Review

Final Fantasy Type-0 est ce que l’on pourrait appeler une « licence oubliée » en Occident. Censée venir étoffer la mythologie Fabula Nova Crystallis imaginée par Square Enix pour promouvoir Final Fantasy XIII, le jeu vidéo a tout juste été le baroud d’honneur d’une PSP nipponne en fin de vie, sans jamais franchir nos frontières. Heureusement, l’aspect financier aidant et la mode des remakes HD battant son plein, Square Enix nous a sorti tout récemment son FFT-0 HD sur Next-Gen, rien que ça (pour notre avis sur le soft, ça se passe en cliquant ici). L’occasion idéale pour Ki-Oon de nous ressortir un manga datant de 2011, cette fois traduit en français, et qui offre une préquelle plus qu’intéressante au soft de Square Enix!

Le charismatique Kurasame est le personnage central de cette préquelle

Kurasame Sasuya est une jeune tête brûlée trop sûr de lui qui rêve de devenir l’Agito, le sauveur du Royaume d’Orience. Il faut dire que ce Royaume empreint d’héroic fantasy est composé de quatre Nations ayant chacune un cristal comme source de pouvoir, et qu’un conflit armé est sur le point d’éclater. Mais pour l’heure actuelle, notre cher Kurasame étudie dans la prestigieuse Akademia de Rubrum, le royaume du feu, afin d’atteindre la classe un, la seule à pouvoir se rendre sur un champ de bataille. Lors d’un test de courage, la quasi totalité de la classe trois, celle de notre héros, est décimée et… oubliée! En effet, le cristal de Rubrum a pour particularité d’effacer de la mémoire des vivants le souvenir des êtres proches qui sont passés de vie à trépas. Seul subsiste un vide, et éventuellement une plaque mentionnant le nom du défunt si on a pris soin de la ramasser sur son corps. Avec les trois autres survivants du massacre: Glenn le costaud, Miwa la timide et Kotetsu le stratège, Kurasame va tenter d’honorer la mémoire de ses camarades de classe et devenir l’un des héros de Rubrum.

L'idée de génie de ce Type-0? L'oubli des morts!

Si vous avez lu ce que nous avons pensé de FF Type-0 HD sur consoles, vous savez que nous y avons trouvé certains persos peu charismatiques et une histoire qui peinait à s’envoler pleinement, la faute à des cut-scènes réalisées avec un moteur de jeu vieillissant sur PSP et qui n’avaient pas été remis au goût du jour sur Next-Gen… mais avec le manga il en est tout autre! En effet, non content de nous dévoiler la préquelle de la saga et plus particulièrement la vie du perso le plus classe du jeu éponyme, alias Kurasame, l’oeuvre scénarisée par Sara Okabe et dessinée par Takatoshi Shiozawa (sous la supervision de Nomura himelf, faut pas déconner non plus) se paie le luxe de proposer un rythme extrêmement haletant, avec un découpage stylisé, un trait incisif, et de grands moments d’émotions.

En effet, il n’est pas rare, en quelques cases seulement, de se prendre d’affection pour l’un des anciens de la classe trois avant de le voir périr de façon atroce, et d’être totalement oublié la seconde suivante… c’est vraiment cette indissociabilité entre mort et oubli qui est le moteur du titre, et qui nous prend aux tripes… les héros sachant très bien que si l’un des leurs meurt, ils l’oublieront de suite. Allez, je me lâche, j’ai même pleuré devant une séquence donnée… c’est dire si la mise en scène est travaillée, bien plus que dans le jeu dont les polygones insensibles m’avaient laissé de marbre.

Un découpage et des traits nerveux pour une histoire haletante

Autre point positif, le titre n’est pas une bête adaptation du jeu vidéo mais offre son lot de révélations sur des personnages connus, comme Emina, que l’on retrouve dans le même décor que celui du soft, huit ans avant les événements narrés dans ce dernier. Bref, du fan service juste ce qu’il faut.

Vous l’aurez compris, FF Type-0: Le Guerrier à l’Epée de Glace est un excellent ajout au jeu de Square Enix et un très bon manga à part entière, doté d’une intrigue qui accroche de suite et de personnages auxquels on s’attache directement, complètement désoeuvrés dans ce monde qui va bientôt basculer en pleine guerre. Tout au plus pourra-t-on lui reprocher la faiblesse de ses décors sur le plan technique, mais le voyage est au rendez-vous, et on a hâte d’en apprendre plus sur le destin des quatre héros de Rubrum!

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!