Review

Il aura fallu attendre quatre longues années pour voir enfin débarquer un Gran Turismo sur la console Next-Gen de Sony, aussi espérons-t-on légitimement un opus encore plus fourni que ne le fut GT6 sur PlayStation 3 et surtout graphiquement bluffant ! Bonne nouvelle : la deuxième condition est remplie haut la main… mais pour la première, c’est une toute autre histoire. En changeant radicalement d’optique pour s’orienter vers un spin-off « online » plutôt que vers une suite complète, Polyphony Digital a-t-il pris trop de risques ?

Le retour du roi?

« La création de profil indispensable ! »

S’il y a bien une saga automobile qui a traversé les âges avec toujours la même aura chez les fans, c’est clairement Gran Turismo, le fameux « Real Driving Simulator » qui vient de fêter ses 20 ans cette année. A l’époque de sa sortie sur PlayStation originelle, le premier volet avait soufflé tout le monde, nous offrant des graphismes de toute beauté et un mode solo riche, long et très demandeur niveau gameplay. Depuis, d’autres concurrents sont apparus sur le marché, et cette année marque une confrontation directe avec deux poids lourds du milieu : Forza Motorsport 7 et Project Cars 2. Du coup, pour se démarquer du lot, Gran Turismo fait peau neuve et s’affranchit de ses numéros pour nous livrer un spin-off baptisé « Sport » et clairement orienté vers la compétition online. De quoi braquer les amoureux de la saga ?

Un solo « tuto » ?

« L’école de conduite ne sert que de gros tuto. Adieu mode permis si immersif et bonjour online à gogo »

En effet, le mode solo de GT Sport n’est clairement pas ce qui doit vous pousser à acheter le titre. Exit les excellents permis et la campagne solo vaste, bye bye le garage rempli de voitures à collectionner (1200 dans GT6) et place en fait à un immense tutorial divisé en diverses épreuves (école de conduite, missions, …) plutôt accessibles qui se bouclent en quelques heures à peine pour obtenir le bronze, synonyme de véhicules supplémentaires pour votre garage. Grosse déception à ce niveau puisque l’on ne dénombre plus que 170 voitures dont plusieurs déclinaisons du même modèle. Du coup, on n’a affaire qu’à des caisses mythiques et sportives, voire même carrément inventées parfois, avec des bagnoles prototypes de toute beauté certes, mais exit la petite voiture citadine des débuts que l’on prenait plaisir à tuner car on avait la même chez soi.

A côté de ces épreuves, vous aurez également des défis chronométrés qui divisent les 17 circuits du soft (pour 28 tracés) en tronçons pour vous apprendre à maîtriser le moindre virage, idéal pour se faire la main avant d’entamer le online, d’autant que chaque médaille vous rapporte de l’expérience pour débloquer du contenu comme des circuits en arcade ou des casques et combinaisons, mais aussi de l’argent et des miles qui permettent de s’offrir d’autres voitures dans le magasin adéquat. Pas de quoi passer des dizaines d’heures dessus, et ce n’est pas le mode arcade, même jouable à deux en écran splitté ou en VR (excellente immersion d’ailleurs) qui changera la donne, à moins que vous ne succombiez aux charmes du mode photo qui vous permet de placer votre voiture dans des clichés d’endroits célèbres, avec dizaines de filtres, pour envoyer votre œuvre sur le net. Un bonus sympathique certes, mais un simple bonus quand même.

Un gameplay accessible en solo ET technique en online

« Des voitures au comportement bien différent pour de bonnes sensations de jeu »

Niveau jouabilité, les fans retrouveront avec plaisir la conduite très pure de Gran Turismo, qui a fait la renommée de la saga, même si on pourra déplorer un niveau de réglage en baisse par rapport aux précédents opus (rien de dramatique et vous pourrez toujours chipoter à à peu près tout, voire même à la richesse de votre carburant lors des arrêts au stand, rassurez-vous). De leur côté, les newbies peuvent assurément commencer leur initiation à la licence par ce volet Sport, qui est sans doute le plus accessible de tous avec des aides à la conduite qui font facilement la moitié du boulot. Un opus qui se veut donc fédérateur au possible, avec une grosse courbe de progression une fois franchies les portes du online.

Et c’est là que tout se joue : le online ! En effet, si ce dernier vous permet de créer vos propres salons avec les courses de votre choix, allant même jusqu’aux épreuves « endurance » tant appréciées des fans, il offre aussi une véritable compétition dans le temps, avec calendrier et licence officielle FIA. Elle se divise en deux sections distinctes : trois  courses journalières à heures fixes avec qualifications illimitées d’une part et vrais championnats organisés par Sony et la FIA d’autre part. Un concept diablement chronophage pour qui aime la conduite à l’état pur et voit dans le chrono l’ennemi à abattre. Sincèrement, si vous y prenez goût, vous pouvez facilement passer des centaines d’heures sur le soft, d’autant que le online introduit une notion jusque-là absente des autres opus : le fair play quantifié ! En gros, plus vous allez rouler « sport », mieux vous serez classés dans votre niveau de fair-play, lequel entre directement en ligne de compte pour le matchmaking online. De quoi récompenser les bons conducteurs et laisser entre eux les vrais chauffards qui ruinent souvent l’expérience ingame, d’autant que les pénalités en temps pour une mauvaise action sont bien souvent synonymes de victoire envolée.

Une réalisation vraiment Next-Gen ?

« La modélisation des voitures et le souci du détail forcent le respect »

On le sait, Kazunori Yamauchi est un amoureux transi des belles mécaniques, et cela se ressent dans le soin totalement dingue accordé à la modélisation des voitures de Gran Turismo Sport. Tous les détails y sont, et les reflets sur les superbes carrosseries risquent bien de vous déscotcher la mâchoire,  sans parler d’une résolution haut de gamme, de décors travaillés, d’effets de lumière hallucinants et d’une animation à 60fps constant offrant un réel confort de jeu. Oui, Gran Turismo est graphiquement sublime sur PlayStation 4 Pro et ses replays sont les plus beaux du milieu, mais on lui déplorera un petit manque de vie par rapport à Forza 7 et une impression de vitesse un peu moins prononcée que ce dernier (mais le titre de Microsoft se veut plus arcade, attention). Par contre, sur PlayStation 4, le constat est un chouïa plus amer, à croire que le jeu de Polyphony visait déjà la très haute résolution durant son développement.

Niveau sonore, la B.O. du titre est hétéroclite à souhait et rythme allègrement vos passages dans les menus aussi bien que durant vos courses. Les bruits moteurs ont subi une nette amélioration par rapport aux opus antérieurs, et le tout se révèle plutôt agréable à l’oreille même sur le long terme.

Un bon GT… mais pas pour tout le monde

Ce Gran Turismo Sport va largement diviser la communauté des fans et les forcer à choisir un camp. Si vous êtes adepte des longs modes solos et d’une carrière qui avait fait la renommée de la saga, passez votre chemin, ce « spin-off » vous frustrera plus qu’il ne vous amusera, malgré ses courses arcades et sa compatibilité PlayStation VR. Par contre, si vous êtes un adepte du chrono et que le jeu online fait partie de votre ADN, vous pouvez foncer, GT Sport devrait largement vous satisfaire et se bonifier encore avec le temps une fois les vrais championnats FIA mis sur pied !

La bande-annonce

Réalisation: 16/20

Gran Turismo aurait pu être une vraie claque graphique sur Next-Gen mais Forza et ses environnements bien plus vivants sont passés par là, tout comme la Xbox One X et ses textures 4K. Du coup, si le jeu force le respect dans son souci du détail sur les voitures, ses décors et ses jeux de lumière, il reste toujours en cran en deçà de son concurrent direct dans son aspect « vivant » et sa sensation de vitesse. On vous rassure, le titre propose certains tracés tout bonnement sublimes, mais ce n’est plus la référence dans le domaine, tout simplement.

Gameplay/Scénario: 11/20 en solo et 16,5/20 en online

En refusant de numéroter son opus « 7 », on se doutait que ce nouveau GT serait un spin-off qui diviserait les fans, et pas qu’un peu. Exit le mode permis ultra chronophage et la carrière de pilote solo, le tout ne se résume ici qu’à un gros tuto trop simple avant de goûter à ce qui fait le gros point du soft: son mode online! Et là, pour peu que vous y preniez goût, vous ne verrez pas défiler les heures tant la recherche du chrono absolu et les championnats qui seront mis en place prochainement pourront vous procurer du plaisir. Les sensations au volant sont également très bonnes, et le titre se veut plus accessible que ses aînés avec des aides à la conduite (optionnelles) qui permettront aux nouveaux venus de vraiment se sentir à l’aise. Mention spéciale également pour les points de fair play qui servent à gérer le matchmaking et récompensent les bons comportements en course.

Bande-Son: 17/20

Un vrai effort a été fait par Polyphony Digital pour les bruitages moteurs, beaucoup plus crédibles et vibrants. La bande-son nous offre également une track list convaincante et hétéroclite, autant dans les menus qu’en pleine course, histoire de faire monter l’adrénaline comme il faut.

Durée de vie: 12/20 en solo et 17/20 en online

Avec seulement 170 voitures et 17 tracés (dont seulement 6 réels), GT Sport déçoit niveau contenu par rapport à Gran Turismo 6 qui dépassait allègrement les 1000 véhicules et la trentaine de circuits. En solo et malgré un mode arcade à deux joueurs, un mode photo ainsi qu’une compatibilité PlayStation VR qui pourront relancer un peu la donne, on fait très vite le tour de ce que le soft a à offrir, le mode permis et la carrière ayant totalement disparus. Par contre, si vous accrochez au online, vous pouvez dire adieu à votre vie sociale pour les mois à venir.

Note Globale N-Gamz.com: 13,5/20 en solo et 16/20 en online

Si vous venez principalement dans Gran Turismo Sport pour retrouver les permis et la carrière solo qui vous avaient tant fait vibrer dans les opus antérieurs, passez votre chemin, le soft n’a pas grand chose à offrir pour vous satisfaire, grevé qu’il ait par son contenu famélique en termes d’épreuves, de circuits et de voitures. En online, par contre, le titre offre d’excellentes sensations, un paramétrage ultra complet de vos courses et surtout une licence officielle FIA qui promet des championnats à timing réel aptes à vous scotcher à votre console, le tout enrobé par une réalisation graphique de haute volée pour vos véhicules et qui s’avère convaincante pour les décors, bien que Forza 7 soit un cran au-dessus à ce niveau. A vous de voir donc si l’e-sport vous intéresse avant de tenter l’aventure. Si c’est le cas, alors GT Sport est le meilleur, toutes catégories confondues!



About the Author

Neoanderson

Hardcore gamer dans l’âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j’apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N’hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!