Review

Il y a maintenant quelques années, j’ai commencé à suivre un artiste sur les réseaux sociaux: Conrad Roset, dont le style très 70’s pastel m’avait littéralement tapé dans l’oeil. Puis un beau jour, l’annonce tombe: notre homme travaille sur un jeu indé qui, à première vue, est rempli de poésie. S’ensuit une attente parfaitement insoutenable mais ça y est, voilà enfin le fruit de son travail vidéoludique: GRIS! Alors, nouvelle étoile au panthéon des titres indés qui laissent une empreinte indélébile dans le coeur des gamers? La réponse dans ce test !

Petit chagrin…

« Gris va affronter ses démons intérieurs »

Sorti sur Switch et PC le 13 Décembre dernier, GRIS est l’oeuvre du studio Nomada qui signe ici son tout premier jeu. Le titre a su attirer l’oeil de grands éditeurs avant de se poser finalement chez Devolver Digital, qui abrite déjà tout un tas de perles du milieu indé telles que Hotline Miami, The Messenger, Reigns ou encore Shadow Warrior. Le soft nous propose ainsi une ballade onirique aux commandes de Gris, jeune fille aux cheveux bleus. Une promenade qui prend furieusement des airs de jeu de plateforme dans un univers peint à la main de toute beauté.

Mais que nous raconte GRIS ? Et bien l’histoire d’une petite nana présentée comme optimiste par ses créateurs mais hantée par une expérience douloureuse. Elle s’est montée tout un monde, créé de toutes pièces par ses soins, dans lequel elle va évoluer afin d’affronter ses démons. Son cheminement est ponctué par la « découverte » de tout un panel d’émotions qui vont se greffer à elle au travers de sa robe, lui offrant ainsi de nouvelles façons de se déplacer.

…deviendra beau !

« Un platformer poétique comme on les aime »

Tout le soft repose donc sur cette évolution, ce cheminement de Gris à travers ses propres émotions et sa lutte contre son chagrin qui la dévore petit à petit. La compréhension du monde dans lequel on évolue et le cheminement scénaristique n’auront donc pas le même impact ni la même lecture d’un joueur à l’autre. Tout reste dans la suggestion légère à la façon de Journey. Au fil de son avancée, Gris découvrira également de nouvelles couleurs qui vont façonner le monde et, au passage, nous en mettre plein la vue.

Niveau gameplay, si votre aventure commence avec des déplacement simples, ces derniers vont évoluer au fil du temps, en même temps que votre jeune demoiselle : double sauter, planer, atterrir avec panache… autant dire que votre robe est « multitasks ». Attention cependant, GRIS n’impose pas de difficultés. Ici, ce que le studio Nomada vous propose, c’est bel et bien une errance où le plaisir visuel, sonore et même vos émotions vont être prises à partie. Malgré tout, des petits défis sont présents, mais ils restent facultatifs et vont jouer avec vos réflexes !

En prendre pleins les sens…

« Un monde coloré et brisé pour une direction artistique bouleversante »

Rappelant les traits architecturaux de Mézières ou l’esprit poétique de Morris, Conrad Roset propose dans GRIS un univers entre douceur et cassure, entre optimisme et perte d’espoir mais toujours rempli de poésie et aux notes de couleurs choisies avec justesse. Nos yeux sont ravis de la première à la dernière minutes, tout simplement. Ajoutons à ce bonheur visuel une grande qualité technique où la fluidité est omniprésente et dénuée du moindre bug, et l’on obtient… un perfect.

La bande-son, quant à elle, procure également un ravissement de tous les instants, entre notes légères ou plus appuyées afin de nous plonger dans l’univers incroyable imaginé par le studio de Barcelone. Les sonorités rappelleront trus vite aux fanas du genre, les mélodies que l’on a pu entendre dans Journey, RiME ou encore Bound. Des échos souvent discrets qui participent à poser une ambiance quasi irréelle et intemporelle.

Un GOTY qui s’ignore ?

GRIS est l’un de ces softs qui ne peut laisser de marbre ! On se prend à sourire derrière son écran, à ressentir des émotions que la plupart des jeux laissent de côté. L’errance devient pur plaisir afin de profiter toujours plus des détails de ce monde étrange, cassé, coloré et magique, baigné par une bande-son éthérée qui invite à la détente spirituelle. Hélas, comme tout bonheur, la fin en arrive vite, trop vite… mais on relancera rapidement une partie afin de voir ce que l’on aurait loupé, tenter une lecture différente du titre ou juste s’en remettre plein la tête et les yeux pour 16,99€!

La Bande-Annonce

Réalisation: 20/20

Du fait main avec une énorme dose d’amour qui se ressent dans chaque coup de pinceau, que demander de plus? De la diversité ? C’est au menu ! De la magie ? Elle est couplée à de la poésie ! Une réalisation au poil ? C’est fait, et sans bugs en plus… C’est un tel perfect que l’on ne peut raisonnablement pas rester de marbre devant GRIS !

Gameplay/Scénario: 19/20

Le scénario de GRIS se laisse parcourir au gré de votre imagination, tout n’étant que suggestion. C’est à vous, joueur, de construire cette histoire remplie d’émotions, qu’elles soient négatives ou positives, et de comprendre le cheminement que votre protagoniste aux cheveux bleus entreprend au fil de son épopée. Le gameplay, de son côté, est des plus simplistes et se prend en main à la vitesse de la lumière. On aurait juste adoré avoir une plus grande amplitude de nouveaux mouvements tant la réalisation de ceux proposés apporte à chaque fois son lot d’émerveillement.

Bande-Son: 20/20

Toujours dosée intelligemment, la bande-son nous propose une aventure auditive unique. Entre bruitages calés à merveille et mélodies rappelant les grandes œuvres sonores qui accompagnent les films d’animation de qualité, c’est tout simplement… parfait!

Durée de vie: 19/20

Seul problème avec ce genre de soft marquant: on voudrait que l’expérience dure encore et encore (et encore). L’avantage de GRIS c’est que votre périple peut se prolonger en vous relançant dans le soft à coeur et à corps perdus afin de profiter pleinement d’un univers toujours aussi séduisant au fil des parties.

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

GRIS frôle de très près la perfection ! Le titre est un ravissement de tous les sens et ce, durant chaque instant que l’on passe dans cet univers poétique. Cette aventure nous touche forcément de par sa beauté, mais aussi ses sonorités, ses couleurs, les émotions qui se dégagent de chaque environnement, les évolutions de Gris dans ce monde parfois brisé, parfois amical mais toujours magique et ô combien magnifique. Une petite perle rare à posséder absolument pour s’offrir une pause vidéoludique pleine de douceur.



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !