Review

Trilogie PC de point & click paranormaux à l’ambiance Lovecraftienne, la saga Black Mirror a vu le jour en 2003 pour hanter les nuits de nombreux gamers, aussi les fans de la première heure seront-ils ravis d’apprendre qu’un reboot vient de voir le jour sur nos consoles de salon et PC, cette fois dans un style bien plus proche des productions Telltale (Walking Dead). Le souci, c’est qu’à déterrer certaines vieilles licences sans avoir le talent nécessaire, c’est plus souvent un cadavre que l’on met à jour, et ce Black Mirror vient d’en faire l’amère expérience malgré une première heure qui s’avérait vraiment prometteuse.

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 07/20

Les effets de lumière et la nuit au coeur de la demeure de Black Mirror font le job dans un premier temps, mais les personnages mono-expressifs, les environnements ultra aliasés et bardés de bugs le jour ainsi que les bugs de collision, les freezes et les temps de chargement scandaleux entre chaque pièce n’ont rien à faire sur un titre Next-Gen.

Gameplay/Scénario: 05/20

Au début, on apprécie le mystère très Lovecraftien qui plane sur la demeure de Black Mirror et ce gameplay de jeu d’aventure 3D à la Telltale. Le souci, c’est que tout se dégonfle en moins de deux heures et devient ultra prévisible, terriblement linéaire, tandis que les énigmes qui nous hypaient au départ disparaissent totalement de la seconde moitié du soft. Au final, on subit le titre et l’on s’y ennuie…

Bande-Son: 10/20

Les mélodies sont trop discrètes pour réellement imposer leur ambiance et les bruitages sont classiques. Niveau doublage, pas de version française à l’horizon et quelques persos un peu caricaturaux malgré un accent british absolument délicieux. Gros carton rouge par contre pour la traduction textuelle, en français justement, qui oublie carrément des mots ou des phrases comme ça… pour déconner.

Durée de vie: 07/20

Comptez à peine 6 heures de jeu pour en faire le tour, sans replay value réellement intéressante tant la linéarité et le peu de choix de dialogue sont les maîtres mots de ce Black Mirror. Et encore, pour boucler le soft, il faut que vous surviviez à ses bugs en pagaille, ses freezes incompréhensibles et ses temps de chargement qui pourront rapidement vous faire hurler de rage… toute comme la fin téléscopée!

Note Globale N-Gamz.com: 7/20

Si l’histoire et l’ambiance de ce Black Mirror ont de quoi vous happer durant le premier chapitre du soft, les temps de chargements ultra violents, les lieux cloisonnés, les personnages inexpressifs, la linéarité exacerbée et les nombreux bugs rencontrés durant votre périple auront tôt fait de vous frustrer comme jamais! N’est pas Telltale qui veut, et ce reboot de Black Mirror en est la preuve!



About the Author

Neoanderson

Hardcore gamer dans l’âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j’apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N’hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!