Review

Depuis les années 2000, EA et Maxis nous gâtent avec une saga en perpétuelle évolution : Les Sims ! Désiré à corps et à cris comme le messie par les fans, ce quatrième opus nous arrive pas moins de 14 ans après le premier ! Mais l’attente en valait-elle le coup ? Nos bons petits Sims nous offrent-ils de quoi faire joujou à nouveau durant des dizaines d’heures?

Il était une fois… VOUS !

L'éditeur de personnages: sans conteste LA bonne surprise de ce Sims 4!

Petit flashback rapide : en 2000, EA nous proposait un jeu de gestion de vie très simple mais devenant vite très addictif (les vrais fans savent de quoi je parle =P). Un soft où l’on devait s’occuper des besoins de nos petits protégés, les Sims, tels que les nourrir et les divertir. Plusieurs extensions sont venues compléter ce premier opus, nous permettant de les envoyer en vacances, de leur acheter des animaux de compagnie ou encore… de les faire devenir « magiciens ». Vient ensuite le bouleversement avec les Sims 2, qui nous amène de gros changement visuels avec ses graphismes en 3D, mais surtout l’évolution dans le temps de vos protégés qui passent de bébé à bambin, enfant, adulte, ancien et… fantôme (véridique). Bien entendu, EA nous gâte ensuite d’extensions à gogo (et renfloue largement son portefeuille). Citons notamment «  Les SIMS 2 : Académie » qui ajoute même le niveau de vieillissement « jeune adulte » et nous permet d’envoyer nos amis dans diverses universités. Vient alors les Sims 3 qui ne cesse de pousser le jeu plus avant, creusant plus en profondeur le gameplay, offrant un monde ouvert, le tout avec un choix de carrières sans cesse plus grand, de nouveaux objets, de quoi nous faire oublier notre existence IRL et nous plonger corps et âme dans la vie de nos protégés. Un succès critique et commercial, tout simplement.

Il y a beaucoup moins de vêtements que dans les Sims 3, ça sent les add-ons à foison…

Aujourd’hui, nous voici donc face au petit dernier fraîchement sorti des ateliers Maxis. D’emblée, on passe par l’étape obligatoire de tout Sims : l’éditeur de personnage. Et ça n’a l’air de rien comme ça, mais cet outil de création devient vite chronophage ! En effet, TOUT est modulable à souhait. Il suffit de cliquer sur une partie du corps pour l’étirer, la réduire, faire gonfler le ventre mais rentrer les fesses, etc… Et on ne vous parle pas des yeux, de la couleur de peau, d’une coiffure différente pour chaque tenue, et il en va de même pour les accessoires. Malheureusement, on constate qu’il y a beaucoup moins de vêtements que dans les Sims 3. Un manque certainement dû au fait que le titre ne sert que de « base » et que des add-ons arriveront probablement très rapidement. Les fans ont l’habitude de cette politique, mais on peut se montrer partiellement déçu.

Home Sweet Home

Les environnements sont plus cloisonnés que dans l'opus antérieur

Une fois votre Sims créé, vous allez ressentir le besoin de lui trouver un foyer. Nouveau bémol puisque les deux mondes qui sont proposés pour accueillir votre demeure sont très petits et trop fermés par rapport à l’opus précédent. Bref, on se résout bon gré mal gré à choisir une maison qui ne nous plaît pas forcément, mais on sait très bien qu’on fera joujou très vite (et très longtemps) avec l’outil construction ! A ce niveau, de nombreux changements très favorables sautent aux yeux. On pense à la possibilité de placer des pièces toutes faites, décorées, etc… qui peuvent être choisies en divers coloris suivant nos goûts, ce qui permet d’avoir au final une maison qui nous correspond totalement en très peu de temps. Pour les accros de la construction (comme moi), créer des pièces et les aménager est encore plus intéressant, malgré le manque d’objets. On remet les choses à nouveau dans leur contexte en vous rappelant que les Sims 3 disposait d’un jeu de base et de 11 extensions ainsi que 9 kits d’objets, sans parler d’une communauté au sein de laquelle les items poussaient comme les mauvaises herbes ! Donc patience à ce niveau-là…. Par contre, on est très vite déçu de ne pouvoir construire de garage. Vous l’aurez compris, pas de voitures ici. On se déplace à pied et lorsque l’on se rend au boulot, on se volatilise une fois la porte de la maison passée ! Pire, on ne peut pas ajouter de sous-sol ou même de piscine !!! De quoi faire frémir pour la suite car un « oubli » aussi gros risque de provoquer un tollé chez les fans !

Chaque choix aura un impact très prononcé sur l'humeur et la forme de votre Sims

On passe à présent au mode vie des Sims et là, nouvelle déception : on se rend bien vite compte qu’il n’est plus question de faire les boutiques ! Le smartphone fait partie intégrante et automatique de la vie du Sims. Les achats de livres se font via la bibliothèque ou encore l’ordinateur, et même les vêtements sont directement changés via la penderie qui nous ramène à l’éditeur de Sims. Heureusement, EA se rattrape quelque peu grâce à son nouveau système d’émotions. Les Sims sont à présent sensibles à leur environnement au point d’être mal à l’aise dans une pièce contenant beaucoup de vaisselle sale par exemple. De même, les effets d’une douche tonifiante, embuée, ou méditative ont également des conséquences sur la journée de notre petit bonhomme, tout comme de la bonne/mauvaise nourriture, le fait d’être surpris dans les toilettes, etc… Et suivant son humeur, de nouvelles interactions apparaissent. Un Sims « énergisé » préparera ainsi des plats spéciaux sur-vitaminés, pourra faire pompes, abdos et autres, mais sera également capable, lorsqu’il interpellera un de ses semblables, de l’encourager. Autrement dit, le moindre de vos faits et gestes aura des conséquences sur le bon déroulement (ou pas) de la vie de votre personnage !

Une réalisation en status quo ?

Techniquement, le soft est loin de proposer un fossé technologique avec Les Sims 3

Avant de passer à la technique, terminons rapidement ce tour d’horizon du gameplay par un dernier point noir, et pas des moindres : le stade « bambin » manque cruellement à l’appel ! Autant lorsqu’il est bébé, il y a plus d’interactions avec votre Sims que dans l’épisode antérieur comme changer la couche sale, ou encore le choix pour la maman d’allaiter ou de donner le biberon ; autant le fait de ne pas avoir à lui apprendre à aller sur le pot, à parler, à marcher fait rétrograder la franchise.

Niveau graphisme, pas de changement flagrant entre Les Sims 4 et le numéro 3. Certes, le jeu est vraiment très beau, mais on aurait aimé un grand bond en avant par rapport à son prédécesseur. Et il en est de même pour la bande-son, avec des Sims qui ont toujours leur langage à eux, connu de tous, et des musiques variant toujours suivant l’état d’esprit dans lequel vous vous trouvez. Le souci, c’est que le tout fait beaucoup trop penser au titre précédent, et qu’il est impossible de ne pas trouver Maxis un peu fainéant pour le coup. Bref, déception !

Cahier des charges rempli ou grosse erreur de jugement ?

En conclusion, Les Sims 4 apporte certes quelques plus sympathiques et des Sims encore plus réalistes dans leur comportement, mais tout ceci ne parvient pas à effacer les manques, les « oublis » qui se font ressentir pour les fans de la saga! Non seulement, cet opus n’est pas meilleur que son prédécesseur, mais il aurait même tendance à être moins bon ! Rassurez-vous, le soft est toujours agréable à jouer, et les personnes qui ne connaîtraient pas la série prendront beaucoup de plaisir à créer, modifier, et faire vivre leurs protégés. Il ne reste plus qu’à espérer une avancée spectaculaire avec les habituels add-ons qui en deviennent, du coup, très attendus!

La bande-annonce

Réalisation: 14/20

Les Sims 4 n’est pas vraiment meilleur que son prédécesseur. Le fossé graphique n’est pas présent, mais le titre reste quoiqu’il arrive très beau, fluide et agréable à jouer même sur de petites configs.

Gameplay/Scénario: 14/20

On apprécie les émotions réalistes de nos protégés et les pièces pré-crées, mais il y a un nombre flagrant de manques par rapport à l’opus antérieur. Exit les piscines, garages, déplacements en voitures, shopping ou autre état « bambin ». Dommage. Niveau scénario, c’est vous qui le créerez au fur et à mesure de la vie de votre Sims.

Bande-Son: 12/20

Trop similaires à l’opus précédent, les compositions musicales ne cassent pas trois pattes à un canard. Le language Sims, quant à lui, mettra tout de suite les fans à l’aise.

Durée de vie: 20/20

Comme tous les Sims, la durée de vie est infinie, le soft vous offrant une multitude de possibilités de carrières, de vies, d’amours suivant les personnages créés, les amitiés nouées, etc…

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

Les Sims 4 comporte beaucoup trop d’éléments décevants par rapport aux améliorations apportées. Le jeu reste néanmoins agréable, mais les vrais fans attendent (je n’en doute pas) la suite avec impatience sous forme d’add-ons, pour que tous les manques par rapport à l’opus antérieur soient palliés. Par contre, pour les joueurs qui n’ont jamais eu l’occasion de s’adonner à la saga (s’ils existent…), vous pouvez foncer les yeux fermés !


pub
pub

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Samouss
Samouss
J’ai débuté avec une Game Boy color et Pokémon dans toutes les versions possibles (jusqu’à obtenir la cartouche jaune… en Italien !), je me suis « vite » retrouvée face au monde de Sony, grâce auquel j’ai passé des soirées géniales avec mon frangin, sur PS1, puis sur PS2… Pour en arriver à m’accrocher corps et âme à l’univers des PC…. <3 Les jeux qui ont marqués mon enfance : Final Fantasy VIII (mon grand amour <3), Final X et X2, mais aussi les Crash Bandicoot, les Sims. Et puis Call of Duty et Battlefield m’ont ouvert les bras, et depuis le fps est sans doute ce à quoi je joue le plus, et ce que je préfère. Et maintenant on peut me retrouver sur l’excellent Titanfall ! =D Ce qui m’a toujours épaté, c’est qu’ayant joué pendant des années sur OGame, personne ne croyait qu’une fille pouvait aimer cet univers, les jeux, les PCs, etc…. Et encore plus la fierté de ma team de présenter une bonne joueuse, UNE … muahahahah *rire diabolique*