Review

Après nous avoir bouleversés en 2015 avec Life is Strange, le studio Dontnod s’affaire actuellement à nous réaliser une suite pour 2019, que l’on espère aussi réussie. Entre temps, l’éditeur Square Enix a décidé de faire patienter les fans (et de rentabiliser très vite sa nouvelle poule aux oeufs d’or surtout) en confiant au studio Deck Nine Games le développement d’une préquelle aux aventures de Max et Chloé: Before the Storm. Trois épisodes qui nous narrent la rencontre puis l’amitié « passionnelle » entre Miss Price, ado déboussolée suite à un trauma paternel, et Rachel Amber, la reine de l’Académie Blackwell, dont la famille cache un lourd secret. Deux univers que tout oppose pour une série gâchée par un épisode final décevant, mais qui sera peut-être sauvée grâce à un épisode bonus baptisé « Adieux ». Et si le salut venait, à nouveau, du binôme Maxine Caulfield/Chloé Price?

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 13/20

On sent clairement que Deck Nine Games a choisi Unity au lieu de l’Unreal Engine, moteur pourtant utilisé sur la série originelle par Dontnod. Le résultat nous donne des personnages plus basiques dans leur modélisation, des animations faciales moins crédibles, des mouvements plus robotiques et des lieux moins vivants. A la rigueur, si le soft proposait de nouveaux endroits (comme la salle de concert très réussie du premier épisode), cela aurait pu passer un peu plus inaperçu, mais vu qu’il recycle des décors que l’on a déjà pu admirer sous Unreal Engine dans la saison 1, la comparaison est impossible à éviter et ne penche pas en faveur de Before the Storm.

Gameplay/Scénario: 12/20 pour Adieux et 11/20 pour Bts

Sans côté paranormal, Life is Strange tourne un peu en rond et comble les vides par une bonne dose de blabla pas forcément utile, même si une partie permet de densifier l’univers d’Arcadia Bay. On apprécie le focus sur Rachel Amber lors de l’épisode 2 de BtS, mais sa conclusion est ultra décevante et le manque de choix impactant est terriblement rageant. De plus, sans l’aspect voyage dans le temps, le récit perd en richesse, et ce ne sont pas les défis d’insolence, grevés par des traductions lacunaires, qui viennent relever le niveau, invitant une bonne dose de hasard dans les conversations pour autant de frustration. Pour « Adieux », le constat est un peu meilleur pour peu que vous soyez aficionado du premier volet, l’épisode racontant la dernière journée de Max et Chloé avant les tragiques événements qui amèneront leur séparation sur fond d’insouciance juvénile et de fan service mais là encore, les options scénaristiques se réduisent à peau de chagrin.

Bande-Son: 14/20 pour Adieux et 12/20 pour BtS

Before the Storm a subi de plein fouet la grève des doubleurs aux U.S.A. et cela se ressent puisque Ashly Burch n’a pas rempilé pour le rôle de Chloé, nous livrant à une comédienne qui « fait ce qu’elle peut » pour passer derrière cette grande dame du jeu vidéo. Heureusement, Miss Burch reprend ses marques sur « Adieux », ce qui joue pour beaucoup dans l’attachement au personnage. Niveau mélodie, c’est Daughter qui s’occupe d’une grosse partie de la B.O. cette fois, et le résultat est plutôt convaincant même si moins marquant que dans la première saison.

Durée de vie: 4/20 pour Adieux et 13/20 pour BtS

Si Before the Storm vous demandera entre dix à douze heures pour boucler ses 3 épisode, la Replay Value n’est pas réellement au rendez-vous à cause du peu d’impact de vos choix, même sur la fin. Concernant « Adieux », comment ne pas être déçu face à cette heure trente maximum de jeu trop linéaire et vendue pour presque 10 Euros? Seuls les fans y trouveront leur compte.

Note Globale N-Gamz: 10,5/20 pour Adieux et 12,5/20 pour BtS

Non, « Adieux » ne sauvera pas la préquelle Before the Storm de son statut bancal en lui proposant une « pré-préquelle » de qualité. Certes, retrouver Max et Chloé, cette fois pré-ados, déverse des torrents de nostalgie et de fan service qui nous emportent les 15 premières minutes, mais passé ce délai on se retrouve face à un épisode « bonus » vendu au prix fort (9,99€), à la durée de vie ultra courte et sans réelles surprises ni routes scénaristiques différentes. Agréable pour les aficionados de la première saison mais pas indispensable. Concernant Before the Storm, si les deux premiers épisodes nous avaient plus, la conclusion se révèle clairement décevante avec trop peu de choix impactants et une narration qui fait que le gamer « subit » plus l’action qu’il ne la vit. Ajoutez à cela le fait que les défis d’insolence, mécanique de gameplay censée combler l’absence des voyages temporels, sont loin d’être pertinents et que la suppression du côté paranormal nuit à l’ambiance générale, et vous comprendrez que Before the Storm est plaisant, mais en tous points inférieur à son aîné.



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!