs de ses diverses licences. Sinon, la qualité est au rendez-vous, peu importe de quelle façon on utilise sa Switch. Le plaisir visuel est omniprésent et l’absence de bugs ou de lags ne fait que renforcer l’impression de soin apportée par les développeurs. Du beau boulot.

Gameplay/Scénario: 15/20

Bien que l’on connaisse le scénario, il est toujours aussi plaisant à parcourir quelques années plus tard sans être aussi épique que ce qu’on l’on aurait attendu d’un soft issu de TLoZ. Le gameplay est agréable même si, en quatre ans, les Musou d’Omega Force ont énormément évolué, apportant avec eux leur lot de nouveautés. Il aurait peut être fallu les inclure dans ce Hyrule Warriors… En attendant, la possibilité de jouer à deux sur un seul écran Switch, chacun avec un Joy-Con, peut être soulignée et pourrait relancer votre intérêt grâce au côté portable de la machine.

Bande-Son: 15/20

Agréable et reprenant les musiques classiques des softs issus de la licence de Zelda et sa légende, la bande-son se laisse écouter avec plaisir au départ, mais devient un peu redondante sur le long terme. Les bruitages sont convaincants et relativement bien calés tandis que la voxographie est bonne, même si loin d’atteindre le niveau épique du dernier Zelda en date: Breath of the Wild.

Durée de vie: 17/20

Plus qu’honnête ! Entre les scénarios et les modes de jeu à foison emplis de cartes et batailles gonflant la durée de vie de façon considérable, on a de quoi faire !

Note Globale N-Gamz: 16/20

Que l’on ait eu le plaisir de connaitre le soft original ou non, si l’on est un fana de Musou, Hyrule Warriors est à posséder dans sa bibliothèque de jeux vidéo Switch ! Pour les adorateurs de Link et Zelda, je serais plus mesurée dans mes propos car le style beat’em all massif pourrait ne pas convenir forcément à des fanas de RPG pur et dur. La Switch se pose en tous cas comme un support tout à fait adapté au genre ! Entre Fire Emblem Warriors et Hyrule Warriors : Definitive Edition, Omega Force nous montre sa capacité d’adaptation. Mais si le canevas graphique « animé » sied avec un  certain talent à la console de BigN, qu’en sera-t’il pour le prochain Warriors Orochi prévu sur cette dernière, avec ses visuels plus proches des sagas Dynasty, All Star ou encore Samurai ? Nous sommes curieux de le découvrir ! En attendant, faites-vous plaisir avec le titre objet de ce test, vous ne serez pas déçu! 



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !