Review

Sorti il y a deux ans sur PlayStation 3, Xbox 360 et PC, le poético-mélancolique Brothers : A Tale of Two Sons, nous revient lifté graphiquement sur Next-Gen pour tenter de séduire les joueurs qui seraient passé à côté… et dont je fais partie (oui, j’ai honte). L’occasion pour moi de rattraper mon retard et surtout… de vivre une aventure qui va marquer mon cœur de gamer.

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 15/20

Les textures ont été retravaillées par rapport au matériau de base, les traits sont plus fins et on ne note aucun tearing ou lag. Cependant, la modélisation des personnages pourra vous paraître plutôt simple, tout comme leurs mouvements un peu robotisés. Il n’empêche, Brothers brille surtout par sa direction artistique de haute volée qui nous plonge en plein cœur d’un conte nordique, nous proposant parfois des visuels somptueux au travers d’une mise en scène vraiment inspirée. Un voyage onirique aux relents d’injustice et de tristesse que l’on emprunte pourtant les yeux plein d’admiration.

Gameplay/Scénario: 15/20

La façon de manipuler le soft est novatrice puisqu’il vous fait diriger chaque personnage avec un stick différent et ne nécessite qu’un bouton par héros pour réaliser les diverses actions prévues dans le jeu. Les énigmes sont bien pensées et mettent largement à profit la complémentarité entre les frères, mais on regrette leur caractère trop abordable. Néanmoins, les développeurs parviennent souvent à nous surprendre en renouvelant sans cesse le gameplay. Niveau scénario, le titre fait très fort puisqu’il nous livre un récit épique sans aucune parole compréhensible, et le fait de fort belle façon.

Bande-Son: 18/20

Les musiques donnent clairement le ton de ce récit fantastique, avec des cœurs épiques, des rythmes tonitruants et une vraie invitation au voyage. On apprécie franchement l’évolution des nappes sonores, qui tendent de plus en plus vers l’effrayant et la tristesse au fur et à mesure de l’avancée. Les bruitages, quant à eux, sonnent justes et les dialogues, parlés dans une langue inventée, finissent par s’imprégner en nous, un peu à la façon d’un Ico.

Durée de vie: 12/20

Pour un peu moins de 15 Euros, le titre n’offre que trois heures maximum de durée de vie et aucune replay value. Pas de bonus à récolter, trop peu d’événements annexes à vivre, vous restez bien trop dans les rails que les développeurs ont tracé, mais l’intensité du récit est à ce prix. Dommage que la difficulté des énigmes n’ait pas été plus poussée, d’autant qu’au vu des mécanismes de gameplay inventés par les développeurs, il y a avait vraiment de quoi griller nos neurones pour la bonne cause.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

S’il n’y avait cette fichue durée de vie et ces énigmes trop simplistes, Brothers : A Tale of Two Sons aurait été un incontournable du monde vidéoludique. Il s’avère qu’en l’état, il représente quand même une incroyable ode au voyage onirique proposant un système de jeu ingénieux et des visuels saisissants. Le soft de Starbreeze a marché sur les traces de Ico ou Journey, et me laissera un souvenir impérissable pour ça, malgré son prix un peu prohibitif.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!