Review

Enfin ! Après plus d’un an et demi d’attente, l’Europe a la chance de mettre les mains sur le nouveau titre des Studios Monolith Soft, les créateurs du meilleur RPG de la Wii : Xenoblade Chronicles! Les joueurs sont à présent récompensés de leur patience et vont pouvoir s’adonner au successeur spirituel du titre précité mais, avant d’insérer le précieux disque dans la Wii U, une petite appréhension nous étreint : et si nous étions déçus après tout ce temps? Si Xenoblade Chronicles X ne parvenait pas à retrouver la magie et le génie de son aîné ? La réponse à ces questions et bien d’autres dans les quelques lignes qui suivent!

Le J-RPG dans toute sa splendeur

L'Humanité a du quitter la Terre, prise en plein milieu d'un conflit extra-terrestre. Vous faites partie du dernier vaisseau de la flotte... et vous venez de vous écraser sur Mira!

Vous faites partie du dernier vaisseau d’exode de l’Humanité… et il vient de s’écraser sur Mira!

Les joueurs possédant la Wii le savent, Monolith Soft a signé l’un de ses plus beaux jeux sur la précédente console de Nintendo : Xenoblade Chronicles. Véritable ode à l’exploration proposant un scénario épique et des héros charismatiques, le soft s’est vendu à plus de 850 000 exemplaires, obtenant même le titre de meilleur RPG japonais de la génération 2010/2011, rien que ça ! Il en fallait donc peu, après ce palmarès, pour que les joueurs trépignent d’impatience à l’idée d’une suite !

Du coup, Xenoblade Chronicles X a, au départ, pris tout le monde à contrepied en affirmant haut et fort qu’il proposerait une aventure totalement différente de l’opus sur Wii, sans réel lien scénaristique. On vous rassure : le gameplay qui avait donné à son aîné ses lettres de noblesse reste fondamentalement le même, heureusement. On ne vous spoilera pas l’histoire du soft, bien entendu, mais on peut au moins vous confirmer que vous ne verrez pas trace de Shulk ou de son épée, la Monado (hormis lors d’un éventuel Easter Egg). Non, dans Xenoblade Chronicles X, vous jouez le rôle d’un membre actif d’un vaisseau d’évacuation terrien qui s’est écrasé sur Mira à la suite d’un conflit extra-terrestre. Dernier espoir d’une Humanité sur le déclin, vous devrez participer du mieux possible à l’adaptation et à l’extension de votre colonie sur cette planète hostile. Autant dire qu’il faudra explorer Mira, survivre à sa faune pas toujours amicale et découvrir les secrets de cet astre mystérieux en incarnant un personnage « classieux » (du moins on l’espère pour vous) créé de toute pièce en début de partie, et qui vous collera à la peau durant plus d’une centaine d’heures… de plaisir !

Une aventure titanesque

Grande première dans la saga "Xeno": la création de son personnage principal pour explorer un monde... titanesque!

Grande première dans la saga « Xeno »: la création de son personnage principal! Soyez le plus classe possible pour arpenter un monde… titanesque!

Vous pensiez que votre Wii U était bonne pour le placard? Préparez-vous à l’installer confortablement à côté de votre téléviseur pour un paquet de temps ! Avant toute chose, sachez que pour un plaisir optimal, il est plus que recommandé de télécharger les Data Packs relatifs au jeu, disponibles sur le Nintendo e-shop, si vous possédez le titre en format physique. Accrochez-vous : 15 Go de Data Pack, c’est énorme pour la dernière console de Nintendo, surtout lorsque l’on sait que la Wii U dans sa plus grosse édition fait au maximum…32Go ! Pour beaucoup d’entre vous, il faudra passer par la case : disque dur externe.

Cette petite parenthèse technique effectuée et les impressionnantes cinématiques d’introduction terminées, vous allez enfin pouvoir vous lancer dans l’aventure avec l’exploration de cette nouvelle planète. Et autant dire qu’il y a de quoi faire ! En effet, ce qui frappe le plus dans Xenoblade Chronicles X est sans aucun doute la taille de son univers, qui s’étend à perte de vue et se montre incroyablement varié : déserts gigantesques, sublime forêts aux reflets éthérés, plaines gorgées de créatures titanesques… on pourrait presque s’y perdre mais même au bout de plusieurs dizaines d’heures, on découvre encore de nouveaux environnements et c’est toujours un plaisir de se balader à pied dans le monde du soft. Il faut dire que la possibilité de pouvoir placer des balises spécifiques qui vous permettent de vous téléporter en quelques secondes à un point déjà découvert facilite grandement les déplacements et la progression de l’histoire. A ce titre, le Gamepad Wii U, dont l’écran sert à visualiser la map du jeu (mais pas que), se montre incroyablement pratique à l’usage. Un simple clic et hop, vous voilà là où vous souhaitiez aller, parfois à plusieurs dizaines de kilomètres de là si vous aviez voulu vous y rendre en marchant. Un sacré confort de jeu.

Skell est bien ton armure de combat !

Les Skells boostent l'exploration, mais aussi le gameplay des combats

Les Skells boostent vos possibilités d’exploration, mais aussi vos stratégies en combats

Et puis, si malgré tout vous voulez un autre moyen de transport, rassurez-vous : passé une trentaine d’heures ingame, vous pourrez enfin dénicher le Graal : un sublime mécha dénommé Skell/Doll en Français/US-Jap, qui vous facilitera la vie et vos déplacements, vous donnant accès à de toutes nouvelles zones au sein de la map grâce à la verticalité du level design. Où comment redécouvrir un titre après tout ce temps passé à le parcourir. Attention tout de même, si les créatures plus petites que votre Mecha auront tendance à vous ignorer, les gros monstres, eux, seront bien plus attirés par une boîte de conserve qui bouge que par un simple parasite à pied. Et en cas de combat, soyez prêt à fuir… ou à assumer la possible destruction de votre Skell !

Skells qui d’ailleurs coûtent horriblement cher ! Heureusement, votre premier vous est offert et vous possèderez un système d’assurance bien pratique capable de vous fournir gratuitement un Mecha, jusqu’à trois fois d’affilée. Après, et bien il faudra banquer ! Et même si l’argent ne sera pas un souci à ce stade de l’aventure, une fois passé un certain nombre d’heures, les Skells deviennent hors de prix, valant parfois jusqu’à plusieurs millions de crédits ! Du coup, vous allez vite devenir très nerveux lorsqu’un combat ne tournera pas à votre avantage à bord de votre engin ! (NDLA : petite information utile, les Skells des personnages contrôlés par l’IA, même détruits, ne consomment pas d’assurance… heureusement).

Le gameplay d’un Xenoblade !

Les affrontements reprennent avec bonheur le gameplay de Xenoblade Chronicles, tout en le magnifiant pour un résultat ultra dynamique

Les affrontements reprennent avec bonheur le gameplay de Xenoblade Chronicles, tout en le magnifiant pour un résultat ultra dynamique

Bien sûr, vous n’obtiendrez pas ces Skells de suite, il vous faudra être patient. Et puis ne boudez pas votre plaisir : les combats à pied se montrent particulièrement utiles puisqu’ils permettent à votre héros de se familiariser avec le système de combat très proche de son aîné, à base de barre de commandes et de rixes en temps réel façon MMO, mais aussi de maîtriser plusieurs classes radicalement différentes. Ainsi, chacune d’entre elles possède un armement et des techniques qui lui sont propres. On vous conseille d’abord de vous spécialiser au maximum puisqu’une fois votre classe maîtrisée, vous pourrez utiliser son équipement et ses « Arts » ou coups spéciaux sur les autres. Arts qui, bien sûr, pourront être améliorés sur différents niveaux de puissance en fonction des points de compétence que vous récolterez au fil des montées de level. Le système se montre extrêmement bien conçu et permet pas mal de fantaisies : vous avez monté un guerrier défensif et voulez le passer en attaque ? Pas de soucis : changez de classe et gardez vos compétences défensive, cela vous permettra de frapper fort tout en ayant une protection relativement élevée ! Du bonheur pour les amateurs de stratégie !

Vous devrez choisir une "Union" pour trouver votre place au sein de New Los Angeles

Vous devrez choisir une « Union » histoire de trouver votre place au sein de New Los Angeles

A côté de ces combats terriblement dynamiques et grisants qui magnifient ce qui avait déjà été fait dans Xenoblade Chronicles, notamment en vous obligeant à appuyer sur une touche dans le bon timing pour maximiser les effets de vos coups ou en vous permettant de switcher à l’envie entre arme à distance et au corps à corps, vous allez également devoir vous trouver un « job » au sein de New Los Angeles, votre colonie terrienne sur Mira. Ainsi, vous aurez à choisir entre diverses « Unions » qui détermineront les bonus que vous pourriez obtenir en accomplissant telle ou telle mission comme, par exemple, placer des balises sur les zones de la planète susceptibles de vous fournir des matières premières (minerai ou encore… revenus via du streaming vidéo pour les habitants afin qu’ils « s’évadent » de leur quotidien). Cette tâche rapportera bien plus de points d’Unions et de boost d’XP aux Pathfinders, chargés d’étendre le réseau de navigation Frontier Nav permettant de se déplacer aisément sur la planète. A l’inverse, battre des monstres qui menacent la colonie sera plus profitable à l’Union des Harriers, tandis que régler les conflits de voisinage et maintenir la paix au sein même de la colonie seront des tâches réservées aux Médiators. Encore une fois, le contenu est pléthorique et la variété est au rendez-vous, de sorte que les heures passent sans que l’on s’en rende vraiment compte. Chronophage, vous dites ? Pire ! Mais c’est si bon !

Nul n’est exempt de défaut

Le Gamepad est intelligemment utilisé pour vous permettre de naviguer rapidement d'un point à l'autre de la carte, chaque zone hexagonale comportant une fonction spécifique

Le Gamepad est intelligemment utilisé pour vous permettre de naviguer rapidement d’un point à l’autre de la carte, chaque zone hexagonale comportant une fonction spécifique (boss, balise, quête annexe, …)

J’en viens donc tout naturellement, puisqu’on parlait de mécaniques de jeu, de jobs et de quêtes, à l’un des principaux défauts de ce Xenoblade Chronicles X : le manque d’indication. Face à tout ce qu’il vous est possible de faire, d’explorer, d’augmenter, d’acquérir et de combattre, le joueur a déjà pas mal de choses à assimiler, c’est sûr, mais cette offre gargantuesque ne propose pas assez d’explications, d’indications, malgré un manuel directement inclus dans le jeu et consultable à tout moment sur votre gamepad. De plus, un tel amoncellement d’objectifs annexes entraîne forcément quelques pertes de qualité, voire un mauvais calibrage de la difficulté par moments. Ainsi, entre les missions de récolte d’objets sur tout Mira que l’on met volontairement de côté pour venir vérifier de temps à autre si l’on a enfin recueilli les items en question au hasard de nos explorations, et certaines quêtes d’entente censées nous en apprendre davantage sur les personnages mais qui bloquent à contrario l’histoire principale si on les accepte, nous forçant parfois à récupérer un loot aléatoire sur un monstre sans même nous indiquer la zone où il se trouve… il y a de quoi se perdre et rager ! Heureusement que le net existe pour se sortir de ces situations qui pourraient décourager les moins patients d’entre vous. A ce défaut, on peut également rajouter une police d’écriture parfois trop petite, qui vous explosera les yeux lorsque vous voudrez déchiffrer les infos que l’on vous enverra. Sur de longues sessions de jeu, croyez bien que votre ophtalmologue va le sentir passer, sauf si vous avez la chance de jouer très près de votre téléviseur.

Le scénario est très plaisant à suivre, et les personnages sont plutôt charismatiques

Le scénario est très plaisant à suivre, et les personnages sont plutôt charismatiques, bien qu’un peu en deçà de ce qu’offrait Xenoblade Chronicles

Mais bon, franchement, on pinaille car en réalité, ce Xenoblade Chronicles X est véritablement une perle pour les fans de RPG et les adeptes de l’exploration pure et dure qui n’auront de cesse d’en percer tous les secrets de gameplay et de cette planète incroyable, malgré le manque d’indications pouvant facilement vous faire perdre vos moyens par endroits. Anecdote : après 130h de jeu (oui, rien que ça !), il m’est arrivé de découvrir de nouveaux éléments de jouabilité ou d’infos pourtant présents… depuis le début du titre ! Un peu comme l’organisation des Cris de Guerre, expliquée de façon ultra succincte, et qui pourra très vite finir par vous donner la migraine. Heureusement, une fois assimilé, ce principe devient presque enfantin puisqu’il permet de donner un sacré coup de fouet aux combats en entraînant de furieuses réactions en chaînes entre vos personnages, chaque cri correspondant à un effet demandant l’utilisation d’un groupe d’Arts (attaque à distance, au corps à corps, protection, intimidation d’ennemi, frappe aérienne, …) aux membres de votre groupe. Si l’un d’eux réagit positivement, il déclenchera un autre cri de guerre, auquel vous devrez répondre de la même façon… et ainsi de suite jusqu’à ce que vos Arts adéquats soient épuisés. Tous ces liens potentiels à base de répliques entre combattants sont entièrement paramétrables et peuvent donner un sacré avantage en rixe, chaque effet en amplifiant un autre, sans compter que le soin passera principalement par cette chaîne de Cris de Guerre. Bref, ça parle beaucoup en plein affrontement, comme Xenoblade Chronicles, mais ça a un sens stratégique indéniable !

Les cris de guerre font partie intrinsèque des nouveautés de gameplay de ce Xenoblade Chronicles, permettant des enchaînements incroyables... dommage qu'ils soient trop brièvement expliqués

Les cris de guerre font partie intrinsèque des nouveautés de gameplay permettant des enchaînements incroyables… dommage qu’ils soient trop brièvement expliqués

Enfin, un petit mot sur le fameux mode Online du titre qui se décompose en trois sections distinctes. En effet, le joueur aura d’une part la possibilité de recruter l’avatar principal des autres gamers pour l’aider dans une quête. Les héros en question incorporeront leurs derniers équipements et stats connues tout en étant contrôlés par l’I.A, un peu à la façon d’un Dragon’s Dogma. Pratique si vous avez un ami bien plus loin que vous dans l’aventure avec un perso surpuissant et que vous devez affronter ennemi un peu trop coriace pour vous. Mais il existe également un autre système qui vous proposera de former une équipe de 4 joueurs bien réels cette fois pour une mission en direct. Ici, les niveaux des combattants seront synchronisés avant le début de la partie. Enfin, Xenoblade Chronicles X encourage aussi l’esprit d’équipe global en vous faisant participer à des quêtes de destruction de monstres à intervalles réguliers, auxquelles tous les joueurs participent pour obtenir des bonus. Un mix parfait entre RPG classique et MMO pour les gamers console.

Une réalisation à peine croyable

Visuellement, le titre est tout bonnement sublime. La Wii U est poussée à 200%!

Visuellement, le titre est tout bonnement sublime. La Wii U est poussée à 200%!

Si un jour on m’avait dit que ma Wii U en avait autant dans le ventre, je n’en aurais jamais cru un mot. Et pourtant, à peine a-t-on inséré Xenoblade Chronicles X dans sa console que l’on doit se rendre à l’évidence : le titre est tout bonnement ce qui se fait de mieux techniquement sur la machine. Des cinématiques somptueuses à la mise en scène redoutable, un monde ouvert sans temps de chargement, des panoramas à couper le souffle permettant d’atteindre absolument tout ce que l’on voit au loin et une animation qui ne faiblit jamais, le tout agrémenté d’effets climatiques et de lumière incroyables, d’un cycle jour/nuit convaincant et de tonnes de détails visant à renforcer l’immersion comme le souffle du vent sur l’herbe, les insectes virevoltant dans les marécages, le mouvement des vagues et j’en passe… Clairement, avec le dernier bébé de Monolith Soft, la Wii U prouve qu’elle EST une vraie console digne de cette nouvelle génération, même si certaines textures sont un peu en dessous du lot. Bref, Xenoblade Chronicles X est visuellement impressionnant, presque autant que la taille de Mira, cette planète si grisante à explorer.

Un vrai sens de la mise en scène et une OST tout bonnement cultissime pour un jeu qui justifie à lui seul l'achat de la console!

Un vrai sens de la mise en scène et une OST déjà cultissime pour un jeu qui justifie à lui seul l’achat de la console!

La bande-son, quant à elle, se situe dans la même veine que la réalisation graphique : sublime ! Malgré l’absence de doublages japonais, on ne peut que saluer les voix anglaises au top, tandis que chaque morceau de l’OST trouve parfaitement sa place avec tantôt des mélodies chantées aux sonorités très Rock pour faire monter la tension de l’action, mais également d’autres titres plus Pop/R’n’B pour donner un côté plus calme et urbain à l’intérieur de New LA, sans compter les fabuleuses musiques contemplatives et éthérées rythmant votre exploration des vastes étendues de Mira. Jamais un J-RPG n’aura pris autant de risques dans ses compositions, c’est un fait, mais jamais une OST n’aura été aussi prenante et jouissive à écouter. On en est déjà tous complètement fans à la rédac… et nous ne sommes pas les seuls !

Un titre attendu… mais ça valait le coup !

Xenoblade Chronicles X aura été attendu pendant un long moment, avec une certaine crainte, mais aujourd’hui notre patience est… plus que récompensée ! Malgré quelques défauts qui étaient déjà présents dans son père spirituel sur Wii, la nouvelle perle de Monolith Soft a clairement mérité sa place sur nos étagères. Mieux : il justifie à lui seul l’achat d’une Wii U, rien que ça ! Offrant des graphismes fabuleux, un monde immense et toujours intéressant à explorer, un système de combat ultra dynamique et une OST déjà culte pour une durée de vie inimaginable, Xenoblade Chronicles X est l’un de ces jeux qui marque un gamer à vie. Un Must Have, au même titre que Xenoblade Chronicles, tout simplement !

La Bande-Annonce

Réalisation: 19/20

« C’est beau » : c’est sûrement la première phrase qu’ont du prononcer les joueurs dès leurs premiers pas sur Mira. Et puis, après quelques heures à découvrir de vastes étendues chatoyantes bardées d’une faune terriblement variée, le tout sublimé par des effets de lumière incroyables, cela se transforme tout naturellement en : « C’est magnifique ! ». Xenoblade Chronicles X n’est pas seulement un J-RPG d’exception, c’est aussi le plus beau jeu Wii U actuellement, proposant un univers immense sans aucun temps de chargement, des décors à couper le souffle et des monstres titanesques, le tout sans aucun ralentissement. Bien entendu, pour profiter d’un confort technique optimal, il y a un bémol : télécharger les Data Packs pesant pas moins de 15Gigas alors que la Wii U en possède maximum…32 ! Mais le jeu en vaut la chandelle, croyez-nous !

Gameplay/Scénario: 17/20

Le scénario un peu moins soutenu que dans Xenoblade Chronicles possède tout de même son lot de surprises malgré des personnages légèrement moins attachants, même si avec le temps chacun possède une facette intéressante à explorer. Pour son gameplay, le titre part sur les excellentes bases de son aîné en magnifiant encore le système de combat dynamique au possible. Hélas, il possède aussi les mêmes inconvénients que l’opus original sur Wii : des monstres qui nous pourchassent un peu trop loin, des combats qui peuvent parfois se déclencher alors que l’ennemi n’est pas à proximité, un manque d’indications sur les mécaniques de jeu et certaines quêtes, ainsi qu’une police d’écriture parfois trop petite. Il n’empêche, ces écueils sont rapidement balayés par la richesse du contenu proposé et l’incroyable gameplay qui n’a de cesse de se renouveler, notamment avec la sélection des cris de guerre, les Unions ou encore l’apparition des Skells.

Bande-Son: 19/20

Des doublages au top malgré l’absence de voix japonaises, des bruitages extrêmement bien réalisés et réalistes ainsi que musiques tout bonnement fabuleuses, voilà comment résumer l’univers audio de Xenoblade Chronicles X. Les morceaux de l’OST sont choisis avec soin pour coller à chaque situation, nous offrant une diversité incroyable pour que chacun y trouve son plaisir. Il faut dire que mélanger des rythmes rock et R’n’B avec des mélodies orchestrales était un parie osé, mais le résultat vaut largement le coup et devient rapidement un bonheur de chaque instant, s’insérant parfaitement dans le chef d’œuvre de Monolith Soft.

Durée de vie: 20/20

Entre l’exploration titanesque, les missions d’entente qui nous permettent de débloquer de nouveaux Arts, l’histoire principale, les quêtes online, les classes à maîtriser, les jobs à accomplir pour les Unions, l’amélioration de Frontier Nav et j’en passe, Xenoblade Chronicles possède une durée de vie colossale. Ajoutez à cela un nombre impressionnant de missions annexes et de grosses séances de craft pour parvenir à créer l’équipement ultime et vous comprendrez que le titre n’a pas fini de vous émerveiller… même après 200h de jeu !

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

Xenoblade Chronicles X est probablement LE jeu à posséder sur Wii U actuellement. Si vous avez aimé l’opus Wii, vous ne pourrez qu’adorer ce titre qui en magnifie bien des aspects. Et pour cause : entre l’univers immense qui n’attend que vous pour être exploré, les différentes façons de jouer votre personnage en mixant les arts et les compétences, et surtout les Skells, ces gigantesques Mécha qui vous ouvrent de nouvelles portes au sein de la planète Mira, autant dire que le titre réserve sont lot de surprise. Le tout sans même parler d’un scénario qui reste intéressant du début à la fin, de personnages qui, même s’ils manquent un peu de charisme, sont attachants grâce aux quêtes qui leurs sont dédiées, et surtout d’un gameplay soigné à l’extrême proposant des dizaines de subtilités pour un résultat dynamique en diable ! Allez, on ose : Xenoblade Chronicles X justifie à lui seul l’achat d’une Wii U !



About the Author

Eneara
Eneara
Eneara, collectionneur et passionné de jeux vidéo depuis pas mal d'années. Amateur de cinéma, de lecture et de jeux de plateau, je suis aussi très attiré par tout ce qui touche au retrogaming. J'aime les jeux à scénario, l'action, et parfois me faire peur devant un bon petit jeu bien flippant. Facebook: Aurélien Eneara Ulsas