Review

Qu’on se le dise, Milestone nous avait plus qu’agréablement surpris avec son Monster Energy Supercross qui avait opté pour l’Unreal Engine 4 et le côté déjanté des courses de motocross américaines, aussi attendait-on ce MXGP Pro avec impatience pour voir si le studio allait continuer sur sa bonne lancée. Malheureusement, en misant sur une approche plus sérieuse de la discipline, le papa de Gravel semble avoir un peu perdu son Mojo. Explications.

Motocross Milestone

« La joie des courses dans la boue »

Milestone et les sports mécaniques, c’est une histoire d’amour qui dure depuis très longtemps, le studio italien s’étant spécialisé dans cette gamme de softs au point de nous ressortir, année après année, un peu toujours la même soupe sous le couvert de son moteur de jeu maison qui, s’il s’avérait pertinent sur Old Gen, a bien eu du mal à passer le cap des PS4 et Xbox One.

Heureusement, l’illumination est venue de l’Unreal Engine 4, que Milestone a utilisé pour Gravel mais aussi pour le très bon Monster Energy Supercross, lequel faisait enfin sortir sa saga MXGP du carcan trop sérieux et rigoureux dans lequel elle s’était quasiment figée dans le temps. Et bien vous savez quoi? MXGP revient mais… n’a pas compris la leçon de son spin-off et nous la rejoue sobriété et même… minimum syndical par moments!

Elle est où ma carrière?

« Une physique qui pose souci »

Ainsi, là où le mode carrière de Monster Energy Supercross était plus que sympathique et offrait pas mal de nervosité et de spectacle made in U.S.A. (It’s amaaaaaazing!), ici c’est une version un peu chiche que nous propose MXGP Pro, le tout bardé d’un tutorial qui n’apprend pas grand chose mais se révèle obligatoire à faire à 100% si vous voulez bénéficier de bonus permanents ingame comme une meilleure maniabilité dans les virages. Une idée loin d’être géniale. Sinon, vous aurez également accès à un online un peu cheap, un Time Attack et des courses individuelles ainsi qu’un mode « extrême » ultra demandeur sur le plan de vos tracés. Bref, le minimum syndical, mais ça fera le job pour qui recherche surtout la licence MXGP de cette année, avec des circuits et coureurs officiels.

Niveau gameplay, le titre lorgne du côté de la simulation avec une gestion poussée de la physique de votre véhicule et des possibilités de customisation censées impacter vos courses mais hélas… les bugs ruinent un peu l’expérience de jeu! En effet, le soft souffre de soucis de collision récurrents qui vous entraîneront vers des chutes involontaires frustrantes en diable. Espérons donc que les devs règlent tout ça à grands coups de mise à jour car pour l’instant, c’est parfois impraticable.

Gentlemen, Start Your… Unreal Engine!

« Des effets de lumière vraiment réussis »

Par contre, la réalisation de MXGP Pro montre que le choix de l’Unreal Engine a vraiment été le bon pour la licence, et pour tous les futurs jeux Milestone en général d’ailleurs. Les modélisations des véhicules sont détaillées au possible, les circuits couverts d’une boue réaliste et de sillons aptes à vous faire tomber de votre bolide, tandis que les effets de lumière et climatiques font enfin Next-Gen. Du bon boulot malgré quelques chutes de framerate sur les départs, heureusement sans réelle conséquence.

Hélas, on ne peut pas faire autant d’éloges de la bande-son, avec des titres rock parfois très génériques dans les menus et surtout… une foule qui brille trop souvent par son absence. Soulignons néanmoins les bruits de moteurs plutôt crédibles.

MXGP Pro ou… Amateur?

Vous l’aurez compris, MXGP Pro avait de jolies cartes à jouer après la bonne surprise que fut Monster Energy Supercross, mais s’il a bien pris les devants avec son moteur 3D, il a laissé de côté les modes de jeu, une partie du gameplay et de la finition, tout un éditeur de tracés ainsi qu’une bande-son qui envoie du lourd pour se contenter du minimum syndical sur ces points. Dommage, mais le titre reste forcément indispensable pour tous les fans de la discipline, et est loin d’être mauvais au final mais juste… pas assez ambitieux à notre goût.

La Bande-Annonce

Réalisation: 14,5/20

Il n’y a pas à dire, le moteur Unreal Engine 4 sied à merveille aux licences motorisées de Milestone, et ce MXGP Pro nous le prouve à nouveau avec une modélisation très convaincante des véhicules, des effets de lumière et climatiques réalistes et un terrain qui se déforme en temps réel. Par contre, tous ces bugs de collision et cette physique loin d’être au top gâchent un peu la fête.

Gameplay/Scénario: 13/20

Avec une carrière biaisée par rapport à Monster Energy Supercross et des modes de jeu loin d’être enthousiasmants tant ils brillent par leur classicisme, MXGP Pro ne peut prétendre faire aussi bien que le premier cité, d’autant que son tutorial est plutôt horripilant pour le coup. Il n’empêche, quand tout se goupille bien, les sensations sont au rendez-vous. Ce n’est déjà pas si mal.

Bande-Son: 11/20

Des mélodies parfois très génériques et une foule plutôt absente, heureusement contrebalancées par des bruits de moteur crédibles.

Durée de vie: 13/20

Le mode carrière est plutôt répétitif, le online un peu chiche, et l’absence d’éditeurs de circuits fait forcément baisser la note, mais les fans qui veulent la licence officielle y trouveront leur compte malgré la répétitivité de l’ensemble.

Note Globale N-Gamz.com: 13/20

MXGP Pro n’est pas assez ambitieux là où Monster Energy Supercross avait ouvert la voie de la simu Next-Gen avec brio pour Milestone. Trop chiche en modes de jeu et bardé de bugs de collision parfois horripilants, le titre est de plus amputé d’un éditeur de circuit qui aurait pourtant pu lui faire beaucoup de bien. Dommage donc, même s’il reste un jeu de motocross convaincant et surtout… doté de la licence officielle!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!