Review

Que deviennent les vieilles chaussettes dépareillées, les doudous perdus à jamais et les meubles anciens relégués aux oubliettes ? Vous l’ignorez ? La réponse est évidente, pourtant: ces pauvres laissés pour compte deviennent des Oublions, objets dotés de vie et d’une personnalité propre, rassemblés au sein d’un Royaume où tous vivent en harmonie. Enfin, en théorie…

Tu m’oublieras

« Les séquences de gameplay s’enchaînent sans transition avec des cinématiques animées.
« 

Le Royaume des Oublions est dirigé par deux humains: Maître Bonku et sa disciple Anne, l’Exécutrice. Munie d’un Arca, un outil fixé à son bras pouvant aspirer l’énergie vitale (appelée Anima) des Oublions et autres sources d’énergie, la jeune fille fait régner la justice d’une main de fer. Et elle va avoir de quoi s’occuper: des rebelles menacent l’équilibre du Royaume en s’opposant à Maître Bonku et son projet de construire un Pont qui permettrait aux Oublions de rejoindre le monde des humains. Pourquoi feraient-ils une chose pareille ? Hein, franchement ?

Si le scénario de Forgotton Anne (non, ce n’est pas une faute de frappe) est relativement prévisible dans le fond et que les joueurs un tant soit peu perspicaces en devineront les grandes lignes à la simple lecture de ce synopsis, le premier soft du studio danois ThroughLine Games a pour lui un univers original qui compense ce menu défaut. Les différents concepts régissant ce petit monde (Anima, Oublions, pont de l’Ether, dissolution d’un Oublion,…) sont jetés à la tête du joueur dès les toutes premières minutes; si cela pourra paraître déconcertant au premier abord, on appréciera ce parti-pris de nous plonger directement au cœur des choses, sans prologue inutile.

L’anime dont vous êtes le héros

« Visuellement, le rendu est incroyable, un vrai côté Ghibli »

D’ailleurs, inutile de tourner autour du pot: si le soft a fait tourner les têtes depuis son annonce il y a deux ans, c’est surtout pour son rendu proche d’un dessin animé. Ouvertement inspiré des production du studio Ghibli, Throughline Games a soigné l’aspect visuel de son bébé en le dotant d’arrières plans sublimes, d’animations « à l’ancienne » et de transitions très habiles entre gameplay et cinématiques animées.

On n’échappera pas à quelques maladresses (certains éléments 3D se mêlant mal au rendu 2D des personnages), mais le pari est amplement réussi d’un point de vue strictement visuel. Qui plus est, les développeurs se sont payés le luxe de s’offrir les services de l’Orchestre Philharmonique de Copenhague pour interpréter la bande son, magistrale, qui immerge le joueur dans ce monde si singulier en quelques notes seulement.

Là encore, tout n’est pourtant pas parfait: les doublages (en anglais uniquement), plutôt convaincants, sont parfois noyés sous ces envolées musicales grandioses, et aucune option n’est présente pour régler le volume des dialogues indépendamment du reste. Rien qu’un patch ne pourrait venir régler, en somme.

N’oublions pas le gameplay

« Forgotton Anne est à la fois une aventure à base de choix et un puzzle platformer »

Décrit par ses géniteurs comme un jeu d’aventure narratif, Forgotton Anne va surtout piocher du côté du puzzle platformer, genre très prisé par les développeurs indépendants. Que les moins habiles se rassurent: la mort n’est ici pas une option, et si vous devrez régulièrement bondir d’un point à l’autre grâce aux ailes mécaniques dont Anne sera rapidement équipée, l’échec sera rarement pénalisé. L’essentiel du gameplay vous verra résoudre des puzzles à l’aide de votre fidèle Arca: d’une simple pression de touche, le temps se fige et vous pourrez manipuler différents mécanismes à votre guise, à condition que votre outil soit chargé en Anima.

Jamais vraiment compliquées, les énigmes ont la fâcheuse tendance à finir par toutes se ressembler et provoquer une certaine frustration, ceci étant également dû aux mouvements d’Anne. Comme on l’a dit plus haut, les animations offrent un rendu à l’ancienne; si visuellement, c’est irréprochable, cela provoque malheureusement une rigidité (assumée) dans les déplacements. Pour les vieux de la vieille, pensez au tout premier Prince of Persia et vous aurez une idée plutôt fidèle de la maniabilité du jeu.

Le jeu reste toutefois très agréable à parcourir, mais peine à captiver sur la longueur. On se plaint souvent de la faible durée de vie d’un titre, et ça ne sera pas le cas ici: vous pourrez en effet compter sur 6 à 7H de jeu, ce qui est plus qu’honnête pour un soft du genre. Mais pour le coup, Forgotton Anne aurait gagné à subir quelques coupes ci et là. En effet, certaines énigmes peu passionnantes viendront s’imposer en plein moment de tension narrative, brisant le rythme et l’immersion de manière très maladroite. Heureusement, le jeu peut compter sur l’attrait dégagé par son univers et sur sa deuxième facette: l’aventure narrative à choix multiples.

Une aventure de choix

« Les énigmes se suivent et se ressemblent trop. »

Depuis que Telltale a popularisé la formule du « jeu dont vous êtes le héros », rares sont les titres d’aventure à ne pas proposer divers embranchements selon vos décisions. Forgotton Anne n’échappe pas à la règle, en vous imposant un choix important dès le départ et en n’hésitant pas à vous confronter à votre propre cruauté. Parce que sous ses atours innocents, Anne est impitoyable dans sa quête pour préserver l’équilibre de son monde bien aimé. Vous pourrez généralement choisir de vous montrer agressive ou amicale, mais l’héroïne présente dans tous les cas un caractère bien trempé qui lui vaut une certaine réputation auprès des Oublions.

Les interactions entre ceux-ci et Anne donnent lieu à des échanges intéressants, sachant qu’un rebelle et un adorateur de Maître Bonku auront une vision de la jeune fille diamétralement opposées, donnant un aperçu nuancé du fonctionnement du Royaume (même si, encore une fois, on peut rapidement anticiper où tout cela nous mène).

Si aucune décision n’altérera le déroulement de l’aventure dans le fond, l’illusion du libre arbitre est bien rendue et on se désolera en assistant à certaines conséquences désastreuses de nos actes, même si cela ne changera rien au dénouement, qui dépendra d’un tout dernier choix accessible à tous les joueurs, quoi qu’il arrive. Les développeurs ont d’ailleurs eu le bon goût d’inclure la possibilité, une fois l’aventure terminée, de revisiter les moments clés afin d’observer tous les embranchements possibles sans avoir à reparcourir le jeu dans sa totalité. Et étant donnée l’impossibilité frustrante d’accélérer les dialogues, on ne peut que les en remercier.

Un jeu inoubliable ?

Pas forcément aussi mémorable qu’il aurait pu l’être, la faute à un gameplay hautement perfectible, Forgotton Anne est tout de même sacrément attachant. Pour son tout premier soft, ThroughLine Games a placé la barre très haut, tant le soft regorge de bonnes idées et d’un amour indéfectible envers son univers, qu’on verrait volontiers décliné sous d’autres formes.

La Bande-Annonce

Réalisation: 16/20

Le pari de proposer un dessin animé interactif est amplement rempli, si l’on excepte quelques petites maladresses. Le soft a du charme à revendre et revendique haut et fort l’influence du studio Ghibli, incontestable.

Gameplay/Scénario: 14/20

Si les grandes lignes du scénario seront devinées avec une longueur d’avance, cela n’empêche qu’il réserve quelques moments d’une vraie intensité et une Anne vraiment intéressante. Dommage que la rigidité des déplacement et la répétitivité des puzzles (et leur nombre) vienne ramollir le rythme; quelques coupes n’auraient pas été superflues.

Bande-Son: 16/20

Interprétée par l’Orchestre Philharmonique de Copenhague, la bande originale est d’une intensité impressionnante. Quel dommage que le mixage son soit très inégal, les dialogues (efficacement doublés en anglais) ayant tendance à se noyer sous les envolées magistrales de la bande son.

Durée de vie: 14/20

Comptez entre 6 et 7 heures pour en voir le bout, et un peu plus pour revisiter les instants clés en explorant les différentes décisions disponibles. L’impossibilité d’accélérer les dialogues risque de vous dissuader de retenter l’aventure une fois bouclée.

Note Globale N-Gamz: 15/20

Forgotton Anne ravira les amateurs de films d’animation à la recherche d’un univers prenant, de personnages attachants et de visuels enchanteurs. Un soft imparfait mais d’une grande générosité qui témoigne des excellentes intentions de ses géniteurs du début à la fin. Pas inoubliable, mais hautement recommendable.



About the Author

Guib
Guib
Accro (mais sainement ; et oui, amis journalistes, c’est possible) aux jeux vidéo depuis le jour où j’ai reçu ma Super Nintendo accompagnée de Super Mario All Stars à l’âge de 6 ans, je suis passionné par les jeux de plate-forme, mais pas uniquement. Peu importe le genre, je suis surtout intéressé par les titres qui ont une âme et qui dégagent une réelle personnalité. Quelques-uns de mes jeux cultes : Yoshi’s Island, Beyond Good & Evil, Ico et les jeux Rockstar (oui, ça tranche avec le reste mais ces gars-là m’ont rarement déçu). J’ai aussi une petite faiblesse moins avouable pour les jeux nanars descendus par la plupart des testeurs, mais chut. Etant fan de cinéma fantastique et écrivant depuis quelques mois des critiques de films, j’ai eu envie de me diversifier et de me lancer dans le test de jeux vidéo, et me voilà !