Review

Le premier chapitre du nouveau HITMAN posait les bases d’un titre d’infiltration à épisodes, au grand dam des fans, avec son prologue-tutorial et sa mission parisienne en plein cœur d’un défilé de mode. Nous avions relevé, à l’époque, pas mal de points négatifs, que ce soit sur le plan technique ou niveau gameplay dans notre test complet que vous pourrez retrouver à cette adresse : http://n-gamz.com/video-game-review/hitman-notre-test-complet/. Aussi attendions-nous ce second chapitre, baptisé « Sapienza », avec une certaine appréhension mêlée d’une pincée d’espoir. Verdict ?

« Souuuuuuuuuus, le soleiiiiiiiiil!

Une côté paradisiaque qui cache une redoutable menace chimique!

Une côte paradisiaque qui cache une redoutable menace chimique!

Dans ce second chapitre de HITMAN, l’ICA nous envoie tout droit en Italie, à Sapienza, un lieu touristique où brille le soleil méditerranéen. Dans cette jolie ville côtière se niche pourtant une étrange villa recelant deux dangereux personnages : Silvion Caruzo, un scientifique hors de contrôle, et son assistante Franscesca De Santis, qui n’a de cesse d’aider son mentor dans la conception d’un virus mortel capable de décimer des centaines de milliers de personnes. Vous l’aurez compris, à vous de mettre un terme aux agissements de notre duo de savants fous, en vous aidant des nombreuses opportunités disséminées ça et là par les programmeurs de Io-Interactive, telles que vous déguiser en cuisinier ou… en fleuriste ! Et oui, l’Agent 47 et sa bonne bouille de tueur à gages marche plutôt bien en tant que bucolique livreur de fleurs, il faut croire.

Première bonne nouvelle, Sapienza nous offre un terrain de jeu beaucoup plus vaste que son prédécesseur parisien. On retrouve ainsi dans la ville de nombreuses boutiques, une église ou encore des falaises escarpées pour une carte plutôt longue à traverser et offrant de nombreuses possibilités de gameplay, notamment au niveau des déguisements. Sincèrement, pour toutes les découvrir, il va falloir passer pas mal d’heures dans le niveau, ce qui nous change du premier chapitre bien trop court et simpliste.

… scientiiiiiifiques fouuuus… mais technique pareille! »

Si l'aire de jeu bien plus vaste est jouissive... le titre a toujours de grosses lacunes techniques

Si l’aire de jeu bien plus vaste est jouissive… le titre a toujours de grosses lacunes techniques

Hélas, on a toujours affaire à une I.A. bancale qui se montre soit peu réactive, soit beaucoup trop agressive, pouvant tout aussi bien ne plus vous calculer après une course-poursuite effrénée dès que vous entrez dans la pièce suivante, ou au contraire vous tomber dessus au moindre robinet ouvert ! Les bugs sont également trop présents, comme ces ennemis qui parviennent à vous tuer à travers un mur ou la cloison d’un casier dans lequel vous étiez caché. De plus, les temps de chargement horripilants sont de retour. Inconcevable !

Bref, si ce Sapienza part avec de bonnes intentions en augmentant la superficie du terrain de jeu et les possibilités d’infiltration, il est toujours autant plombé par une technique et une I.A. en dent de scie, rendant l’expérience plus frustrante qu’amusante au final. Si l’épisode 3 ne redresse pas très vite la barre, la saga HITMAN risque bien de briser à jamais le cœur de ses fans !

La bande-annonce

Le tableau de note étant sensiblement le même que pour l’épisode 1, nous vous renvoyons à notre test complet de ce dernier, dont l’adresse est dans l’en-tête

Note Globale N-Gamz.com: 13/20

Le second épisode de HITMAN avait fort à faire pour réconcilier les fans de l’Agent 47, totalement désappointés par un prologue et un premier chapitre bourrés de fautes techniques et d’errances de gameplay. Si on saluera la taille bien plus grande de l’aire de jeu et l’augmentation conséquente des possibilités de déguisement et de meurtre, on pestera toujours autant contre les bugs à foison et l’I.A. complètement incompréhensible qui rend l’expérience bien trop frustrante au final. Episode 3, on n’attend que toi pour sauver la licence!



About the Author

Chizuna
Chizuna
Passionnée de jeux vidéo depuis l'âge de mes 7 ans, j'ai commencé à jouer à des survival horror tel que Resident Evil mais je suis avant tout une grande passionnée de RPG, surtout les Final Fantasy et plus particulièrement le VII et le X. Depuis peu, je me suis mise à jouer à des FPS. Pour les mangas, j'aime beaucoup les seinens, particulièrement ceux axés sur le thriller (Doubt, Judge et Consuctor), J'aime aussi le shonen avec une petite préférence pour Arata. Je vais très souvent au cinéma, au minimum deux fois par mois et mes genres de prédilection sont le fantastique, l'horreur, l'action et les films de guerre.