Review

Fire Emblem revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus sur Switch ! Après le Dynasty Warriors-like, cette fois nous avons droit à un vrai retour aux sources pour la licence mythique du Tactical-RPG japonais. La stratégie fait donc son come-back, se voulant néanmoins plus accessibles pour s’ouvrir à un public nouveau tout en comblant les fans de la première heure. Un défi qui pourrait se révéler difficile à relever. Alors êtes-vous prêt à vous mettre dans la peau d’un professeur hors normes ? Dans ce cas, embarquez avec nous dans le tout chaud de Fire Emblem – Three Houses ! 

Le choixpeau doit parler ! 

« A vous de choisir la maison à la quelle vous enseignerez! »

Ce Fire Emblem n’a jamais aussi bien porté son nom : Three Houses pour trois maison étudiantes, chacune d’entre elle dépendant d’un pays, d’une famille de sang noble avec à sa tête le fier descendant de la dite lignée. Vous commencez donc votre épopée en choisissant le sexe de votre héros, fils ou fille du puissant et renommé Jeralt, ancien de l’ordre de Seiros, devenu mercenaire après la mort de sa femme. En promenade de santé, père et progéniture se retrouvent à sauver les fesses d’étudiants de l’académie d’officiers située au monastère de Garreg Mach. C’est ici que votre vie va changer: entre une petite voix du nom de Sothis qui s’installe dans votre tête et de nouvelles alliances en perspective, vous partez en route pour l’académie. L’archevêque Rhéa vous proposer sur place de devenir le professeur attitré de l’une des maison. Façon Harry Potter, il va donc falloir faire la connaissance des élèves afin de voir qui vous désirez prendre sous votre aile !

Commençons donc avec les Aigles de Jais, avec à leur tête la ravissante et dangereuse Edelgard, future impératrice d’Adrestia. Nos petits aigles proposent majoritairement des mages puissants. Du coup, si vous recherchez des chevaliers, des vrais, des forts, vous irez certainement jeter un œil du côté des Lions de Saphir. Le digne représentant de cette maison n’est autre que le prince Dimitri du Saint Royaume Faerghus. Mais comme vous êtes, nous le savons, des personnes aux goûts sûrs et certains, on sait à la rédac que votre cœur penchera forcément comme nous pour les Cerfs d’Or (comment ça je ne suis pas objective ?) ! Les meilleurs archers sont cachés dans les rangs de cette maison dirigée par Claude, héritier de l’Alliance de Leicester. Et si vous avez un coup de cœur pour tel ou tel étudiant(e) qui n’est pas dans la maison qui vous fait du pied ? Pas de panique! Vous pourrez aller le débaucher si vous remplissez les conditions qu’il demande. Votre choix ne vous ferme donc absolument pas l’accès aux autres recrues.

Entre enseignement, cour de récré et bagarre…

« Ce Fire Emblem regorge d’activités annexes! »

Votre vie de tout jeune enseignant va être rythmée par plusieurs phases de jeu. La première sera votre journée de départ de la semaine, consacrée à la direction de l’apprentissage de vos étudiants. Vous allez pouvoir vous lancer dans du tutorat afin de faire monter leurs compétences (si vous êtes du genre flemmard, l’option automatique est possible). Il va falloir aussi planifier quelles matières ils doivent bosser et mettre deux élèves sur des corvées, qui au passage montent des compétences elles aussi. Sur la semaine, des événements ont lieu: des anniversaires, des étudiants ou des professeurs qui désirent vous parler, … autant dire que le temps fil mais qu’on ne s’ennuie pas ! Vient enfin le week-end, et là plusieurs choix s’offrent à vous : assister à un séminaire afin de monter vos skills, se lancer dans une bataille pour le bien d’une quête ou pour le plaisir d’aller fracasser des têtes avec nos élèves (c’est frais et bucolique) ou encore se promener dans le monastère.

Et autant dire que si vous prenez cette option, il y a de quoi faire ! Entre tout le petit monde qui circule à Garreg Mach et qui a envie de taper un brin de causette, les missions que l’on va vous confier, les objets trouvés à rendre à leur propriétaires, il y a déjà du boulot, mais sachez qu’en plus de ça vous allez pouvoir jardiner, vous aérer l’esprit en péchant dans l’étang de l’académie ou encore partager un repas avec vos élèves. On pourra aussi se prendre d’affection pour la restauration des statues des Saints qui veillent sur nos chères têtes blondes ou encore chanter pour la chorale de la cathédrale. En clair, on ne manque absolument pas de diversités d’occupation, et on aimerait presque avoir plus de week-ends afin de profiter un peu plus de ces temps de détente ou de batailles, gros morceau du soft que l’on va attaquer désormais !

Chéri, ça va cogner ! 

« Les combats sont plus accessibles au début, mais il faudra vite spécialiser vos unités »

Parlons peu, parlons bien, ce qui nous intéresse dans Fire Emblem, outre ses scénarios toujours dingues, ce sont bien les phases de batailles au tour par tour qui chauffent nos petits doigts ! On retrouvera bien entendu les classes que l’on connait et que l’on pourra faire évoluer par le biais des études de nos jeunes élèves afin de viser des certificats plus efficaces. Il va falloir gérer la durabilité de vos armes, le repos ou la réparation d’armes légendaires, le déploiement de vos petites unités, bref tout ce que l’on a l’habitude de faire. Entre équipement et compétences, il sera bon de se la jouer stratégique histoire de détruire les armées ennemies, faire avancer vos étudiants tout en leur faisant prendre une masse d’expérience, sans oublier de prendre en compte le terrain sur lequel vous évoluez. Se cacher dans la forêt afin de se mettre à l’abri ou alors se méfier de ce lourd brouillard dans lequel des ennemis pourraient se planquer.  Vous vous rappelez d’ailleurs de cette petite voix dont je vous parlais ? Sothis ? Et bien elle peut vous sauver les fesses au combat ! En effet, si la situation vous mène à votre perte, un retour dans le temps est possible afin de revenir au moment fatidique où une seule décision a pu tout faire capoter ! Cependant, cette « Impulsion Divine » est à usage limité, alors méfiance !

Bien entendu, il faudra vite spécialiser vos élèves afin d’avoir sur le terrain aussi des mages que des combattants à distance ou des experts du corps à corps. L’hétérogénéité est donc de mise mais il sera toujours bon de monter des compétences annexes chez tous vos élèves afin qu’ils ne se retrouvent pas dépourvu si une arme vient à leur casser entre les mains par exemple. De même, afin de faire toujours plus de dégâts il est possible de faire appel à des escouades que l’on aura affectées à nos élèves avant le combat dans le but de ravager les ennemis sur plusieurs lignes mais aussi de préparer vos protégés à leur futur rôle d’officier. Les relations entre vos élèves vont aussi évoluer sur le champ de bataille et vous pourrez déclencher la compétence « rallier » afin de renforcer le lien affectueux qui les lient entre eux mais surtout décupler la puissance des bonus tactiques. Vous l’aurez compris, les combats sont toujours aussi léchés et exigeants dans ce Three Houses. Un vrai petit bonheur, bien que très accessible aux nouveaux venus et expliqué avec clarté et sans trop de blablas assommants. D’ailleurs cette accessibilité a fait disparaître le sacro-saint Triangle des Armes, pourtant si cher à la saga, au profit de rixes un peu plus réalistes basées sur les stats des persos. Certains fans crieront au scandale mais honnêtement, ça passe plutôt bien au final!

Un jour je serai le meilleur professeur ! 

« Visuellement, le titre est convaincant mais pas aussi bluffant qu’escompté »

Fire Emblem a réussi à se mettre la page technique en se dégageant de son idendité 2D sur le champ de bataille, tout en nous proposant des graphismes plus actuels, mais s’ils ne tombent pas dans la beauté suprême hélas. Les cinématiques sont, quant à elles, toujours aussi belles et travaillées tandis que la bande-son signée Takeru Kanazaki nous emmène dans une ballade épique dont la gravité se ressent musicalement au fil de notre avancée. Les notes et mélodies sont ainsi toujours choisies avec finesse. Le doublage, de son côté, est proposé en japonais ou en anglais, et les deux versions sont bonnes avec un voice acting bien souvent très juste, rarement surjoué et des sous-titres FR qui collent à ce que l’on nous raconte. Il va cependant falloir une grosse envie de lecture car les dialogues sont nombreux et au cœur d’un développement scénaristique fort qui met du temps à se mettre en place… mais ne fait que gagner en gravité et qualité par la suite! L’investissement en temps vaut le coup, on vous le garantit!

Le développement de nos relations avec nos élèves et les membres de l’académie nous permet d’ailleurs d’admirer la qualité de rédaction des scénaristes. Lorsque l’on pense avoir identifié le cliché dans lequel on va pouvoir caser tel ou tel personnage, on se prend toujours un revirement de situation. C’est donc un plaisir réel de fouiller dans la personnalité de tout ce petit monde. On s’attache rapidement et on profite d’une aventure menée avec brio dans des décors agréables à l’œil , même s’ils auraient pu être un poil plus poussés (mais c’est vraiment pour chipoter). Pas de lags, pas de bugs croisés en route. Tout au plus notera-t-on que le soft à tendance à faire légèrement chauffer la console en mode portable, mais rien d’aussi marquant que Dragon Quest Builders 2 par exemple.

Encore un quasi perfect pour la licence ?

La saga Fire Emblem ne cesse de nous faire voyager dans des univers prenants, accompagné de personnalités diverses mais toujours uniques et attachantes. Afin de marquer son empreinte sur la Switch, la licence fait cependant peau neuve esthétiquement tout en continuant à nous faire rêver avec des cinématique dingues de beauté. Outre le contexte géopolitique très développé, le scénario de cet opus offre un contenu gigantesque bien pensé et abouti dans lequel on adore se perdre pendant des heures. On adore notre nouvelle fonction de professeur. On apprécie chacune des activités proposées (oui, même prendre le thé) et on aime plus que tout ce gameplay solide mais qui a su s’agrémenter de nouveautés pour cet opus. Une réelle petite bombe que tout joueur de J-RPG Tactical se doit de posséder ! Les nouveaux joueurs seront les bienvenus eux-aussi grâce à une difficulté revue légèrement à la baisse, même si une mise à jour va la faire monter d’un cran pour les hardcore gamers sous peu! Pas d’excuses donc, filez rejoindre les contrées de Fodlan !

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

Charmant et charmeur, Three Houses apportent son lot de nouveautés visuelles bien que l’on aurait adoré voir un upgrade graphique plus conséquent. Les cinématique et animations sont heureusement plus que soignées et s’avère être un pur plaisir à admirer. Du grand Fire Emblem sur le plan artistique autant que sur le chara design.

Gameplay/Scénario: 19/20

Le scénario de Three Houses ne nous met pas une pression émotionnelle directe comme l’avait si bien fait Fates par exemple. Non, ici les enjeux se dessinent progressivement, la tension monte dans un rythme soutenu et les imbrications géopolitiques montrent le soin assez fou qui a été utilisé dans la réalisation du scénario. Certains regretteront peut-être la pléthore de textes à lire, mais d’autres adoreront. Niveau gameplay, le titre reprend les bases fondatrices solides de ses aînés, mais entre les reliques, les escouades, les classes plus poussées, la mise en avant des capacités et l’abandon du système de triangle des pouvoirs, autant dire que c’est l’éclate totale !

Bande-Son: 18/20

Voice acting dingue, anglais et japonais dispo, soft intégralement sous-titré en français, intégralement doublé… Du grand, du lourd, de la qualité on vous dit ! L’ambiance musicale est tout aussi excellente et on regrettera juste la redondance de certains thèmes.

Durée de vie: 18/20

Inquantifiable. Sûrement des centaines d’heures selon votre attachement et votre acharnement. Comptez cependant plus de 80 heures facile si vous vous contentez d’un seul scénario sur les trois proposés.

Note Globale N-Gamz.com: 18,5/20

Une bombe, une perle, bref un must have ! La saga Fire Emblem déçoit rarement, c’est vrai, mais avec Three Houses la licence parvient à respecter ses fondations tout en proposant des nouveautés toujours bien implantées de façon intelligente. Des ajouts de valeur que les joueurs apprécieront sans aucun doute. Grâce à son scénario finement tissé, ses cheminements tortueux et ses protagonistes attachants aux personnalités ultra diversifiées, on aime se perdre dans les dédales de l’histoire de cet opus. Plus accessible afin d’attirer un public différent tout en proposant un contenu qui ravira les fans de la première heure, Three Houses possède tout ce que l’on pourrait attendre d’un Fire Emblem, avec ce petit plus agréable qui lui fait frôler la perfection. 



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !