Review

On ne change pas les bonnes vieilles habitudes chez BigBen, et voici donc tout naturellement un nouveau WRC qui arrive sur nos consoles et PC, avec toujours le studio Kylotonn aux commandes après que l’éditeur ait gentiment « remercié » Milestone, le précédent développeur. Seulement voilà, contrairement aux autres années, la concurrence dans le secteur des simulations de Rallye est bien plus féroce avec un DiRT tout bonnement excellent! Autant dire qu’il va falloir se retrousser les manches pour lui faire de l’ombre!

Château Rallye Cuvée 2017

Alors que Kylotonn n’avait pas vraiment brillé en 2015 après avoir repris les rennes de la saga WRC, il faut être franc: ils nous ont étonné l’année dernière avec WRC 6. Les petit Français signe donc pour une nouvelle fournée avec ce WRC7, mais une seule année de développement est-elle suffisante pour contrer la concurrence? Et surtout, que propose le soft en termes de nouveautés?

Et bien, pas grand chose en fait. On commence avec un mode carrière qui sent le réchauffé et dans lequel vous pouvez personnaliser votre pilote (nom, prénom, nationalité) avant de vous lancer à corps perdu sur les tracés qui compose le WRC jeune espoir, avec un passage sur le WRC-2 jusqu’à l’épreuve finale: les tracés du WRC. Comme à chaque fois, vous débuterez sur des véhicules de moindre cylindrée avant de vous placer derrière le volant de véritables bolides autant sur terre que sur bitume ou sur neige. D’ailleurs, bien que la saison 2017 ne soit pas terminée, Kylotonn nous la fait vivre et nous offre même des véhicules de 2016 pour l’occasion, que ce soit via les épiques Volkswagen ( la marque a quitté le rallye cette année) ou encore aux commandes d’une Porsche 911.

Un contenu convaincant, mais peu innovant

« Des événements aléatoires brisent la monotonie des courses »

Au programme des courses, on compte pas moins de 13 rallyes qui vous demanderont d’être assidu car ici, on ne rigole clairement plus avec la conduite! Le coté arcade n’est vraiment disponible qu’après être passé sous le capot et dans les réglages. On retrouve donc une conduite très orientée simulation qui ne plaira peut être pas à tout le monde mais qui gagne en panache et ne demande qu’à être maîtrisée pour rafler toutes les victoires. C’est certain, les petits gars de Kylotonn ont bien apprivoisé la licence et on le voit surtout à la création des tracés avec des virages très serré ou des encolure plutôt étroites. De quoi rapidement se retrouver en hors piste! A ceci, on rajoute des événements aléatoires tels que la pluie (hélas, elle n’a pas vraiment d’incidence sur votre conduite) ou encore un pilote sur le bas coté, pour que les courses ne se ressemble jamais, brisant de fait la linéarité des circuits.

Pour continuer dans notre tour d’horizon des modes, on retrouve les traditionnels parties rapides, le championnats personnalisé dans lequel vous pouvez régler de A à Z votre championnat dans le monde des rallye, ainsi que le test de conduite qui vous indiquera votre niveau dans la hiérarchie WRC (amateur semi pro, pro, etc…) après un petit tracé pas piqué des vers au Portugal. Le multijoueurs, de son côté, offre les classiques modes en ligne mais aussi le Hot Seat qui vous permet de vous mesurer à vos amis avec une seule manette pour faire le meilleur temps à tour de rôle, et enfin l’écran partagé qui est encore là pour notre plus grand plaisir tant il se fait rare de nos jours.

Graphiquement, on y est presque!

« Une vraie amélioration graphique, même si les courses de nuit sont un peu en deçà du reste »

Si vous nous suivez assidument, vous vous rappelerez peut-être notre conclusion dans le test de WRC 6: « Ce WRC 6 fait mieux que son aîné mais pêche toujours par sa réalisation graphique en deçà des possibilités actuelles. Une claque graphique pour 2017 peut-être ? »

Et bien… presque! On n’en est pas encore à la claque mais une gentille pichenette qui viens vous frapper la joue. En retravaillant sur le KT Engine, leur moteur maison, les devs nous proposent des graphismes rudement plus aboutis que le précédent opus avec beaucoup moins d’aliasing, des textures plus propres et plus nettes et une très bonne fluidité, même si on regrettera que le jeu reste accroché aux 30fps. Seul vrai bémol: des courses de nuit un peu ternes mais passons, on ne va pas cracher sur l’ambulance non plus.

Coté sonore, on apprécie la netteté de la voix de notre copilote qui nous conduit sur les routes sinueuses tandis que les musiques des menus se fondent dans la masse et ne donnent pas d’effet répétitif. Simple et efficace. Dommage que les bruits de moteurs et de dérapages se montrent si sobres.

Sortie de piste?

Pas du tout! En effet, Kylotonn Games semble plus que jamais sur la bonne voie pour nous livrer un WRC qui tient la route aussi bien dans son gameplay que sur le plan visuel. Les devs ont amélioré une bonne partie des points techniques qui chagrinaient les gamers dans WRC 6, mais on regrette le manque d’innovation dans les modes de jeu pour le coup. En un an, on ne sait pas tout faire… Alors WRC 8 devrait assurément tous nous combler! En attendant, ce WRC 7 vaut largement le détour!

La bande-annonce

Réalisation: 16/20

Un vrai bond en avant par rapport à son prédécesseur assure à ce WRC 7 un environnement de jeu bien plus détaillé et en rapport avec la Next-Gen actuelle. Du bon boulot que l’on espère voir encore amélioré en 2018 avec, cette fois, un 60fps qui sait!

Gameplay/Scénario: 17/20

Ce que le jeu apporte sur le terme technique avec une meilleure conduite et de meilleures sensations, il le perd hélas sur son manque de contenu novateur. Rien n’a vraiment changé du côté des véhicules ou des circuits, et le mode carrière devrait vraiment changer pour devenir plus immersif, à la façon des titres de sport EA et 2K.

Bande-Son: 14,5/20

On serait tenté de dire: « Tout pareil que WRC 6 » : une ambiance sonore basique qui laisse le champ à une voix de copilote claire et concise.

Durée de vie: 16/20

Entre les spéciales de plusieurs dizaines de minutes, les 13 rallyes disponibles, le multijoueur online ou en splitté, ainsi que les événement mondiaux, WRC 7 saura vous occuper plusieurs dizaines d’heures si vous êtes fan.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

WRC 7 nous prouve que Kylotonn avance clairement dans le bon sens. Après avoir perfectionné son gameplay, le studio s’est cette fois attelé à son moteur 3D pour un résultat qui fait plaisir à voir, mais qui gagnerait à tourner 60 fps. Le souci, c’est que toute l’énergie des développeurs semblent être passée dans le processus d’amélioration graphique au détriment de réelles nouveautés par rapport à WRC 6. Néanmoins, on vous recommande chaudement le soft, assurément un bon crû, avant une version 2018 qui pourrait enfin mettre DiRT sur la touche!



About the Author

Arkamis
Arkamis
J'ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j'en passe. J'y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen