Review

Cartoon Network est l’une des chaînes emblématiques de diffusion de dessins animés, qui recommence d’ailleurs peu à peu à proposer du contenu de qualité après un sacré passage à vide. Ainsi, après les mythiques Super Nanas ou encore le déjanté Laboratoire de Dexter, on retrouve enfin sur les ondes des héros charismatiques plébiscités par le public. Ce sont ces derniers que le studio Magic Pockets a choisi de mettre en avant dans son nouveau jeu : Cartoon Network Battle Crashers sur PS4 et Nintendo 3DS. « Nomade Attitude » oblige, place au test de cette dernière version !

Six dessins animés pour un seul jeu

« Les nouveaux héros de Cartoon Network prêts à tout casser! »

Cartoon Network Battle Crashers (CNBC) est assez simple dans son style de jeu puisqu’il s’agit d’un beat’em all tout à fait basique mâtiné d’un petit côté aventure 2D. Vous progressez au travers de six mondes, un pour chaque héros jouable, divisés en plusieurs niveaux. L’histoire est classique : Uncle Grandpa a créé accidentellement une faille temporelle, mélangeant ainsi les univers des dessins animés de Cartoon Network tout en y libérant une foule de monstres. Votre mission : arpenter ces dimensions à la recherche d’une solution pour tout remettre en ordre, en fracassant du pas beau à tout va!

Niveau casting, on retrouve ainsi Clarence, du dessin animé éponyme, Finn et Jake d’Adventure Time, Gumball du Monde Incroyable de Gumball, Rigby et Mordecai du Regular Show, Steven de Steven Universe et enfin Uncle Grandpa de… Uncle Grandpa. Ces animés, bien qu’enfantins au premier abord, sont pour la plupart dotés d’une double lecture et proposent un contenu très profond et mature au final. Au-delà du jeu d’ailleurs, ces cartoons méritent clairement d’être visionnés et risquent même de vous surprendre… Avant de vous rendre accro !

Comme à la télé

« Visuellement, le titre est totalement fidèle aux dessins animés originels »

Graphiquement, les personnages de CNBC sont au top. Ils sont véritablement sortis de leur dessin animé respectif et très bien reproduits en 2D. Les six mondes, correspondant également aux six univers cartoonesques, sont tout aussi fidèles à leurs modèles crayonnés et c’est un plaisir de retrouver la longue plage de Beach City, l’école d’Elmore, le monde givré du Royaume des Glaces et bien d’autres. On regrette cependant que cette richesse ne soit qu’une façade, les niveaux finissant par être diablement semblables les uns aux autres dans leur déroulement. Notons également que, techniquement, le soft est un portage d’un titre PS4, et cela se ressent par instant mais c’est loin d’être gênant : tout reste très fluide et assez beau pour de la 3DS.

Un effet de profondeur est par ailleurs également implanté dans le titre et jouit de la 3D stéréoscopique. De fait, même si le plus gros des mouvements sera réalisé sur les axe x et y, vous et vos ennemis avez également la possibilité de vous déplacer devant ou au fond de l’écran. Bien sûr, dans un monde parfait, cela aurait dû être un ajout pratique, permettant plus de subtilité pour le gameplay. Mais dans les faits, cette perspective n’est pas gérée au mieux et l’on a souvent du mal à vraiment percevoir à quelle distance se trouve tel ennemi ou tel obstacle. Vous tomberez donc fréquemment au sol, pensant avoir visé une corniche en hauteur, ou vous prendrez en pleine face un coup adverse alors que vous étiez persuadé de l’avoir évité. Rageant.

Une jolie façade mais aucun contenu

« Six mondes pour un gameplay terriblement répétitif, voire même bancal par moments »

Si les premières minutes, on est ravi de retrouver des héros que l’on adore, l’effet s’estompe hélas rapidement. Ainsi, les six personnages jouables sont malheureusement très fades. Ce ne sont véritablement que des marionnettes que vous dirigez. En effet, bien qu’ils possèdent des attaques personnalisées, leur correspondant plus ou moins, ils n’ont pas été dotés de personnalité propre, n’ont aucune réplique, aucune consistance scénaristique. Pourtant, lorsque l’on connaît les séries, on sait que les protagonistes sont très riches et possèdent des histoires fantastiques. Quelle déception de ne pas en découvrir plus sur eux ! On aurait aussi aimé des petits passages de l’animé en guise de cinématiques pour permettre aux connaisseurs de se replonger dans des épisodes phares, et aux nouveaux venus de découvrir un peu Cartoon Network.

De plus, tout le budget des droits d’auteurs étant passé dans les personnages et les univers, il faudra se contenter d’une bande-son toute neuve, créée uniquement pour l’occasion. On regrette du coup énormément les musiques peps propres à chaque dessin animé, particulièrement les mélodies de Steven Universe, composées et chantées par des musiciens talentueux, ou encore les chansons loufoque de Gumball, débordantes d’imagination.

Un gameplay pas toujours au top

En soi, le contenu de CNBC est plutôt faible, et surtout assez répétitif. On ressent trop que le soft a été tiré en longueur afin d’approcher péniblement (et trèèès difficilement) des 10h de jeu. En effet, de temps en temps, à la fin de certains niveaux, la victoire vous sera refusée sous prétexte que vous aurez besoin d’un objet X ou Y. Certes, les quêtes pour récupérer ces items sont classiques, mais quand vous avez la sensation d’avoir traversé un stage complet pour rien, celles-ci deviennent rapidement frustrantes.

Le niveau de difficulté, quant à lui, est très aléatoire ! Si, pendant toute la première partie du jeu, il est relativement facile de terminer les tableaux (même en se jetant à corps perdu dans une foule d’ennemis), ça se corse bien plus par la suite. Les boss deviennent surpuissants et les éléments se déchaînent. Dans le monde du Royaume des Glaces, par exemple, une vague de gel débarque de temps en temps et vous blesse énormément. Le seul moyen de l’éviter, c’est de se mettre en hauteur en anticipant son arrivée. En effet, elle arrive avec un bruit typique… Mais tout semblerait encore trop trop facile pour les devs si on laissait ce principe tel quel ! Alors de temps en temps, vous entendrez cette fameuse annonce de vague, vous faisant paniquer… Et puis rien derrière ! De la même façon, certains tsunamis glacés débouleront… sans le moindre bruit! Aaah, s’il y a bien une chose qu’on apprécie encore plus que des mondes en boucle, ce sont des mondes en boucle illogiques, non ?

Syndrome du jeu à licence ?

Comme on pouvait s’en douter, Cartoon Network Battle Crashers n’est pas un jeu fantastique mais juste une tentative de vendre un soft très moyen en utilisant des noms et des visages connus et appréciés du public. A un prix abusif de 30€ pour un contenu très faible, il ne vaut pas véritablement la peine d’être acheté. Son seul potentiel : occuper quelques heures votre petit cousin pas très doué en jeux vidéo et pas trop regardant sur la qualité. Honnêtement, en tant que fan de la chaîne, la simple possession du titre pour votre collection peut être une satisfaction suffisante, mais sachez que vous ne prendrez que peu de plaisir à retrouver vos héros favoris.

La bande-annonce

Réalisation: 16/20

Des personnages sortis directement de votre télévision et des décors détaillés et parfaitement en accord avec chaque série, voilà qui fait plaisir à voir. Un soin certain a été apporté aux héros en 2D, qui sont très réussis. Si on peut remarquer qu’il s’agit d’un portage d’un titre PS4 à certains moments, cela n’est aucunement gênant.

Gameplay/Scénario: 08/20

On ne peut pas vraiment dire que les développeurs se sont foulés pour le coup. Une histoire presque inexistante, des niveaux excessivement répétitifs, … On a vu mieux comme ingrédient pour un jeu réussi. Soulignons tout de même le travail apporté aux attaques des personnages, plutôt convaincantes et correspondant à chacun.

Bande-Son: 10/20

Sans aller jusque dire que la bande-son est mauvaise, on regrette énormément qu’aucune musique des six dessins animés représentés ne soit au programme ! On aurait aussi aimé entendre les voix originales, que ce soit en anglais ou en français. Les bruitages, heureusement, sont plutôt sympathiques.

Durée de vie: 10/20

On retrouve malheureusement un contenu assez pauvre dans ce Battle Crashers. Malgré l’existence de 18 niveaux, ceux-ci sont très semblables et répétitifs. Même en tirant en longueur et en refaisant plusieurs fois les mêmes niveaux à cause d’un choix de gameplay hasardeux, on atteint péniblement un nombre d’heures… assez faible au final.

Note Globale N-Gamz.com: 10/20

Une jolie réalisation et un concept sympathique : CNBC avait tout pour être un petit beat’em all fun et sans prétention. Malheureusement, on passe à côté de l’effet fanservice tant cela manque de références aux dessins animés phares de Cartoon Network, sans parler des nombreuses incohérences de  gameplay et de la répétitivité qui rendent l’expérience tout de suite beaucoup moins agréable.



About the Author

Amy
Amy
Gamer girl et otaku dans l'âme, j'ai fait du fansub -aux postes de traductrice/checkeuse- pendant plusieurs années. A la fin de mon anime favori (R.I.P. Bleach), j'ai lentement décroché ; et depuis, j'ai erré sur le net ... Jusqu'à ce que je trouve N-Gamz ! Un site qui me permettrait de partager ma passion non plus de la japanim, mais des jeux vidéos avec un public ; parfait ! Je vais donc mettre tout mon petit coeur dans mes articles et tests, en espérant qu'ils vous plairont ! Random fact : je fais un délicieux brownie