Review

Envie de tout claquer pour un peu de verdure et d’aventure ? C’est ce que nous propose My Time at Portia depuis janvier sur Steam après un accès anticipé qui devrait servir d’exemple à beaucoup de développeurs. Et bien le soft débarque aujourd’hui sur consoles dans sa version finale, ce qui nous donne l’occasion rêvée pour vous parler de la drôle de vie qui vous attend dans le bébé de Team 17!

Tout plaquer pour élever… des lamas !

« A vous de reprendre l’atelier de votre aïeul! »

Développé par Pathea et édité par la fameuse Team 17, My Time at Portia nous propose une aventure pleine de fraîcheur dans un genre déjà un peu surchargé: la gestion sandbox façon Rune Factory ou Harvest Moon. On commence ainsi par personnaliser son petite avatar avant de se lancer dans le grand bain de la vie d’adulte ! Notre padre ayant décidé de nous confier son atelier de construction situé dans la bucolique Portia, il va falloir se retrousser les manches afin de devenir LE bâtisseur du siècle. En soi, le pitch de départ est plutôt classique et on se rappelle avec beaucoup d’affection toutes nos parties d’Harvest Moon. On va donc pouvoir construire notre vie de A à Z, gérer nos relations allant de la simple amitié au mariage, voire même au divorce, et surtout faire en sorte que notre petit commerce soit florissant !

Pour cela, nos journées vont devoir se découper de plusieurs façons : ramassage de matériaux pour l’artisanat et surtout… craft ! Bien entendu, les divers « ingrédients » ne vont pas se trouver sur le pas de la porte de votre atelier. Entre balade de santé et récolte, il va falloir se pencher sur les divers donjons qui peuplent votre contrée colorée afin de la débarrasser d’ennemis redoutables et trouver des composants rares. Sans tomber dans l’exigence, ces niveaux prennent de la difficulté au fil du temps, sans jamais non plus sombrer dans le bête et méchant afin de conserver un esprit bon enfant tout du long de notre épopée. Le craft se fait, pour sa part, facilement mais il va vite falloir apprendre à maîtriser le rendement de vos diverses productions de matières transformées afin de pouvoir faire de l’artisanat à toute heure !

Un pêcheur sachant pêcher…

« Beaucoup d’activités et une interface bien pensée »

Oui, parce que bien que l’artisanat soit le pivot central de My Time at Portia étant donné que vous gérez un atelier de construction dont la réputation est à créer puis à défendre, moult activités annexes sont aussi à votre disposition ! Cuisine, rencards, pêche, ferme et élevage… tout y est ! Tout est présent pour progresser de la façon dont on l’entend, avec des quêtes qui se complètent les unes, les autres et surtout une abondance de tâches qui permet de ne pas se lasser dans un soft qui pouvait se montrer bigrement redondant à ses débuts en early access.

L’avantage de My Time at Portia, c’est que le jeu a réussi trouvé un genre d’équilibre entre diversité et simplicité, le rendant accessible à tout âge et pour tout type de joueurs. Le gameplay est efficace et nous avons clairement affaire à un soft qui s’est lissé au fil des mois de son développement, avec une équipe de développeurs à l’écoute de sa communauté, pour un résultat au top du top !

On emménage quand ?

Le petite monde de Portia possède sa propre identité avec sa riche histoire, les ruines qui peuplent le paysage nous le rappelant à tout moment lors de nos explorations. Le soft nous propose du coup des environnements variés allant de la plaine au désert en passant par de grandes forêts, et l’on pourra compter sur des cycles jour/nuit pour varier les décors. Bien entendu, ce qui nous donnera cette impression de façon plus marquante, ce sont les conditions météorologiques ainsi que les changements de saison. Tout ce petit univers est réalisé dans un style très dessin animé, plein de douceur et de couleurs. Une véritable pause détente visuelle !

« Visuellement, le style graphique du jeu est terriblement bucolique »

La bande-son, de son côté, participe au break mental et léger, même si on regrettera que les thèmes musicaux soient du genre répétitif ! Un peu façon Slime Rancher mais pas au point d’un Atelier, pour les connaisseurs. La lecture des menus et divers textes se fait aisément, en clair tout est pensé pour que l’aventure se déroule sans accrocs ni bugs !

Bien plus qu’un paliatif…

En effet, entre l’annonce de Rune Factory sur Switch, le délai de sortie de Re: Legend ou encore celui de l’hyper attendu Animal Crossing, les fanas du genre RPG Gestion à tendance Sandbox ont de quoi avoir les nerfs en pelote faute de titres à se mettre sous la dent. Et bien alors que My Time at Portia aurait pu être un simple passe-temps pour patienter bien gentiment jusqu’au lancement des jeux précités, le jeu s’impose… comme une nouvelle référence du genre ! Attachant, complet et abouti, il nous propose un contenu de qualité où la diversité d’activités ne peut que satisfaire les gamers les plus pointilleux.  Du bonheur au bout des doigts et ce, peu importe le support !

La Bande-Annonce

Réalisation: 17/20

Alors oui, on n’est pas en présence d’un soft qui pousse le réalisme de ses graphismes au-delà des limites existantes, nous sommes bien d’accord ! Mais le look dessin animé ultra kawaii sied à merveille à l’ambiance du jeu. Les personnages que l’on rencontre lors de notre aventure sont tous attachants à leur façon et les créatures qui peuplent Portia sont génialement mignonnes.

Gameplay/Scénario: 18/20

Bien que le scénario soit relativement classique pour ce genre de jeu, on apprécie la fraîcheur et la douceur apportées par les protagonistes. Les quêtes se suivent et même si elles se ressemblent parfois, elles restent agréables à parcourir. On finit d’ailleurs par tenir à conserver son titre de meilleur atelier ainsi qu’à aider tout le petit monde de Portia. Le gameplay, bien que simple à prendre en main, se révèle hyper varié au final et apte à satisfaire les envies de tous : combat, craft et récolte, jardinage, élevage, pêche….tout y est ! De plus, le level design est intelligent et la lecture des différents menus se fait de façon claire. Tout est bien pensé au pays de Portia !

Bande-Son: 16/20

Agréable et pleine de peps, la bande-son s’inscrit dans la logique de la réalisation esthétique du soft. Seul petit bémol: la répétition des thèmes musicaux.

Durée de vie: 18/20

Pour la gentille somme de 30€, My Time at Portia propose un contenu quasi inquantifiable. Il y a toujours quelque chose à faire ! On atteint très facilement la cinquantaine d’heures en ligne droite, alors je vous laisse imaginer le compteur si vous accrochez carrément au style. De toute façon, avoir une vie sociale c’est soooo 2010.

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Qu’il est bon de voir des petits studios indépendants proposer un contenu d’une telle qualité, sachant écouter sa communauté et avancer avec elle tout en conservant la propre identité de son jeu ses idées. J’ai ainsi pu voir grandir et se développer My Time at Portia sur PC durant tout son early access avant de m’attaquer, pour ce test, à sa version finale sur PlayStation 4, et autant dire que c’est un réel plaisir de voir un soft aussi bien réalisé et bien pensé. Tous les ingrédients sont présents afin d’obtenir la recette d’un sandbox léger qui fleure bon la passion ! Un amour de jeu que l’on ne peut que vous recommander si vous adorez le style ou si vous avez besoin d’un break plein de douceur !



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !