Review

Werewolf the Apocalypse Earthblood est un jeu d’action/infiltration développé par Cyanide et vendu 49,99€ sur PC, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One et Xbox Series X. Tiré du RPG papier édité par White Wolf en 1992, le soft vous met dans la peau de Cahal, un garou qui a du quitter son Caern et abandonner sa fille suite à un événement traumatisant. De retour au bercail après quelques années, il constate avec effroi que la société Endron, qui est dirigée par Wyrm (l’esprit de la destruction), s’est installée aux environs et menace l’intégrité de Gaïa, notre Terre, en développant un redoutable biocarburant issu des entrailles de la planète. En tant que dernière défense de Gaïa, vous allez devoir protéger votre Caern mais surtout vous infiltrer dans les installations d’Endron pour les saboter de l’intérieur, quitte à utiliser vos terrifiants pouvoirs de loup-garou ! Tout un programme qui aurait pu donner quelque chose d’incroyable entre les mains des développeurs de la saga Styx… Hélas, vous allez voir que c’est loin d’être le cas !

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Note Globale N-Gamz.com: 07/20

Enorme déception que ce Werewolf : The Apocalypse Earthblood ! Avec une licence pareille, on aurait pu s’attendre à ce que le talent de Cyanide nous livre un titre d’exception, mais même si le background de Earthblood respecte l’univers du mythique RPG, force est de constater que ni le gameplay, ni la réalisation ne font honneur au modèle ! Avec ses textures au rabais, ses animations raides, ses cut-scenes cheap et ses NPC pas très soignés, le jeu ne donne clairement pas envie de s’y attarder pour admirer le paysage, et les bases d’Endron ne valent pas mieux que la forêt de votre Caern puisqu’elles semblent fondues dans le même moule, tout comme les ennemis qui se répètent façon copié-collé. Sur le plan de la jouabilité, on a affaire à un mix raté entre Metal Gear Solid et Altered Beast, proposant des phases d’infiltration avec une I.A. en carton pâte et des séquences d’action heureusement un peu plus jouissives une fois transformé en Crinos, mais diablement confuses à cause d’une caméra qui n’en fait qu’à sa tête. Tout n’est cependant pas à jeter dans ce Werewolf, et on saluera les doublages anglais plutôt bons et l’histoire façon « Ecolo Warrior » très intéressante, de même qu’un framerate qui tient la route. Hélas, cela ne suffit pas pour que l’on recommande le soft à une autre personne qu’un fan pur et dur de la licence.



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la quarantaine depuis peu, je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news et le vidéo-testeur de ce site (foncez sur la chaîne YouTube d'ailleurs). Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je voue un culte aux shonens/seinens tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite ou encore Asebi. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch, Inception et Tenet. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!