Review

Cela va devenir la tradition des fêtes de fin d’année chez moi: j’abandonne les nazis, les zombies, les gros méchants extraterrestres pour dire bonjour au commerce made in kawaii land! Si vous avez toujours rêvé d’incarner la nouvelle faiseuse de tendances ou que, plus simplement, votre fille vous a collé « La Nouvelle Maison du Style 3 » sur sa liste du Père Noël et que vous voulez un avis éclairé avant de passer à la caisse, comptez sur nous! Notre test du jeu sort en effet tout juste de la cabine d’essayage, ultra pomponné comme il se doit et juste pour vous.

Tonton la malice…

« A vous de reprendre la boutique de mode de votre oncle un peu creepy »

Autant être franc dès le début si vous recherchez un bouleversement de concept dans la Nouvelle Maison du Style 3, vous ne le trouverez pas! En effet, afin de ne pas « perturber » ses joueurs, Nintendo n’a pas changé cette recette si particulière qui a cartonné dans les opus précédents. Le soft débarque donc sur toute la gamme des 2/3ds afin de vous proposer de relooker vos clientes, de leur trouver l’article de leurs rêves les plus fous, tout en gérant votre stock, votre petit commerce et votre notoriété dans le monde de la mode. Rien de bien compliqué, un gameplay « tout au stylet » et une difficulté absente afin de se la jouer full détente, comme auparavant. Par contre, si le scénario du deuxième opus ne volait pas bien haut mais avait quelque chose de mignonnet, d’inventif et de presque touchant, autant dire ici que nous sommes dans le malaise total !

En effet, après avoir créé son personnage, une phase où les garçons sont à nouveau mis de côté au profit de jeunes filles filiformes à la limite de l’anorexie (2017, les amis… il serait temps de proposer un peu de diversité nom de Zeus !), on se retrouve à la sortie d’une gare où un homme au look douteux, dans le style « acteur porno italien des années 70 » nous aborde. Ouf, c’est notre oncle que l’on n’a pas vu depuis notre plus jeune âge, voilà qui rassure un peu quant à ses intentions. Gros souci: il vous dit qu’il doit vite partir en voyage à l’autre bout du monde, sans but réel (ça sent le plan louche ça !), et que…OH SURPRISE… il vous laisse vous occuper de sa boutique de fringues! Il va juste vous confier à un jeune homme que l’on ne connait ni d’Adam ni d’Eve sur fond de « elle est pas mal ma nièce, hein!« . Autant dire qu’on aurait presque préféré sortir du train en mode « je viens de finir mes études et je m’installe à mon compte« , beaucoup plus crédible et nettement moins creepy pour le coup, non?

#bestshopever

« Le gameplay n’a pas bougé d’un iota, mais vous devrez cette fois satisfaire, des stars! »

On récupère donc une boutique plutôt pas jolie, avec une clientèle fidèle mais qui ne cesse de nous rappeler combien notre tonton était nul en matière de mode. Et hop c’est parti! Les demoiselles s’enchaînent avec leurs demandes, leurs exigences qu’il va falloir satisfaire en trouvant l’article ou la tenue complète qui fera fondre leur cœur et surtout… leur porte monnaie ! Entre deux, on n’hésitera pas à aller faire un tour au showroom afin de faire grossir son stock pour constater, une fois de plus, que malgré l’ajout de quelques nouveautés, nous sommes au royaume des recolors bêtes et méchants. On ajoute à ça les classiques relooking coiffure et make-up toujours aussi marrants et permettant de se changer un peu les idées en terme de gameplay.

Chaque nuit, en dormant, notre niveau de styliste monte et nous permet d’essayer les nouvelles fonctionnalités qui s’affichent via un menu de type applications de smartphone. On y retrouve: stock+ qui permet une gestion ultra complète, des trophées qui offrent des titres à faire figurer sur votre fiche joueur online, un espace création pour fabriquer ses propres modèles ainsi que « Mioutube« … le réseau social sur lequel vos clientes « pop stars » (car c’est le thème abordé cette année par le soft) balancent des vidéos et que l’on pourra bidouiller en mettant le modèle que l’on veut avec les fringues de son choix.

La reine du relooking…

« Visuellement, c’est toujours aussi kawaï mais aucune 3D stéréoscopique à l’horizon »

La Nouvelle Maison du Style 3 signe et confirme son identité graphique en nous proposant à nouveau un soft des plus mignonnets, à la réalisation toute en douceur et en couleurs. C’est kawaï, frais et pop ! Par contre, il faut croire que BigN a définitivement abandonné la 3D stéréoscopique car elle n’est pas présente ici. La diversité en terme de lieux, de styles vestimentaires, de possibilités de relooking est assez énorme même si ce sont les mêmes bases qui reviennent très (trop) souvent.

La bande-son, de son côté, est (et je ne pensais pas que c’était possible) encore pire que celle du deuxième opus qui avait la faculté de me faire perdre 40 points de QI en une heure de jeu. Répétitive à souhait, énervante, entêtante et aux mélodies douteuses, on n’a qu’un seul conseil à vous donner face à cette cacophonique: coupez le son ! Mettez-vous un film en fond sonore, la télé, mais ne vous infligez pas de longues cessions avec cette ambiance musicale atroce. Petite consolation : les chansons disponibles sur Mioutube sont agréables et les voix des interprètes plutôt bonnes, mais ce n’est pas dans ce mode que l’on passera le plus de temps…

…n’est pas foutue de se relooker !

Alors oui, quand on part sur un opus de La Nouvelle Maison du Style, on sait à quoi s’attendre mais on aimerait tellement se prendre une petite claque en mode « Wow, ça c’est nouveau ». Ici, on a seulement le même concept que l’on a parcouru en long, en large et en travers pendant déjà deux titres antérieurs et on repart pour une troisième fois. Ce n’est pas spécialement gênant en soit, puisque l’on adhère au principe et que l’on sait que l’on va partir sur des dizaines et des dizaines d’heures de jeu, les doigts dans le nez, tant la base des « MdS » est attrayante et addictive. Cependant si Nintendo compte nous ressortir la même recette d’année en année, la lassitude devrait pointer le bout de son nez…

La bande-annonce

Réalisation: 15/20

En restant sur les capacités de la petite portable de Nintendo, il faut reconnaître que le soft nous propose de jolis graphismes, une identité que l’on connait et reconnait au premier coup d’œil, très axée pour jeunes filles mais qui saura plaire à un public moins enfantin. Par contre, bien que le catalogue affiche plus de 20000 vêtements disponibles, il faut bien se mettre en tête que l’on a surtout une pléthore de recolors pour très peu de nouveautés réelles.

Gameplay/Scénario: 14/20

Le scénario, en plus d’être bas de plafond, est carrément prévisible à 100km au point qu’il pourrait même nous paraître bâclé. Je veux bien que l’on ait tous un oncle chelou, mais quand même! En termes de maniabilité, on prend les mêmes et on recommence, ce qui est plutôt positifs dans le cadre des MdS. Tout se fait au stylet, pas de prise de tête au rendez-vous, de nouvelles options sont mêmes proposées afin d’éviter les fails lors d’une vente : ainsi, on peut désormais se rendre au showroom et faire patienter la cliente. Un bon point, même si on regrettera le manque réel de nouveautés du gameplay d’un opus à l’autre.

Bande-Son: 07/20

Mais arrêtez moi le gars chargé de la bande-son ! Destruction de neurones, tympans qui saignent et abrutissement sont des effets secondaires possibles qui devraient figurer en avertissement en cas d’exposition prolongée. Si les mélodies de l’opus précédent étaient répétitives à souhait, elles restaient agréables au départ, ici… même pas! Coupez tout ! Ce qui sauve la note ? Les musiques dispos dans l’application Mioutube, plutôt mignones.

Durée de vie: 17/20

Si l’on adhère au concept, les heures de jeu vont défiler à vitesse grand V sans que l’on s’en rende compte. Par contre, elles se ressemblent toutes ! La diversité n’est pas au rendez-vous mais BigN parvient pourtant à nous faire scotcher à nos consoles, sans doute par des invocations mystiques (je ne vois que ça pour expliquer l’addiction possible) et un talent indéniable qui font de MdS 3 un soft génial dans sa catégorie.

Note Globale N-Gamz.com: 14/20

Oui, après deux opus qui se ressemblaient déjà beaucoup, le troisième répond à l’adage « jamais deux sans trois ». J’aurais adoré vous dire que nous avons ici une véritable petite révolution pleine de fraîcheur qui reprendrait des bases bien solides, mais non. On prend les mêmes et on recommence. Alors oui, la recette fonctionne et oui, on accroche toujours mais le risque de lassitude pour le prochain titre de la licence est bien présent. Heureusement que « La Nouvelle Maison du Style 3 » est visuellement toujours aussi mignon, chronophage et léger mais Nintendo donne l’impression de choisir la facilité en sortant annuellement les opus sans réellement apporter de réelles nouveautés. On préfère prévenir: se reposer sur ses lauriers est rarement une bonne idée.



About the Author

LadyDisturbed

Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance… voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l’écriture de fan fiction m’occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !