Review

Réglé comme une montre suisse, le Forza Horizon nouveau nous arrive pile deux ans après un troisième opus qui avait laissé tout le monde bouche bée par sa beauté plastique et son Open World hallucinant. Alors comment faire pour appâter à nouveau le chaland fan de jeux de course dans Forza Horizon 4? Et bien tout simplement, en plus de changer de cadre et de passer de l’Australie au Royaume-Uni, en intégrant… les quatre saisons! Vous allez donc devoir courir aussi bien sous la neige qu’en plein coeur d’un été caniculaire, et même s’il ne réinvente pas le genre, ce Forza là… est toujours aussi bon et divinement beau!

Le même, en mieux? 

« Découvrez le Royaume-Uni. Moins « exotique » que l’Australie… mais dépaysant niveau saison! »

Forza Horizon a réellement commencé à décoller avec son second opus, c’est un fait, mais c’est assurément le troisième épisode, sorti en 2016, qui a propulsé la saga comme le meilleur jeu de course Open World de tous les temps, avec une Australie magnifique et variée en guise de terrain de jeu, une pléthore de véhicules, un moteur 3D tout puissant et un gameplay à tendance arcade qui a su conquérir de nombreux joueurs.

Et bien pour ce Forza Horizon 4, c’est très simple: on prend la même chose, on ajoute encore un peu plus de contenu, et… on change juste de décor! Exit l’Australie et ses paysages tropicaux, et place au Royaume-Uni! Et là, j’en vois déjà qui paniquent en se disant que le pays de la Reine Elisabeth est loin d’offrir autant de diversité que celui des kangourous mais détrompez-vous car pour palier au manque de « charisme » de l’Angleterre (et de l’Ecosse), Playground a trouvé une parade terriblement sympathique: les saisons!

Un peu de Vivaldi?

Et oui, dans ce Forza Horizon 4, toute votre progression ingame sera liées aux saisons, chacune d’elle succédant à une autre au fil de vos montées de niveaux, points d’influence acquis et épreuves temporaires exclusives réussies. Résultat des courses: on a l’impression d’avoir quasiment 4 terrains de jeu au lieu d’un seul, et même si les devs se sont permis de monstrueuses largeurs avec la géographie du Royaume-Uni, on leur pardonne tant le passage d’une saison à l’autre offre de la variété au soft.

« Un gameplay inchangé, mais le passage des saisons apporte un petit vente de fraîcheur »

Niveau gameplay d’ailleurs, on sent bien la différence entre le fait de rouler sur une voie verglacée ou une route détrempée et pleine de feuilles mortes, mais pour le reste c’est pile poil Forza Horizon 3. On retrouve donc le côté assez arcade de l’ensemble, avec beaucoup d’aides à la conduite désactivables dans les options, de même que les points de XP, d’influence, les roues de la fortune, la customisation de véhicules et les fameux « Drivatar », cette I.A. directement tirée du style de conduite des joueurs du monde entier.

Petite nouveauté: la possibilité d’acheter des Q.G. qui serviront de point de voyage rapide à travers la map, histoire de gagner un peu de temps quand vous vous rendez à la prochaine épreuve disponible, que ce soit en course de rue et même en hors-piste via le Off-road, avec un impressionnant garage de plus de 400 véhicules! Idéal pour sillonner les routes anglaises afin de découvrir les quêtes annexes récurrentes mais toujours fun de la saga (radars, panneau à exploser, bagnoles à trouver, etc…)

Une bombe graphique!

« Visuellement, le titre est… une tuerie graphique »

Forza Horizon 3 avait déjà impressionné la galerie par la beauté de ses panoramas australiens et la fluidité de son animation, mais ce quatrième opus va encore plus loin en opérant le changement de saison, avec des effets de particules, de pluie et de lumière encore plus travaillés, se payant le luxe de tourner en 1080p à 30fps sur une Xbox One classique, et en 1080p@60fps ou 4K Native@30fps sur One X, au choix du gamer! Alors oui, Open World oblige, on a quelques temps de chargement un peu longuets et du clipping par endroits, mais le soft reste techniquement bluffant.

Niveau bande-son, les radios proposées sont assez hétéroclites et ne manqueront pas de faire du bien aux oreilles des plus mélomanes d’entre vous, mais ce sont surtout les bruitages qui tirent leur épingle du jeu, encore une fois grâce aux variations dues au changement de saison.

Une seule exclu Xbox à acheter cette année? Ne cherchez plus! 

Forza Horizon 4, s’il ne révolutionne en rien la licence et se repose même assez fort sur ses lauriers, parvient quand même à instiller un peu de nouveauté grâce aux saisons, tout en densifiant encore son Open World, son roster de voitures et ses possibilités de jeu, que ce soit en solo ou en online. Un opus d’une beauté saisissante qui décroche sans soucis le titre d’exclusivité obligatoire à acheter en 2018 si l’on possède une Xbox One!

La Bande-Annonce

Réalisation: 19/20

Playground Games connaît les entrailles des consoles de la famille Xbox One par coeur et nous le prouve avec brio grâce à un moteur 3D qui fait cracher leurs tripes aux machines de Big M. C’est d’une beauté quasi divine, ça va vite, très vite, et seuls quelques rares bugs ternissent un peu l’expérience mais là, vraiment, on pinaille. Que ce soit en 1080p à 30fps sur Xbox ou en 4K@30fps/1080p@60fps sur Xbox One X (au choix), le titre est une réussite technique autant qu’artistique.

Gameplay/Scénario: 18/20

Si Forza Horizon 4 n’invente rien de vraiment incroyable par rapport au troisième opus hormis les saisons qui modifient votre façon de conduire, il magnifie une recette qui a fait ses preuves au travers d’une foule d’activités et d’un gameplay terriblement addictif, pour des sensations grisantes à souhait et un Open World d’une rare qualité.

Bande-Son: 18/20

Les bruits de moteurs sont crédibles, le crissement des pneus fait froid dans le dos et les bruitages environnementaux nous immergent pleinement au coeur du Royaume-Uni, de ses villes bondées à ses vastes landes. Ajoutez à cela un B.O. qui envoie du lourd, et vous comprendrez que vos oreilles vont se régaler.

Durée de vie: 20/20

Si vous vous lancez dans Forza Horizon 4, sachez que le compteur d’heures va défiler comme jamais! Il y a tant de choses à faire, de défis à accomplir, de lieux à visiter et de voitures à récupérer, sans parler de l’aspect online du titre, que vous pouvez dire adieu à toute vie sociale si vous accrochez au bébé de Playground Games!

Note Globale N-Gamz.com: 19/20

Ne cherchez plus, vous tenez devant vous le jeu de bagnole de l’année! Forza Horizon 4 est beau à se damner, riche en diable, jouissif une fois le pad en main et propose une durée de vie plus que conséquente dans un Open World de qualité, preuve que l’on peut marier monde ouvert et jeu de caisse avec plus de brio qu’Ubisoft et son The Crew. Si vous ne devez acheter qu’une seule exclu Xbox One cette année, c’est celle-là!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!