Review

Pour le plus grand bonheur des fans de motocross, Milestone nous offre, un an seulement après la sortie du second volet, un MXGP 3 flambant neuf arborant un moteur Unreal Engine 4 histoire de vous scotcher la rétine sur le guidon ! De quoi s’enthousiasmer ou… sentir la suite bâclée ?

L’art de la boue

« Un gameplay au Dual Sticks qui a fait ses preuves »

Milestone est bien connu des amoureux de sports mécaniques puisque ce studio de développement basé en Italie est quand même derrière la saga WRC à l’époque où ils bossaient pour BigBen, mais on leur doit aussi les licences MotoGP, Sebastien Loeb Rally Evo et forcément MXGP 2, des softs que nous avons bien entendu testés précédemment sur N-Gamz.

Du coup, c’est sans grande surprise que l’on retrouve un nouveau soft officiel du championnat du monde de motocross : MXGP 3, qui vous convie d’entrée de jeu à créer votre équipe et personnaliser votre avatar pour entamer un tutoriel puis deux courses de classement (le Wild Card) afin de définir quelles écuries vont être intéressées par vos prouesses… et enfin pouvoir attaquer les championnats du MX2 au MXGP. On vous rassure, si les offres ne vous plaisent pas, vous aurez toujours la possibilité de commencer avec votre propre écurie, moyennant l’achat d’une bécane et la sélection d’un sponsor qui vous suivra, du moins jusqu’à ce que votre réputation grandisse et vous ouvre la voie vers de nouveaux contrats bien juteux.

On prend les mêmes et…

«  »Des conditions climatiques qui influent vraiment sur la course »

… et bien non en fait, car si cette introduction parlera forcément aux possesseurs de MXGP 2 tant le début du jeu s’avère similaire et les modes identiques (Carrière, Grand Prix, Championnat, Multi), le titre de Milestone compte quand même quelques nouveautés, à commencer par tous les circuits et pilotes de la saison de 2016 de motocross. Le développeur nous offre également l’accès à de nouvelles gammes de motos, à savoir les 125 et 250cc,  mais aussi de nouveaux tracés et des objets de personnalisation inédits pour votre avatar et votre bécane.

De plus, les effets météorologiques viennent « casser » un peu plus les terrains que précédemment, livrant des conditions de courses vraiment particulières qui changent radicalement la surface au sol au fur et à mesure des tours de pistes. Il faudra donc, en fonction du temps, changer drastiquement son approche du tracé, ce qui  améliore considérablement le gameplay, le rendant plus stratégique. En outre, l’IA a gagné en autonomie et en prise de décisions et ne se contente plus d’enchaîner bêtement les tours suivant un tracé immuable. Non, ici les concurrents essaieront de se placer au mieux pour vous donner du fil à retordre. Question jouabilité, on reste sur les bases de l’ancien volet avec un maniement au Dual Sticks pas aisé à prendre en main au départ, mais diabolique de précision par la suite, et une customisation poussée au niveau mécanique.

On passe à la vitesse supérieure !

« Moteur de jeu flambant neuf pour résultat visuel convaincant »

Mais c’est surtout niveau réalisation que MXGP a progressé, avec des effets de vitesse bien plus convaincants et un moteur Unreal Engine 4 qui nous offre des détails bien plus impressionnants sur les circuits, les textures et les bécanes. Les effets comme la boue, la pluie et l’animation du public sont clairement plus réalistes.

Au rayon de la bande-son, on note également une belle progression par rapport à MXGP2 avec des bruits de moteurs réenregistrés qui nous font de suite oublier le bruit infâme de mobylette de l’opus précédent. Un sacré travail !

Incontournable pour les fans

Même si on déplorera son manque d’innovations de gameplay et de modes de jeux, MXGP3 fait enfin passer la licence dans la Next-Gen en lui offrant l’écrin graphique et sonore convaincant qui lui manquait tant. Incontestablement un must have pour les aficionados de la discipline.

La bande-annonce

Réalisation: 17/20

MXGP 3 place la barre beaucoup plus haut que pour MXGP 2 grâce à son moteur Unreal Engine 4 qui nous offre des décors réalistes, des circuits et des motos détaillés, un public convaincant, une impression de vitesse bien présente et des conditions météos plutôt bluffantes. Un réel plaisir de voir l’évolution entre les deux softs !

Gameplay/Scénario: 16/20

Le jeu nous propose toujours le même scénario en carrière, avec en prime la saison 2016. Niveau gameplay, on reste sur du Dual Stick un peu déroutant au départ mais diabolique de précision par la suite. On apprécie beaucoup l’incidence des conditions météo sur la façon de conduire et l’aspect personnalisation esthétique et mécanique plutôt poussé, sans parler d’un multi convivial.

Bande-Son: 16/20

Pareil que pour les graphismes, Milestone a appris de ses erreurs et a mis les bouchées doubles pour se rapprocher le plus fidèlement possible des vrais bruits de pots et de moteurs des bécanes actuelles. Un gros gain pour l’immersion !

Durée de vie: 14,5/20

Une durée de vie toujours limitée à une dizaine d’heures en carrière, que l’on pourra augmenter avec les championnats, grands prix et multi. On aurait aimé un mode un peu plus scénarisé comme dans les jeux 2K ou EA.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Milestone n’a pas pris les fans pour des imbéciles et a remanié de fond en comble sa copie graphique et sonore pour MXGP 3, proposant enfin une réalisation qui fait plaisir tout en conservant le gameplay si particulier et le haut degré de personnalisation esthétique et technique de sa licence. Si on se montrera un peu frustré par une partie carrière ressemblant beaucoup  à l’opus antérieur, pour le reste c’est du tout bon !



About the Author

Arkamis
Arkamis
J'ai appris à connaître les jeux vidéo très tôt, grâce a mes frères, avec la NES, la Master System, et j'en passe. J'y ai découvert un univers de rêve qui, 15 ans plus tard, me réserve toujours autant de surprises et de plaisir, que ce soit rétro ou current gen