Review

La série Hokuto no Ken, plus connue sous le nom « Ken le Survivant » dans nos contrées, n’est pas à présenter. C’est une saga qui a su captiver le Japon pendant plus de dix ans et qui a réussi à se faire une place dans les mémoires des jeunes téléspectateurs français et belges malgré les lourdes censures et les doublages qui tournaient les scènes au ridicule. Etant un fan acharné depuis ma plus tendre enfance, l’espoir de revoir un jour un véritable action-rpg sur l’univers qui entoure Kenshiro était de plus en plus mince. C’était bien-entendu sans compter sur SEGA, qui a le vent en poupe depuis quelques années. La divison RPG, qui travaille notamment sur l’illustre série des Yakuza, fait craquer ses phalanges et nous a préparé une surprise de taille : Hokuto Ga Gotoku ! (Qui est un jeu de mot sur le titre japonais de Yakuza, Ryu Ga Gotoku). Le concept est simple : on prend tous les éléments qui font des jeux Yakuza des softs riches et fun et on les transpose dans l’univers apocalyptique d’Hokuto no Ken. Le mélange risque d’être… explosif ! Vous ne le savez pas encore, mais vous êtes déjà conquis par ce jeu.

L’année 19XX

« Vous ne le savez pas encore… mais vous êtes déjà morts! Le gore ne manquera pas à l’appel dans ce soft! »

Le monde est en ruines. Après une guerre nucléaire totale, les mers se sont asséchées, les forêts ont brûlé et l’air est pollué à tout jamais. L’humanité, quant à elle, a survécu. Quelques tentatives de reconstruction de la société peuvent être aperçues, sporadiquement, mais de manière générale, la loi du plus fort est devenue universelle. Bandits, vandales et assassins pullulent dans cet univers, pillant, violant et tuant impunément. Un sauveur vient illuminer ces années sombres à la seule force de ses poings : Kenshiro. Héritier d’un art martial aussi léthal qu’impressionnant, il se fait juge, jury et bourreau des mécréants qui croisent son chemin. A la recherche de sa bien-aimée Yuria, il traversera les vastes déserts en rendant justice.

C’est lors d’une de ces expéditions que Ken se retrouve aux portes de la ville d’Eden. Gigantesque complexe présentant un véritable havre de paix où eau et nourriture ne manquent pas, c’est un lieu où Yuria pourrait très bien se retrouver. Après avoir gagné le droit d’être un citoyen de cette mégalopole, Kenshiro sera pris dans une machination qui dépassait ses intentions de base…

Le pouvoir du Hokuto Shinken

« Kenshiro: Maître en arts martiaux et barman à ses heures perdues… »

Le système de combat de Lost Paradise est comparable, sur de nombreux points, à celui des jeux Yakuza. Vous vous retrouverez donc catapulté dans le mode « combat », où la zone où vous pouvez vous déplacer rétrécira et deviendra une sorte de mini-arène. Les hordes d’ennemis ne se gêneront pas pour lancer un assaut groupé sur Kenshiro, restez toujours sur vos gardes !

Dans votre arsenal : la panoplie des techniques millénaires de l’Hokuto Shinken. Vous aurez donc des coups légers qui se lanceront avec la touche carrée, qui donneront vie à un combo des plus rapides et impressionnants, tandis que la touche triangle servira à asséner des coups chargés d’une puissance supérieure, mais bien-entendu plus lents ! Vous pourrez combiner les deux touches pour jongler avec les ennemis et les voir exploser en mille morceaux à la fin des affrontements. A force de frapper les ennemis, vous pourrez également les mettre dans un état d’étourdissement appelé « Choc Méridien ». Avec la touche cercle, vous pourrez alors presser les points vitaux de vos adversaires. Le choix vous appartient alors : Vous débarrasser tout de suite du ruffian avec une explosion express ou alors utiliser sur ce dernier une technique secrète.

« Des personnages emblématiques feront leur apparition et vous donneront du fil à retordre… »

Les techniques secrètes font office de « Heat Actions », pour les connaisseurs des jeux Yakuza. Il s’agira ici de petites cinématiques accompagnées de QTE qui déchaîneront une attaque dévastatrice sur le pauvre bougre qui se trouve entre vos mains. Ces dernières sont nombreuses et variées et régaleront les fans de la série tellement il s’agit là de véritables reconstitutions de l’animé et du manga, au mouvement et à l’encadrement près !
Chaque affrontement, aléatoire ou non, vous rapportera des points d’expérience qui débloqueront des Orbes du Destin. Ces orbes sont de natures différentes : Etoile, Esprit, Habileté, Corps et Etincelante. Chacune d’entre-elle pourra débloquer une zone différente de la carte des techniques de Kenshiro. Vous pourrez donc améliorer votre attaque, votre santé et votre jauge de Burst, mais également débloquer de nouvelles attaques et combos.

La ville d’Eden ne sera pas votre seule zone « bac à sable » ! En effet, le jeu nous propose de visiter un vaste désert qui peut mener à divers villages et autres lieux cachés… pour traverser ces vastes étendues, une seule solution : Un véhicule tout terrain, bien-sûr ! Vous pourrez piloter et personnaliser ce véritable tank apocalyptique et découvrir secrets et ressources qui vous seront utiles lors de vos aventures…

« Des ennemis gigantesques vous attendent… ne retenez pas vos coups! »

Cela va sans dire, le gameplay et la prise en main de Fist of the North Star sont tout bonnement géniaux. L’équipe savait que représenter l’art martial éponyme allait être un point crucial pour attirer les fans et les néophytes. Le tout est rapide, fluide et efficace. Vous aurez des dizaines d’options pour vous occuper de vos ennemis, peu importe leur classe, et vous vous sentirez tout puissant. Vous serez le juge, le jury et le bourreau du monde apocalyptique. Bien-entendu, selon votre style de jeu et vos préférences, l’hokuto shinken n’aura de cesse d’évoluer jusqu’à la fin du jeu, et vous pourrez continuer à le perfectionner en New Game+…

Un vaste désert loin d’être vide…

La ville d’Eden, même si elle est remplie de lumières allogènes et autres échoppes aux enseignes voyantes, n’a absolument rien à voir avec le quartier de Kamurocho. Après tout, nous nous retrouvons bien dans une ville reconstruite après une holocauste nucléaire, qui représente un semblant de civilisation dans un monde autrement brutal et impropre. Cela-dit, les occupations et autres histoires secondaires ne manqueront pas à l’appel ! Et oui, il faut bien se changer les idées entre deux duels mortels…

« Kyo-oh, le roi mystérieux vous défie et menace la ville d’Eden… »

Vous pourrez passer votre temps de diverses façons à Eden : que ce soit déguster des petits plats dans les nombreux restaurants, boire un verre dans les bars peuplés de durs à cuire, faire des achats compulsifs au bazar de la ville…
Mais tout n’est pas plaisirs et rigolades ! Vous pourrez également utiliser votre huile de coude et travailler pour gagner de la monnaie et des capacités uniques ! Parmi ces mini-jeux aussi passionnants que bien ficelés, vous pourrez enfiler les bottes d’un docteur du Hokuto et donc soigner les patients qui auront besoin de votre connaissance des points vitaux pour soulager leurs peines ! Ce jeu remplace un peu le karaoké des jeux Yakuza, car vous devrez en effet soigner les pauvres citoyens en rythme avec la musique qu’on peut entendre dans la clinique.
Les autres jobs que vous pourrez effectuer seront tout aussi drôles : Barman, gestionnaire et sorteur d’un club de strip-tease, marchand, … Le monde est entre vos mains !

Toute cette variété au niveau du gameplay est accompagnée par des graphismes absolument sublimes. Nous avons à faire avec un cell-shading des plus convaincants et chaque modèle de personnage semble sortir tout droit d’une page du manga. Pour les fans de la première heure, c’est que du bonheur ! Le jeu tourne également à une vitesse constante et sans aucun ralentissement, ce qui ne gâche rien.

Le sauveur du siècle nouveau

Si vous recherchez une histoire alternative dans la saga Hokuto no Ken, une histoire pleine de testostérone, de bodybuilders cherchant à survivre un monde post-apocalyptique, vous trouverez cela avec Lost Paradise. Mais le jeu est bien plus que cela. Le soft se démarque dans le sens où il est fait dans le même moule que les jeux Yakuza, mais il arrive à briser ce même moule avec l’originalité de ce qu’il propose. Vous jonglerez entre détruire des armées entières à vous tout seul à jouer à cache-cache avec un orphelin. Vous passerez d’un affrontement ultime avec un maître d’arts martiaux à une petite virée dominicale dans le désert, suivant une carte au trésor et en trouvant une vieille machine d’arcade de Out Run. Le jeu regorge de ces petits moments qui en font une expérience ultime, et c’est une expérience que nous vous conseillons plus que vivement !

La Bande-Annonce

Réalisation: 18/20

Le jeu est une merveille graphiquement parlant. Les modèles des personnages sont fidèles aux originaux tout en y ajoutant quelques petits détails totalement nouveaux. Les environnements sont également de toute beauté, ce qui vous immergera dans le monde d’Hokuto no Ken sans difficulté ! Le tout est emballé dans une présentation immaculée et un framerate stable et fluide.

Gameplay/Scénario: 18/20

Le gameplay est alambiqué avec soin, sans surprise. Le Hokuto Shinken n’a jamais paru aussi beau et efficace ! Les dizaines de techniques que vous débloquerez au fur-et-à-mesure de votre évolution vous rendront presque invincible et vous donneront un éventail de possibilités quand il s’agira de détruire vos ennemis.  Le scénario, quant à lui, nous permettra non seulement de revivre des moments clé des aventures de Kenshiro, mais d’également découvrir une toute nouvelle histoire et de rencontrer des personnages crées spécialement pour le soft !

Bande-Son: 17/20

La bande-son du jeu est tout simplement qualitative. Ici pas de fioritures inutiles : Du bon gros heavy metal et des pièces orchestrales accompagneront chacun de vos affrontements. Mention honorable : Le doubleur japonais jouant Kenshiro dans ce jeu n’est nul autre que l’acteur qui interprète également Kiryu Kazuma dans la série des Yakuza ! Encore un lien qui unit ces deux softs…

Durée de vie: 19/20

Entre l’intrigue principale, les quêtes annexes, les mini-jeux et l’évolution des techniques de Kenshiro, le jeu vous offrira autant d’heures d’amusement qu’un grand RPG nippon. Vous en aurez définitivement pour votre argent, sans parler du fait que vous pourrez également recommencer le jeu en New Game+ et tenter de vaincre les hordes d’ennemis dans une difficulté plus élevée !

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Que vous soyez fan de la série de base ou pas, il est indéniable que ce soft possède des qualités qui attireront les adorateurs de RPG tout autant que les férus d’action et de combats plus classiques. Dans ce cocktail explosif, chaque ingrédient rend l’autre plus appréciable. L’histoire est intéressante et bien ficelée, elle n’est pas simplement un prétexte au combat et les personnages qui la composent auront de véritables arcs narratifs qui évolueront dans des directions spectaculaires. Le gameplay vous fera rester bouche bée et ne vous donnera qu’une envie : mettre la main sur la manette et faire exploser tous les ruffians qui croiseront votre chemin ! En bref : Rapport qualité prix, il n’y a pas photo, Fist of the North Star : Lost Paradise est un achat qui vaut le coup !



About the Author

Snakethoot
Snakethoot
Je baigne dans la culture vidéoludique depuis ma plus tendre enfance, elle m'a façonné, elle m'a donné le goût pour les passions qui m'animent aujourd'hui. J'accorde la plus grande importance à chaque détail, aussi infime soit-il, pour être certain de saisir tout l'arôme que l'expérience d'un jeu-vidéo peut m'amener (Appelez-moi le romantique virtuel...). Cosplayeur à mes heures perdues, mon dévolu se jette aussi sur le septième art, les comics et la musique. Les passions comme les avis sont faits pour se partager et se discuter, ne soyez pas timides!