Review

Au volant de votre bolide soigneusement préparé par vos soins, The Crew vous invite à traverser les Etats-Unis à la recherche de réponses. Mêlant habilement jeu de course et MMORPG dans un monde ouvert titanesque, le titre d’Ubisoft propose une expérience en ligne unique basée sur le travail d’équipe et l’affrontement à la conduite. Mais cette fameuse expérience de jeu, en dehors de son caractère « inédit », est-elle agréable ?

Fast and furious

Alex, votre héros injustement condamné pour la mort de son frère

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les jeux de courses ont la côte en ce moment avec du bon (Forza Horizon 2) et du moins bon (DriveClub)! Le studio de développement Ivory Tower a décidé de tenter sa chance dans le milieu en s’associant à Ubisoft pour nous livrer une petite « particularité » dans le monde des voitures vidéoludiques. Ainsi, au sein d’un monde ouvert gigantesque, The Crew mêle habilement le racing game au concept du MMORPG, la pléthore de pièces de tuning pour améliorer votre véhicule remplaçant allègrement les équipements rares des classiques du genre.

Ici, vous incarnez Alex. Le FBI vient vous sortir de votre prison pour vous proposer un deal. Incarcéré il y a trois ans après avoir été accusé injustement de l’assassinat de votre frère, vous devez mener l’enquête dans le gang qui est à l’origine de la mort de ce dernier pour trouver la taupe infiltrée du FBI qui vous a mené à votre perte, mais également le meurtrier de votre frangin.

L’équipe de choc

Entièrement jouable en ligne, le soft vous invite à former votre crew afin d’évoluer en équipe dans le monde des courses de voiture. Ensemble, séparément ou en affrontement, vous pourrez avancer dans vos missions principales ou relever des défis de rue afin de gagner des pièces pour améliorer votre véhicule. L’avantage du jeu en ligne vous conduit irrémédiablement à faire la course avec des joueurs beaucoup plus forts que vous.

Former une équipe solide s’avérera indispensable pour progresser rapidement

Un des problèmes majeurs du jeu réside dans la possibilité d’acheter du contenu supplémentaire, y compris des véhicules accessibles aux plus hauts levels, moyennant des sommes pouvant être exorbitantes. Evidemment, difficile de rivaliser sur une course avec un joueur du même level que vous mais qui s’est offert le luxe de se payer une voiture beaucoup plus puissante que la vôtre.

Du côté des missions principales, le jeu en coopération avec votre crew rencontre un avantage non négligeable. En effet, si l’un des membres de votre équipe remporte la victoire, la mission est remportée pour tous les membres du crew qui ont participé. Et au fur et à mesure votre progression, vous débloquez un peu plus de contenu PvP, qui vous permet de tuner votre voiture, encore et toujours.

Le monde est à vous

The Crew propose un terrain de jeu inégalé en termes de superficie

Gros atout du jeu, vous évoluerez sur une map gigantesque qui vous conduira de la côte est à la côte ouest des Etats-Unis. Il vous faudra plus d’une heure avec la voiture la plus rapide disponible si vous souhaitez relier les deux extrêmes de la carte. Avec la diversité des paysages et des horizons, vous pourrez voyager aussi bien dans les zones urbaines, les forêts, les déserts ou les montagnes.

Autour de vous, chaque secteur grouille de vie. Dans les milieux urbains, vous croiserez bon nombre de piétons, et les interventions des pompiers et des ambulanciers apporteront une touche de réalisme à votre jeu, sans compter les nombreux animaux que vous pourrez croiser dans les zones un peu plus sauvages. Et si le ciel laisse également place au passage de quelques avions, en revanche, point de météo dynamique à l’horizon, ce qui est un peu dommage.

En voiture Simone !

Du côté des véhicules, c’est un total de 37 voitures que vous pourrez acquérir chez les revendeurs. Cela  peut sembler peu, mais si l’on considère que le jeu tente de vous plonger dans un scénario réaliste, en y regardant de plus près, c’est quand même pas mal d’avoir plusieurs caisses dans la vie. De la muscle-car à l’élégante sportive, vous pourrez faire votre choix dans la diversité, naviguant entre Lamborghini, Camaro ou Koenigsegg.

Un aspect tuning prononcé mais un système de micro-paiements qui ruine l’équilibre des affrontements

Pour le pilotage, l’aide à la conduite vous simplifiera grandement la tâche, trop peut-être. Mais les sensations restent très agréables, à mi-chemin entre jeu d’arcade et de simulation, même si les premiers virages et les premiers obstacles vous donneront un peu de fil à retordre. Le dérapage au frein à main sera lui un véritable plaisir, tant et si bien que vous serez certainement tenté par quelques manœuvres à la première zone déserte traversée.

Tuning attitude

D’un point de vue technique, la fonctionnalité la plus intéressante de The Crew réside dans la manière dont on peut modifier ses véhicules. Lorsque vous acquérez une voiture, vous avez la possibilité de lui attribuer une classe (Street, Dirt, Perf, Raid ou Circuit), ce qui permettra de déterminer quelles sont les pièces que vous pourrez lui adjoindre par la suite, mais également les courses auxquelles vous pourrez participer.

Vous pouvez tuner tout ou presque sur votre véhicule, qu’il s’agisse de son aspect, y compris l’intérieur, ou de son moteur. Vous pouvez même y ajouter des autocollants pour faire passer vos messages. Et c’est en réussissant vos objectifs sur la carte, missions et défis, que vous pourrez obtenir les meilleures pièces pour votre joujou et gagner de l’expérience pour monter ce bijou jusqu’au level maximal, fixé à 1299. Et bon courage, car une trentaine d’heures de jeu vous mènera à peine au level 20.

Orage à l’horizon

Techniquement, le soft souffre d’un clipping énorme et de décors peu travaillés

Mais avec un open-world aussi grand, The Crew manque de détails visuels, et malheureusement, c’est graphiquement que le jeu en souffre. Les décors en arrière-plan sont parfois si grossiers que les horizons deviennent franchement laids. De même, le trafic routier ou certains éléments apparaissent parfois imprévisiblement, ce qui est souvent gênant quand on est lancé à grande vitesse sur les autoroutes. L’accident est vite arrivé, et ce ne sera pas de la faute du conducteur. Si les effets sur l’écran comme les projections de boue ou les retombées de poussière sur le pare-brise de votre véhicule sont vraiment sympathiques, ils ne gomment pas les nombreux défauts graphiques du jeu.

Du côté des radios, si celles-ci n’ont rien d’exceptionnel, elles ont l’avantage de ne pas être désagréables à l’oreille et suffisamment variées pour vous permettre de traverser le pays en toute sérénité. Les doublages, quant à eux, sont impeccablement réalisés, qu’il s’agisse de l’évolution en open-world ou bien sur les cinématiques. Ces dernières sont d’ailleurs tout juste parfaites, tant dans le son que dans l’image, et égalent quasiment les blockbusters hollywoodiens comme la saga Fast and Furious.

Alors, c’est le pied ?

Dans un monde ouvert gigantesque, The Crew propose une expérience de jeu originale et jouissive mêlant habilement courses, tuning et scénario béton. Malheureusement, l’open-world est tellement grand que les graphismes en pâtissent lourdement. De même, le tout-on-line confronte très vite le joueur à des problèmes de serveur qui bloquent toute possibilité de jeu, sans parler des micro-paiements intégrés qui torpillent l’équilibre entre joueurs. En bref, si le soft aurait pu offrir une expérience quasi parfaite, les défauts sont vraiment difficiles à oublier.

Le Vidéo-Test de la bêta par Neoanderson

Réalisation: 12/20

Très clairement, les graphismes de The Crew ne sont pas aboutis et les horizons en particulier apparaissent parfois comme sales. A l’heure de la next-gen, le manque de détails n’est pas pardonnable, que ce soit sur les décors ou pire, sur les véhicules.

Gameplay/Scénario: 18/20

Un scénario digne des blockbusters hollywoodiens, accompagné par des cinématiques superbement réalisées et un gameplay intéressant mêlant habilement la course et le tuning, le tout dans un open-world gigantesque, The Crew tire clairement son épingle du jeu dans le rayon des jeux de voitures.

Bande-Son: 13/20

Si les radios n’ont rien d’original et de transcendant, elles ont au moins le mérite de ne pas être désagréables et suffisamment variées pour vous permettre de traverser le pays avec plaisir. Du côté des doublages, rien à redire, tant dans l’open-world que dans les cinématiques.

Durée de vie: 17/20

Avec un level maximal fixé à 1299, en sachant qu’il vous faudra une trentaine d’heures pour atteindre à peine le level 20, le jeu promet une durée de vie à la limite de l’infini. En revanche, si les missions principales vous tiendront en haleine pendant plusieurs dizaines d’heures, vous vous lasserez vite des défis secondaires, beaucoup trop redondants et répétitifs.

Note Globale N-Gamz.com: 15/20

Si The Crew ne manque pas d’atouts que l’on soulignera avec plaisir comme le gigantesque open-world, le système de tuning ou le scénario béton, on aura beaucoup de difficultés à oublier les défauts du jeu qui pèsent leur poids dans la balance. En effet, avec des graphismes sales et un manque important de détails, une obligation de jouer on-line et l’impossibilité de rivaliser avec des joueurs qui peuvent s’offrir les voitures les plus puissantes en micro-paiement, le soft perd en crédibilité alors qu’il avait largement de quoi s’offrir une place de choix dans le rayon des jeux de voitures.


pub
pub



About the Author

CerberusXV3
CerberusXV3

Un smartphone greffé dans la main gauche, une manette dans la droite, polyvalente, rebelle, débrouillarde, un poil geeky, tatouée, piercée, pas fataliste mais réaliste, n’aime pas les préjugés, addict au café et à la junk-food, bref : comme tout le monde, mais en pire.