Review

Xenoblade Chronicles Definitive Edition est un jeu de rôle sur Nintendo Switch développé par Monolith Soft. Remaster du soft éponyme de la Wii sorti en 2010 et sacré meilleur RPG de la console par nos soins, le titre nous revient cette fois auréolé de textures totalement refaites, d’une bande-son réorchestrée, d’une interface retravaillée et même d’un épilogue de plus de 15h de jeu! De quoi supplanter l’excellent Xenoblade Chronicles 2 du lancement de la Switch? Venez le découvrir dans notre vidéo-test complet!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 17/20

Le travail de remasterisation sur cette Definitive Edition force le respect puisque quasiment tout a été refait sur le plan des textures, que ce soit pour les décors ou les personnages, histoire de nous offrir un monde d’une beauté enivrante et d’une direction artistique bluffante. Les effets spéciaux ne sont pas en reste non plus et les lumières autant que l’eau se montrent sublimes à regarder. Bref, un incroyable boulot souligné par des cut-scenes d’un dynamisme rare et des environnements d’une taille monumentale pour un titre qui donne tout son sens au mot « aventure ». Dommage donc que le bébé de Monolith souffre de la même tare incompréhensible de son aîné sur Switch, Xenoblade Chronicles 2, à savoir une résolution dynamique plus basse (trop basse) que celle des standards du genre! Apprêtez-vous à 720p maximum en mode dock (et on tombe parfois à du 500p) et du 540p en mode portable (avec même du 378p par endroits!), le tout à seulement 30fps. Heureusement pas de quoi vous flinguer l’attrait visuel du soft, mais un constat qui fait tâche dans cet océan de louanges. Prions pour qu’une mise à jour vienne régler tout ça!

Gameplay/Scénario: 19/20

Issu de l’esprit du brillant Tetsuya Takahashi, déjà auteur du meilleur scénario de tous les temps avec Xenogears, le récit de Xenoblade Chronicles Definitive Edition va vous emporter dans une aventure épique à souhait, dans laquelle Shulk va avoir à accepter le don de voyance offert par son épée Monado, quitte à voir la mort de ses amis avant qu’elle ne survienne. Ajoutez à cela des retournements de situation incroyables et une histoire additionnelle de 15h sous forme d’épilogue, et vous comprendrez que le soft envoie du lourd en termes de narration. Pour le gameplay, c’est pareil et cela s’avère même mieux que l’original grâce à une jolie refonte graphique des menus d’attaque, bien plus lisibles, et de l’ajout d’une tonne d’éléments destinés à simplifier la vie du gamer et à densifier la jouabilité. Que ce soit l’exploration toujours gratifiante, la myriade de quêtes annexes, le sociogramme bourré de persos, la gestion des arts et compétences, le changement d’heure, les interactions sociales entre vos persos en plein combat et j’en passe, le bébé de Monolith Soft est d’une rare générosité et propose un côté chronophage incroyablement jouissif. Une réussite totalement « anti-frustration » pour le joueur et un sentiment épique permanent!

Bande-Son: 20/20

Les musiques déjà divines du volet originel ont ici été remixées pour notre plus grand bonheur, nous offrant des compositions qui soulignent à merveille le côté grandiose du soft. Niveau doublage, on a le choix entre les excellentes voix nippones et les très bonnes voix anglaises, tandis que les bruitages achèvent de faire de cette bande-son un monument du genre!

Durée de vie: 20/20

Comptez minimum 70h de jeu pour boucler l’aventure de base, et bien plus si vous vous mettez en tête de réaliser toutes les quêtes annexes et booster vos relations avec vos compagnons d’armes tout comme vos arts et compétences. A cela s’ajoute un épilogue de 15h minimum sur l’épaule de Bionis, qui peut monter jusqu’à 30h en cas de complétionnite aigüe. Autant dire que la durée de vie de Xenoblade Chronicles Definitive Edition est exemplaire!

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

Xenoblade Chronicles fait partie de ces titres intemporels qui font toujours briller des milliers d’étoiles dans les yeux des fans de jeux vidéo. A l’époque, il était déjà incroyable par son scénario profond à souhait, ses personnages charismatiques en diable, ses musiques divines et surtout son monde immense et jouissivement plaisant à explorer, donnant tout son sens à la fibre aventureuse qui est l’essence même du RPG. Aujourd’hui, le chef d’oeuvre de Tetsuya Takahashi, papa de Xenogears (best game ever) et Xenosaga est toujours aussi bon à jouer, et il se paie en plus le luxe d’arriver paré de nouvelles textures, d’effets de lumière et d’eaux sublimés, de tonnes d’aides au gameplay (mode casual ou hardcore), de myriades d’ajouts bien pensés (mode théâtre, skins modifiables, défis annexes, loadings minimes) et surtout d’un épilogue de plus de 15h de jeu dans une toute nouvelle zone! Dommage donc qu’avec tous ces éloges, la résolution du soft souffre des mêmes tares que celles de Xenoblade Chronicles 2, avec du 720p en doc et du 520 maxi en portable. Il n’empêche, avec la générosité dont il fait preuve et la passion qui l’anime, Xenoblade Chronicles Definitive Edition est tout simplement le meilleur jeu de rôle de la Nintendo Switch! Une aventure à faire au moins une fois dans sa vie de gamer!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!