Review

C’est l’histoire d’un Big-Bang, de la collision des particules « MMO style Diablo » et de celles de la « licence Marvel », qui connaît un succès sans précédent en ce moment, autant au ciné, qu’au niveau des BD et des comics. Après plus de trois ans et demi de travail acharné, voici venir LE MMO PC digne des super héros dans un environnement multi-joueurs persistant, le tout chapeauté par Gazillion. En plus, il est gratuit !  Avec Secret Identity, une team de folie comprenant David Brevik (designer des Diablo 1 et 2) et le scénariste Brian Michael Bendis (un des grand auteur/dessinateur Marvel, créateur des Ultimates entre autre), on ne pouvait qu’obtenir un sacré résultat. Big-Bang réussi, un nouvel univers est né !

Geek ou non, tu trouveras ta place

Dans Marvel Heroes, tout débute par le choix de votre personnage préféré, que vous soyez capable de citer à quelle date tel héros est apparu pour la première fois, ou non. Tout le monde y trouvera son compte. Vous ne pourrez choisir que des super héros, dans le petit panel proposé pour les personnes qui jouent gratuitement, ou dans une pléthore si vous bénéficiez d’un pack payant. Grâce à N-Gamz et mon statut de super testeuse de la mort qui tue, j’ai pu réaliser mon grand rêve et me mettre aux commandes de mon chéri d’amouuuuur, mon demi-dieu blond et musclé : THOR. Je me suis même payé le costume qui va bien (il est beau hein ? Si vous dites non, je vous massacre).

L'un des costumes du plus beau des Avengers!

À noter, d’ailleurs, que vous ne pouvez pas « personnaliser » morphologiquement votre avatar puisque ce sont des personnages exclusifs de Marvel, MAIS vous avez néanmoins le choix de son costume, sachant qu’il y en a de nombreux, divisés selon l’époque, la série ou le dessinateur. Le tout dans un respect extrêmement méticuleux des créateurs de comics Marvel, et même des représentations ciné. A titre d’exemple, vous pourrez remarquer dans la première photo que le costume dans lequel parade mon chéri est celui des Avengers, sorti au ciné le 25 avril 2012. Le soft ciblant large, j’avais aussi le choix de sa première tenue (première apparition en comic août 1962) avec ses ailettes de casques et son pantalon super bleu… Bref, l’embarras du choix auquel s’ajoute un système de craft vestimentaire relativement simple. Bonheur !

Niveau scénario, là encore le respect pour le matériau d’origine est total grâce à la présence de méchants d’anthologie, avec en tête de liste le Dr. Doom, mais également Toad, Magneto, The Blob ou encore Madame Hydra, pour ne citer qu’eux. L’univers saura aussi s’étendre à des lieux connus des séries Marvel, notamment la X-Mansion, mais aussi Savage Land ou Mutant Town. Je n’en dirais pas plus sur l’histoire, sinon je vais vous gâcher la bonne surprise.

Par la simplicité, tu seras électrisé

Enfin un jeu maniable et intuitif !

Nous voilà prêts, notre super héros préféré en main, et on se lance dans l’aventure. Le maniement est simple, clic, on tape, clic, on tape encore plus fort et zou on se déplace. Alors bien sûr, il faut quelques minutes pour s’habituer à ne pas foncer sur l’ennemi lorsqu’on prend un personnage adepte du combat à distance, mais force est de constater que le titre est juste facile à manier, simple à comprendre et sans un milliard de raccourcis mal placés qui donnent des crampes dans les doigts. Et quand on opte pour un pro du corps à corps à la Hulk comme ma brutasse chérie de Krator aime à le faire, la question ne se pose même pas. Vous avez joué à Diablo, à Wow ? Alors vous n’aurez aucune difficulté de prise en main. Non, la difficulté, la vraie, se situe dans les affrontements avec des mobs, et surtout des boss, qui demandent un minimum d’intelligence et de gameplay, d’autant que le décor est interactif et que vous pourrez projeter, si votre force vous le permet, quasiment tout ce qui vous passe sous la main. Le placement est super important et permet vraiment de mettre en valeur les joueurs qui s’appliquent. Et oui, bourriner comme une malade à coup d’éclairs ne suffit pas. Tant mieux, sinon où serait l’intérêt !

Mais que serait un « Diablo like » sans une myriade d’équipements ? Rassurez-vous, ça loot bien. Pas d’inquiétudes, ni de vol de matos, ni de répartitions complexes à faire, vous ne pouvez ramasser que ce que vous voyez et ne voyez que ce qui est à vous. Après, n’hésitez pas à garder le matos pour les autres personnages puisque vous pouvez en switcher quand vous le voulez et garder votre progression en cours. Mais attention, si vous « switchez » avec un héros de bas niveau, et selon votre avancée dans le jeu, les super vilains risquent d’être un peu trop boosté pour vous.  Marvel Heroes est donc un jeu qui encourage vraiment l’augmentation d’une kyrielle de personnages différents en parallèle. Du coup, on se lasse parfois un peu de refaire les même mobs pour rattraper son retard sur son personnage principal, mais comme chaque protagoniste dispose de son propre gameplay et que le jeu demande de la concentration, le tout passe sans gros soucis.
Pour les instances, les groupes se génèrent automatiquement. Le côté social en pâtit et le chat est carrément désert

Petit plus à signaler: vous bénéficiez d’un coffre commun (et un inventaire) à tous vos personnages, ce qui facilite grandement les échanges. Un vrai soulagement. Les compétences, elles, montent avec les niveaux et vous avez accès à un arbre de talent. Vous pouvez prendre les sorts qui vous branchent, tester et retester jusqu’à ce que ça corresponde à VOTRE façon de jouer. Simple, efficace, et totalement personnalisable.

Le système des quêtes est habituel et bien rôdé, même si aucun guidage n’a été intégré. Il faut dès lors bien fouiller chaque carte, lire avec attention le contenu des missions, et faire gaffe car le repop de monstres est très rapide, ce qui pourrait en excéder certains (surtout si vous avez le sens de l’orientation d’une Xéléniel…). A noter qu’il existe des cartes qui  feront la part belle à « l’appel à la population ». Si vous vous rendez dans la zone énoncée, vous pourrez faire une quête supplémentaire avec tous ceux du coin qui ont eu envie de donner un coup de marteau, pardon, de main. Pour les instances, les groupes se génèrent automatiquement. C’est d’ailleurs là l’une des rares faiblesses du jeu. Comme tous les persos sont les mêmes (quasiment), il faut retenir le nom de telle ou telle personne et le mettre tout de suite en ami pour espérer le retrouver un jour, ce qui est loin d’être évident tant le rythme du soft est haletant. Bref, le côté social en pâtit et le chat est carrément désert (remarquez, c’est mieux que tout pourri par des kikoolol débiles).

Devant ton écran, tu ne dois pas baver… (parce que sinon, ton mec va être jaloux)

Techniquement, le soft se défend plutôt bien

Sur le plan technique, une chose me vient à l’esprit de suite : « Par la barbichette de Chris Hemsworth, qu’est-ce que c’est beau ! ». Le niveau de détail sur les personnages est très élevé, et la modélisation magnifique. Rien ne vaut mon blondinet, son armure rutilante et ses cheveux au vent, son corps musclé, brandissant son marteau entouré des zébrures puissantes des éclairs… Euh, excusez-moi, je m’égare. S’il fallait lui trouver une comparaison graphique, je le placerais un peu en-dessous de diablo 3, mais sincèrement, les différents effets de sorts sont magnifiques et ont un rendu immersif. On sent clairement la puissance du foudroiement ou du magistral coup de poing. Même à plusieurs, il n’y pas de surcharge d’effets spéciaux et le tout reste incroyablement lisible et beau. Une prouesse.

Si les bruitages sont très corrects et immersifs, la musique est, elle, répétitive et sans grand intérêt, même si elle colle à l’ambiance. Personnellement, je la coupe pour mettre autre chose en fond. Enfin, les cinématiques sont un vrai régal. C’est bien simple, vous plongez directement dans une BD aux graphismes stylisés, avec la pointe d’humour qu’il faut et un scénario parfaitement expliqué. Rebondissements, surprises, recherche de la bonne histoire… On sent bien la touche de Brian M.Bendis! Pour moi, ça a été l’excellente surprise du soft. On est littéralement « dans le comics ».

Mon coup de cœur du moment

Un Diablo/MMO qui fait honneur à Marvel

Je sais. Vous allez dire que c’est parce que je réalise mon fantasme de voir évoluer mon chouchou sur l’écran et de le voir éclater les méchants, mais je suis une journaliste, une professionnelle avant tout et qui va vous dire avec sincérité que ce jeu… c’est de la bombe ! La qualité des graphismes, le scénario, l’excellence des cinématiques, le côté original de certains choix de développement… Tout ça nous fait oublier le plus important : c’est GRATUIT ! Et oui ! Le jeu est tellement bien fait que l’on zappe ce détail d’importance, ce qui est franchement exceptionnel dans le milieu des Free to play. Donc, avant de découvrir mes notes, gardez bien cela à l’esprit. Et le dernier mot : Thor c’est le meilleur !

 

Le trailer vidéo

Réalisation: 18/20

Pour un jeu gratuit, la réalisation est vraiment aux petits oignons. David Brevik a imprimé sa (magnifique) touche. 

Gameplay/Scénario: 19/20

Que voulez vous que je vous dise ? Scénario passionnant de Brian Michael Bendis qui nous fait entrer de plein pied dans un comics, gameplay aussi simple qu’efficace. Une réussite !

Bande-Son: 14/20

L’ambiance est respectée et ça suffit amplement pour accompagner le jeu, même si les musiques sont on ne peut plus répétitives. Mention spéciale néanmoins pour les bruitages immersifs, d’où la note.

Durée de vie: 17/20

Un bon scénario qui demande de longues heures de jeu, des instances, des événements, ensuite on enchaîne par des quêtes journalières, du PVP… Je ne suis pas encore arrivée au bout !

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

C’est beau, c’est bon, c’est gratuit, c’est du Marvel, créé par des Maîtres de l’art. La parfaite fusion d’un hack’n’slash et des supers héros en fusion atomique explosive. Un coup de cœur, tout simplement !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Krator et Xeleniel
Couple de gamers passionnés par le jeu de rôle, il se sont rencontrés sur un grandeur nature et jouent ensemble depuis treize ans. Il teste, elle écrit. Il a la quarantaine et se régale sur les jeux pc. Elle a la trentaine, est romancière et adore le ciné. Ils se disputent pour jouer sur l'ordinateur mais sont toujours d'accord sur les jeux à acheter. Hack and slash, MMORPG, jeux de stratégie en temps réel... Vastes domaines, beaucoup de choix et encore beaucoup à découvrir !