Review

Samurai Warriors 4-II débarque sur PlayStation 4 en ce doux mois d’octobre. Édité et développé respectivement par Omega Force et Koei Tecmo, ce beat’em all au nom à rallonge pose quelques questions. En effet, quand on trouve un grand nombre de chiffres dans un titre de jeu vidéo, il est coutume de s’en méfier… Est-ce une suite, une extension, un remake, ou encore une nouvelle invention des développeurs ? La réponse tout de suite !

La version parfaite ?

Ii Naomasa, le seul nouveau personnage jouable depuis la précédente version

Ii Naomasa, le seul nouveau personnage jouable depuis la précédente version

On ne va pas faire durer le suspense pendant 1000 ans, Samurai Warriors 4-II est une version améliorée de Samurai Warriors 4, sorti un an auparavant sur Playstation 3. D’après les mots des créateurs du jeu (et surtout de l’équipe marketing), il s’agit même de « la version parfaite de Samurai Warriors 4 ». Bien que l’on se demande tout de même s’il n’aurait pas été plus opportun de sortir tout de suite une « version parfaite », c’est avec intérêt que l’on se penche sur ce « nouveau- jeu-qui-n’est-pas-si-nouveau-que-ça ».

Si vous ne connaissez pas la série des Samurai Warriors, ou Sengoku Mûsou en VO, il s’agit d’une saga de beat’em all prenant place durant l’ère Sengoku au Japon, alors que les nombreux clans se disputent le territoire du Soleil Levant. On peut voir le titre comme le « petit frère » du plus célèbre des Mûsou, Dynasty Warriors. Il est d’ailleurs créé par la même équipe, Omega Force, et fonctionne sur les mêmes principes. Scénaristiquement parlant, ce Samurai Warriors se concentre sur le parcours du fameux Nobunaga. A vous de voir si vous souhaitez le soutenir… ou le détruire !

L’Histoire nipponne sous toutes les coutures

Et bim, 15 de moins !

Techniquement, le lifting graphique est sympathique, sans plus… mais l’animation est ultra fluide!

Le jeu est plutôt riche en contenu et comprend plusieurs modes variés. Commençons d’ailleurs par le mode histoire, classique, qui vous proposera une quantité assez impressionnante de niveaux différents. Enfin, différents, cela n’est pas tout à fait vrai ! En effet, ce mode est divisé par le nombre de personnages principaux jouables. Chacun d’entre eux va agir durant plusieurs chapitres au sein d’un même combat épique. Alors certes, si tous les stages ne sont pas identiques, ils retracent à chaque fois la même histoire mais du point de vue propre de chaque héros. C’est un concept intéressant car il permet de bien s’imprégner du scénario global, qui peut être un peu complexe à comprendre lors de la première approche. De quoi réviser agréablement vos cours d’Histoire japonaise ! Il y a plus d’une dizaine de personnages jouables de cette façon, certains disponibles dès le début et d’autres à débloquer par la suite. Ajoutons que chacun de ces combattants est accompagné d’un ou plusieurs compagnons secondaires, que vous pourrez diriger également. Attention, choisissez-les avec soin, car leurs qualités peuvent être très avantageuses, mais faites surtout bien attention à ce qu’ils ne meurent pas, cela vous coûterait la victoire.

A noter que si contrôler plusieurs héros ne vous intéresse pas, vous pourrez toujours faire appel à un ami puisque le jeu en coopération, soit sur la même console en écran splitté, soit online, est possible. Rien de mieux que de tabasser du samouraï en groupe pour se rapprocher de ses potes ! A côté de l’histoire, on retrouve l’habituel mais non moins apprécié « Free Battle », qui permet d’accéder rapidement à un combat de votre choix. Très pratique si vous avez juste besoin de vous défouler avant d’aller voir votre belle-mère ! C’est un mode de jeu simple, certes, mais qui tient néanmoins ses promesses en termes de fun immédiat.

Certaines tenues sont vraiment sexy

Certaines tenues sont vraiment sexy

Ensuite arrive la partie survie, dont le mode principal s’intitule « Castle ». Si vous pensiez vous prélasser dans un magnifique château japonais, oubliez tout de suite cette idée ! Non, ici il s’agit plutôt de différents stages destinés à repousser vos limites en combat. Le niveau classique consiste à affronter diverses vagues ennemies afin d’arriver au sommet du château. Tuer des centaines d’hommes peut sembler un peu extrême, mais il paraît que la vue est si jolie d’en haut ! Dans d’autres niveaux, vous aurez pour mission d’abattre un certain nombre d’hommes en un temps limité, ou encore de survivre le plus longtemps possible. Bref, que de joyeusetés dans ce château ! Hélas, ce dernier devient, à force, un peu redondant mais je vous rappelle que vous êtes là pour survivre, pas pour admirer la décoration.

C’est une vraie ménagerie

Comme mentionné précédemment, Samurai Warriors 4-II offre une multitude de personnages, tous plus originaux les uns que les autres. Les figures historiques sont respectées au maximum, certes, mais l’équipe s’est lâchée en créant d’autres protagonistes bien plus romancés. Ainsi, ne vous étonnez pas de voir des samouraïs en crop top (quels précurseurs de la mode!) ou de jeunes femmes avides de vengeance habillées de façon plus que questionnable. Enfin, on imagine qu’un bikini ou une petite robe en résille doivent être très efficaces contre les attaques au sabre ; j’avoue ne pas être experte en la matière…

Sur les personnages non-historiques, on peut clairement dire que les développeur se sont lâchés!

Sur les personnages non-historiques, on peut clairement dire que les développeur se sont lâchés!

Chaque combattant possède son arme de prédilection, de la grosse épée aux dagues tranchantes, en passant par des rubans enflammés, la diversité est le maître mot. Les attaques et les combos sont assez variés, et vous en débloquerez de nouveaux au fur et à mesure du jeu. Vous pourrez bien entendu réaliser des coups spéciaux et surtout rentrer en « Mûsou », qui correspond à un mode rage dans lequel votre personnage deviendra surpuissant et dégommera vos ennemis d’un claquement de doigts. Évidemment, pour l’utiliser, il vous faudra remplir la barre éponyme… en abattant des adversaires par dizaines. A noter que pour faciliter vos déplacements sur les maps, parfois très étendues, vous pourrez avoir accès à une monture. Les chevaux, comme les armes, pourront être remplacés par des versions plus performantes tout au long de votre aventure.

De plus, grâce à des tomes récupérés durant les combats, il est possible d’améliorer votre personnage, que ça soit en boostant ses statistiques ou en lui apprenant de nouvelles techniques disponibles sur le champ de bataille. Ces capacités et ces techniques se débloquent sur un échiquier géant, très pratique pour voir d’un simple coup d’oeil ce que vous possédez déjà et ce que vous pouvez obtenir prochainement. Bref, le gameplay est bien plus fourni qu’il n’y paraît au premier abord, et c’est tant mieux.

Du bon Mûsou… mais pas trop Next-Gen

Si l’on évite de le comparer à Samurai Warriors 4, dont il se révèle très proche au final malgré un petit lifting graphique, Samurai Warriors 4-II est un très bon beat’em all qui vous défoulera sans vous lasser grâce à son contenu conséquent et sa pléthore de personnages charismatiques. Oubliez la promesse de jeu parfait faite par les développeurs, et préparez-vous tout simplement à détruire des armées de samouraïs par dizaines dans la joie et la bonne humeur sur une bande-son incroyable, mais seulement si vous n’avez pas déjà pratiqué l’opus PlayStation 3 !

La Bande-Annonce

Réalisation: 15/20

Adapté d’un jeu Playstation 3, c’est sans surprise que Samurai Warriors 4-II ne se montre pas tout à fait à la hauteur des capacités de la Playstation 4. Cela reste cependant un beau jeu, sans véritable défaut majeur et doté d’une animation fluide en toutes circonstances. Un bon « Remastered », en quelque sorte.

Gameplay/Scénario: 15/20

Directement adapté de l’Histoire nipponne, le scénario de Samurai Warriors 4-II est parfois un peu complexe à suivre. L’idée de revivre la même bataille de plusieurs points de vue différents permet toutefois de s’en imprégner de façon optimale, de la comprendre en profondeur et même de finir par la connaître par coeur ! Le gameplay, quant à lui, a été fluidifié depuis Samurai Warriors 4 sur Playstation 3, et le soft se révèle bien moins bourrin qu’il n’y paraît de prime abord.

Bande-Son: 17/20

Voilà une jolie surprise que cette bande-son ! Mêlant musique traditionnelle nipponne et rythmes rock entraînants (sans parler des quelques sons rétro que l’on s’amusera à déceler), les mélodies de Samurai Warriors 4-II sont travaillées et collent à la perfection à ce Japon d’antan ravagé par les combats et la lutte pour le pouvoir. Les doublages japonais sont, quant à eux, très crédibles et ajoutent à l’immersion lors des batailles.

Durée de vie: 18/20

Avec des dizaines de missions dans le mode histoire, 4 niveaux de difficulté et la possibilité de jouer en partie rapide, en ligne ou en survie, Samurai Warriors 4-II nous offre un contenu très conséquent qui vous occupera longuement. Remplir tous les objectifs afin de platiner le jeu promet de le rentabiliser largement !

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

On nous avait promis un jeu parfait. Samurai Warriors 4-II ne l’est malheureusement pas, mais il offre néanmoins une expérience très complète et agréable, que ce soit pour les amateurs de beat’em all ou pour les novices en la matière, grâce à sa difficulté réglable et la pseudo-simplicité de son gameplay. Hélas, il y a trop peu de nouveau contenu pour le rendre intéressant si vous possédez déjà son aîné sur PlayStation 3. Dans le cas contraire, vous pouvez vous faire largement plaisir avec ce titre qui vous occupera de longues heures !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Amy
Amy
Gamer girl et otaku dans l'âme, j'ai fait du fansub -aux postes de traductrice/checkeuse- pendant plusieurs années. A la fin de mon anime favori (R.I.P. Bleach), j'ai lentement décroché ; et depuis, j'ai erré sur le net ... Jusqu'à ce que je trouve N-Gamz ! Un site qui me permettrait de partager ma passion non plus de la japanim, mais des jeux vidéos avec un public ; parfait ! Je vais donc mettre tout mon petit coeur dans mes articles et tests, en espérant qu'ils vous plairont ! Random fact : je fais un délicieux brownie