Review

En 2012, les  éditions Ankama nous ont présenté le premier tome de City Hall, un manga français à l’ambiance « Steampunk » issu de l’imaginaire fertile de Remi Guérin, connu pour avoir écrit des bandes dessinées telles que « Les véritables légendes urbaines ». Guillaume Lapeye s’associe au projet en tant que dessinateur du neuvième art ayant officié sur « Ether » et change cette fois un peu de style avec ce franga à la lecture intéressante et très prenante, rempli de personnages historiques revisités à la sauce « shonen ».

Jules Vernes contre Black Fowl? Bienvenue dans City Hall!

Vous pensiez connaître le Londres du début du XXème, mais saviez-vous ce qu’il s’y est réellement passé autrefois ? Nous sommes en 1902, dans cette grande ville industrialisée qu’est la City, où l’écriture manuscrite est totalement proscrite. Un monde dans lequel seules les personnes les plus haut-placées connaissent les véritables faits antérieurs à cette époque. Malheureusement, un être mal attentionné, Lord Black Fowl, entre en possession de l’arme la plus destructrice de l’humanité : du papier et une plume ! En effet, toute chose écrite avec ces instruments se voit instantanément prendre vie, ce qui, jadis, a entraîné une longue et tragique guerre étouffée par les historiens pour ne pas affoler le bas peuple. Le Maire de City Hall, connaissant la véritable malédiction de l’écriture, avait pourtant déjà pris les devants en concevant un cahier spécial afin de contrer toute menace terroriste. Toutefois, n’ayant pas beaucoup d’imagination ni une belle plume, il se voit contraint de faire appel à Jules Verne afin de mettre à mal Black Fowl. Pour accomplir sa tâche, notre écrivain sera accompagné d’Arthur Conan Doyle et d’autres grands personnages de ce siècle pour un shonen qui va à 200 à l’heure !

Ce City Hall est une petite merveille à lire !

En effet, dès le premier tome, l’action de City Hall arrive à peine tournées les premières pages, ce qui permet de savoir tout de suite à quoi il faut s’attendre. Une histoire vraiment passionnante,  une découpe et un encrage qui plaisent énormément, des personnages mythiques et, surtout, qui arrivent au bon moment pour certains ! L’aboutissement de ce volume est un bon cliffhanger qui nous donne envie de dévorer la suite. Arthur Conan Doyle, encore très jeune et insouciant dans cette version, se retrouve dans quelques situations assez drôles, ce qui égaie un peu le ton relativement sérieux du récit. Au niveau des combats, on peut vraiment affirmer que les rixes entre les écrivains et Black Fowl sont vraiment épiques, même un peu trop d’ailleurs car, par moment, vous aurez un peu de mal à comprendre ce qui se passe. On vous rassure, ce sentiment d’être perdu se dissipe assez rapidement avec les cases suivantes. A noter qu’il s’agit d’un franga, autrement dit le sens de lecture est européen et non japonais. Ne vous trompez pas, sous peine de découvrir un tout autre scénario.

Avec ses illustrations visuellement aguicheuses, son univers « Steampunk » que j’adore et qui se marie à merveille avec une histoire totalement prenante, ses personnages historiques revisités dans un même but et une ambiance aussi bien sérieuse que drôle ou chaleureuse en fonction des situations, ce City Hall est une petite merveille à lire ! Beaucoup d’action, et surtout un savant fou charismatique et masqué qui va vous triturer les méninges quant à son identité ! Une seule chose à attendre : la suite !

Note Globale N-Gamz: 4,5/5

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!