Review

Présenté à la surprise générale le 17 janvier dernier par le biais d’une vidéo qui a déchaîné les passions positives comme négatives, le Nintendo Labo fait partie des concepts dont seul Nintendo a le secret, lui qui adore développer des périphériques pour soutenir une vision et un jeu. On se souvient ainsi tous de Mario Paint et sa souris, du stick analogique de la Nintendo 64 pour donner vie à l’incroyable jouabilité de Mario 64, ou encore du génial concept de l’écran tactile pour la DS. Cette fois, le constructeur a décidé de nous faire aimer… le carton! Alors si la créativité et les mini-games en famille sont de rigueur, cela peut-il justifier un prix de départ de 60€?

Si vous me connaissez, vous savez que je suis papa gamer d’une petite fille de 7 ans et d’un jeune padawan de 3 ans, ce qui représente au départ le public cible de ce Nintendo Labo: la famille. C’est donc avec un certain plaisir que j’ai déballé les deux kits Nintendo Labo envoyé par le constructeur nippon, à savoir le Robot Kit vendu à 70€ et le Multi Kit monnayé à 60€, le tout exclusivement destiné à la Switch. Soyons honnête, c’est un tarif prohibitif selon nous, étant donné le matériau de base utilisé dans la construction: du carton!

« La construction du module radio-commandé, la seule qui s’adresse vraiment à des enfants car inférieure à… 2h! »

Nous nous sommes quand même lancés, en famille donc, sur la création des divers modules du Multi Kit, sans doute le plus attrayant des deux par sa variété, et si la voiture télécommandée n’a pas posé de soucis étant donné que nous avions déjà pu en concevoir une en 10 min lors de l’événement preview, pour le reste ça a été… la grosse douche froide!

Ainsi, comptez 2h30 pour la canne à pêche, le même temps pour le guidon de moto, 3h pour la maison et jusqu’à 3h30 pour le piano! Oui, vous avez bien lu: hormis la voiture téléguidée, rien ne se monte en moins de 2h!!! Alors à moins d’avoir des ados super consciencieux à la maison, ce qui n’est pas du tout le coeur de cible du concept, vous imaginez le tableau: en gros, les enfants s’amusent 30 minutes maxi à construire avec vous et puis se lassent de ne pouvoir jouer et de devoir attendre que papa finisse chaque module, en plusieurs heures!

Honnêtement, je ne sais pas quelle mouche a piqué Nintendo pour le coup et comment il a pu se planter à ce point, à moins que les bambins japonais soient tous des surdoués capables de rester concentrés durant 3h, en manipulant un nombre plutôt incroyable de petites pièces dont certaines vont forcément s’égarer, le tout sans jamais broncher, pour au final se retrouver avec un mini-jeu qui les amusera une heure tout au plus!

« Les mini-games sont rigolos… quelques dizaines de minutes »

Car en effet, si la construction est déjà une épreuve en soit, et ce malgré les excellentes explications donnés par la Switch et dont devrait s’inspirer Ikea pour son catalogue, le résultat une fois le module terminé tient bien trop du mini-game anecdotique que du vrai jeu capable de garder un intérêt sur le moyen terme.

Ainsi, vous aurez droit à un Tamagotchi-like doté de quelques phases de plateformes avec la maison, un jeu de pêche basique avec la canne à pêche, diverses mélodies à répéter avec le piano et à un jeu de course super chiche en contenu avec le guidon de moto. La voiture télécommandée, quant à elle, peut être paramétrée sur divers circuits et filmer grâce à la caméra du Joy-Con, mais rien d’inoubliable.

Alors oui, on pourra vous rétorquer que les enfants prendront du plaisir, une fois le module enfin construit (par papa), à le décorer mais le fait que tous les éléments soient en carton les rend un chouïa fragile devant des manipulations un peu trop brutales. Et vu que tous les enfants ne sont pas des maîtres en zénitude, ahem…

« La maison avait tellement plus à offrir que ce Tamagotchi-like trop restreint… »

Par contre, on ne peut qu’apprécier, que l’on soit enfant ou adulte, le Nintendo Garage qui permet d’expérimenter les diverses interactions entre les Joy-Con et l’environnement grâce à des mécaniques de programmation simples, ce qui donne déjà lieu à de sympathiques vidéos de customisation sur le net. Mais avouons-le: à moins d’avoir l’âme d’un inventeur, on ne restera pas des heures dans ce mode non plus.

Reste donc l’autre kit, celui du Robot, assurément le plus imposant des deux mais aussi le plus long à construire puisqu’il vous faudra… 4 heures pour monter le tout! Vu le temps investi, on s’attendait donc à un vrai jeu en guise de récompense, d’autant que l’immersion une fois harnaché dans le « costume » est plutôt jouissive, vous permettant même de baisser votre visière pour passer en vue interne ingame. Hélas, c’est encore une fois le syndrome du mini-jeu qui prend le dessus, avec un aspect destruction de cibles et scoring qui ne vous tiendra en haleine que quelques heures. De plus, ce kit est le plus fragile des deux également, et le plus bruyant aussi.

« Le robot est vraiment immersif, mais le jeu bien trop limité et le temps de construction trop long (4h!) »

En conclusion, si le Nintendo Labo en tant que concept est intéressant car il est simple à comprendre et convivial une fois les modules réalisés, le fun de la construction, que l’on avait ressenti sur la voiture télécommandée durant notre preview, demeure cruellement absent des autres gadgets étant donné le temps infini à passer dessus pour les créer. Garder un enfant attentif sur des périodes allant de 2h à 4h non stop, c’est tout bonnement impossible… alors si en plus le résultat final ne sert qu’à des mini-jeux amusants quelques dizaines de minutes, c’est terriblement frustrant.

Ajoutez à cela un prix un peu trop violent selon nous, et vous comprendrez que si l’on ne peut que saluer la prise de risque de Nintendo, le géant nippon ne nous a pas emballé pour le coup. Un bon conseil: attendez que les kits baissent de prix et surtout, de voir si Big N va vraiment sortir d’autres mini-jeux à ses modules histoire de relancer l’intérêt.

La Bande-Annonce

 

Note Globale N-Gamz: 10/20

Le Nintendo Labo aurait pu être une petite révolution dont seul le géant nippon a le secret, mais il se loupe sur quelques points cruciaux pour son coeur de cible: le prix prohibitif, la Replay Value et surtout… le temps de construction qui frise l’hérésie à moins que vos enfants ne puissent passer 2 à 3 heures en totale concentration rien que pour construire un module! En l’état, on saluera donc la prise de risque de Big N mais certainement pas le résultat final qui a tout du gadget à moitié amusant le temps d’un week-end, avant d’être remisé au placard (et il prend de la place!) faute de jeux réellement travaillés pour soutenir l’idée de départ. Sur le long terme, seuls les inventeurs en herbe y trouveront un peu leur compte avec le mode Garage et ses expérimentations en tous genres. Dommage.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!