Review

On n’a pas besoin d’être un gros studio pour faire un bon jeu, et c’est exactement ce que va nous prouver le jeu d’aventure narratif The Lion’s Song, des autrichiens de Mi’pu’mi Games. Un titre qui prend pour pari de baser toute son histoire sur… la panne d’inspiration ! Avouez que pour un soft à scénario, il fallait oser !

Je… ne sais pas quoi dire!

"La recherche d'inspiration et le stresse de la page blanche... il fallait oser"

« La recherche d’inspiration et le stresse de la page blanche… ça nous change des zombies et des aliens! »

C’est au petit studio Autrichien Mi’pu’mi Games que nous devons The Lion’s Song, un jeu d’aventure narratif en 2D composé de quatre épisodes. Si le nom des développeurs ne vous dit rien, c’est normal : il s’agit de leur premier projet. Il se murmure néanmoins que certains membres de l’équipe auraient travaillé sur… le dernier Hitman ! Logique donc que le premier volet de leur nouveau bébé s’intitule « Silence », non ?

The Lion’s Song va tour à tour vous placer dans la peau de trois artistes qui vont tous connaître, à un moment de leur vie, le syndrome du trou noir, de la page blanche, de l’inspiration zéro… avant de se réunir dans un quatrième et ultime volet. Histoire de ne rien vous spoiler, nous ne vous parlerons que du premier épisode, qui vous fait incarner Wilma, une jeune musicienne dont le professeur lui prédit un grand avenir. Tant et si bien que le bougre n’a rien trouvé de mieux que de lui organiser concert titanesque en plein coeur de Vienne dans à peine une semaine. La pression est forte sur les frêles épaules de la belle, surtout quand l’inspiration vient à manquer. Histoire de souffler un peu et retrouver des idées, la demoiselle s’isole dans une cabane au beau milieu des Alpes. Sans personne, loin de tout et affrontant une terrible tempête, la jeune musicienne va pourtant devoir essayer de… composer quelque chose !

Point & Click Old School

"Une Vienne début du XXème et un chalet isolé en plein coeur des Alpes comme décors"

« Une Vienne début du XXème et un chalet isolé en plein coeur des Alpes comme décors sur fond sépia… la magie opère en deux minutes! »

Dans la vieille bâtisse, vous aurez à parcourir l’écran grâce à votre souris, dans la pure tradition des point & click 2D de la bonne époque. Votre objectif ? Trouver des choses à faire pour vous occuper, des objets qui pourraient être des sources d’inspiration pour Wilma et l’aider dans sa quête d’écriture en lui décrivant les éléments du décors, l’aidant à se concentrer sur la musique ou encore en revivant avec elle des songes ou des conversation téléphoniques qui vous laisseront des choix à faire impactant la suite des événements.

Honnêtement, le titre ne paie pas de mine au départ et avec un sujet pareil, loin d’être épique, on se dit qu’on aura fait le tour de la question en dix minutes. Et pourtant, on fil des instants, on se prend au jeu, on commence à ressentir cette angoisse savamment distillée de ne pas pouvoir composer sa partition à temps, cette détresse face à ce manque d’inspiration qui ne veut décidément pas nous quitter. Tout cela passe par des mots, des sous-entendus, des impressions… et on ne peut que rester admiratif devant le travail de narration remarquable opéré par Mi’pu’mi Games pour le coup, et ce sur chaque volet déjà sorti et malgré la multiplicité des personnages incarnés et des situations vécues.

Le sépia… tout lui va

"Des dialogues empreints de conséquences et une réalisation graphique délicieusement old school"

« Des dialogues empreints de conséquences et une réalisation graphique délicieusement old school »

The Lion’s Song se présente visuellement sous une forme 2D pixelisée à la façon des gros jeux point & click des années 90 comme Days of the Tentacle, The Dig, Full Throttle et j’en passe, le tout sur fond de filtre sépia afin de donner une connotation ancienne pour ce titre censé se dérouler dans l’Autriche du début du XXe. Les décors sont excessivement détaillés, ce qui leur insuffle une sacrée vie, et les personnages sont tous charismatiques, perdus dans cette atmosphère assez sombre et triste qui sert à merveille le récit.

Histoire d’accompagner les graphismes, l’ambiance musicale à une importance joue un rôle capital dans le soft et le studio y a attaché une importance toute particulière pour nous faire ressentir les émotions de Wilma au travers de notes et de bouts de partitions dévoilés lors de nos trouvailles à l’écran, laissant apparaître la mélodie au fur et à mesure que l’intrigue progresse. Idéal pour nous pousser à en vouloir toujours plus. Un bonheur malgré l’absence totale de doublages vocaux.

De l’originalité à petit prix

Vendu pour moins de 10 Euros dans sa version Season Pass, The Lion’s Song étonne par la justesse de son propos et l’originalité de son thème, nous faisant vivre la détresse d’artistes confrontés au manque d’inspiration au travers d’une réalisation 2D qui fleure bon le point & click des années 90. Un vrai régal pour qui veut se laisser bercer par un récit « différent » des productions actuelles.

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

La 2D Pixel Art Sépia va faire déferler un raz-de-marée émotionnel chez les nostalgiques des points & click des années 90, dont LucasArts dominait le marché. Une vraie madeleine de Proust visuelle à moins de 10 Euros et des décors qui étonnent par leur niveau de détail.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario multiplie les points de vue autour d’une même problématique pour un final qui rassemble les divers personnages et nous montre tout l’impact de l’art dans la vie des gens. Niveau gameplay, c’est du point & click classique, avec des décisions qui montrent leur répercussion de façon diffuse jusqu’au quatrième et ultime épisode, en plein cœur de Vienne.

Bande-Son: 17/20

La musique de The Lion’s Song est juste… majestueuse ! Elle nous enveloppe littéralement dans l’univers artistique du soft, se dévoilant au fur et à mesure des notes et partitions retrouvées par la belle Wilma. Étonnamment, si les doublages sont totalement absents, cela ne pose aucun souci et donne même un cachet très spécial au jeu.

Durée de vie: 15/20

Comptez entre 45 minutes à une heure par épisode, sans réelles énigmes pour vous bloquer. Cela peut sembler court mais pour moins de 10 Euros et avec une petite replay value grâce à vos choix, c’est largement suffisant !

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

The Lion’s Song est clairement une surprise sur la scène des jeux d’aventure narratif. Avec son look de point & click 2D made in LucasArts, son scénario au propos plus qu’original, son petit prix et sa musique inoubliable, le titre de Mi’pu’li Games est à posséder d’urgence pour les amoureux du genre, tout simplement!



About the Author

Arkamis
Arkamis
J'ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j'en passe. J'y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen