Review

Prisoner & Paper Plane, une série carcérale courte et déchirante, a fait son entrée dans le catalogue des éditions Komikku fin février. Issue de deux musiques créées dans l’univers Vocaloid et chantées par Len et Rin Kagamine, on y raconte l’histoire d’un prisonnier amoureux d’une jeune fille malade qui lui envoie des lettres d’amour sous forme d’avions en papier par dessus les grilles du pénitencier. Une oeuvre musicale forte peut-elle donner une adaptation en manga toute aussi émouvante? Il semblerait que oui!

Un récit dur et bouleversant!

L’action de Prisoner & Paper Plane se situe après une révolte de combattants contre un redoutable empire. Les survivants ont été enfermés par l’ennemi et l’histoire s’attarde tout particulièrement sur le prisonnier portant le matricule 420, vivant un véritable enfer.  Persécuté et maltraité par ses « compagnons » de cellule et les gardes, il mène une existence déchirante dans laquelle il se bat pour survivre et surtout… pour la Liberté! Heureusement pour lui, alors que tout est au plus mal, il fait la rencontre d’une jeune fille de l’autre côté de la clôture de sécurité. Elle lui sourit et semble lui porter un intérêt certain. De plus, elle lui ressemble étrangement. Qu’adviendra-t-il de cette rencontre ?

Tout d’abord, je vous l’avoue, j’ai eu beaucoup de facilité à me plonger dans la lecture de ce premier tome car je connais déjà très bien « Prisoner » de Len Kagamine ainsi que sa réponse « Paper Plane » de Rin Kagamine (Vocaloid), qui ont été écrites par Shuujin-P  lui-même, l’auteur du manga justement. J’ai donc trouvé l’intrigue très bouleversante, d’autant plus que les textes et les paroles du jeune prisonnier 420 tournent autour du désespoir et de l’espoir à la fois.

« Pourquoi dois-je creuser ce trou ? A quoi il va servir ? La réponse me parait évidente… ce sera ma tombe.. »

On ressent clairement les hauts et les bas de ce personnage déchiré par son sort, certains passages relevant même du sinistre avec notamment « Pourquoi dois-je creuser ce trou ? A quoi il va servir ? La réponse me parait évidente… ce sera ma tombe.. ». Cela contraste terriblement avec d’autres passages offrant une émotion intense de soulagement ou de bonheur: «  La clôture qui nous sépare représente le fossé entre nos deux mondes, pourtant …  il y a un moyen de franchir ce fossé ». Cet océan de sentiments contradictoires est brillamment mis en image par Saki Akamura, qui nous offre un chara design touchant, un découpage poignant, des bulles bien lisibles et des détails (poussière, blessures…) qui représentent bien le calvaire vécu par le prisonnier 420.

Bref, avec une histoire déclinée en trois tomes, un maximum d’émotions et une excellente adaptation de deux chansons phares des Vocaloid, ce premier opus de Prisoner & Paper Plane est à lire et à relire tant il prend aux tripes. Nouvelle bonne pioche chez Komikku, qui ne cesse décidément de nous ouvrir des horizons inconnus dans la B.D. nipponne! Hâte de lire les deux autres volumes pour voir si ma première impression reste la bonne!

Note Globale N-Gamz: 4/5

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Lucy
Hey ! Moi c'est Lucy ! Fan de Visual Kei, Oshare kei, de musiques japonaises en tout genre, de l'univers Vocaloid et de celui de Touhou Project, j'adore aussi les jeux vidéo, spécialement les Survival-Horror et les MMORPG . Je suis passionnée de mangas et d'anime depuis toute jeune mais aussi de tout l'univers et la culture asiatique en général. Je pratique le cosplay depuis 2011 également. Vous pouvez voir mes créations sur ma page Facebook : Lucy.Shiro Cosplay . :)