Review

Omega Force, studio de développement associé aux Mûsou, s’allie à Koei pour nous proposer Dynasty Warriors 8: Empires sur Next-Gen. Les petits gars ne sont clairement pas des amateurs en termes de baston de masse, puisqu’on leur doit notamment les One Piece : Pirate Warriors ou encore le très récent Hyrule Warriors. Mais que peut bien valoir leur incursion sur la nouvelle génération de consoles ? Aiguisez vos armes et suivez le guide, on répond à toutes vos questions !

Tagada, tagada… Voilà les Warriors !

Dynasty Warriors 8 ne déroge pas à la règle niveau scénario: Les 3 Royaumes encore et toujours.

Omega Force est abonné aux Mûsou de longue date. Ils ont un moteur de jeu maison, un savoir-faire inégalé, mais le rythme élevé des parutions qui leur est imposé peut parfois pousser à l’excès. Cette fois, c’est au tour de Dynasty Warriors 8 d’en faire les frais, avec une version Empires qui se veut la plus rentable possible, et sur Next-Gen svp !

Basée sur l’histoire chinoise des « Trois Royaumes », Dynasty Warriors 8 Empires vous convie à une bataille rangée aux côtés des forces en présence dans ce conflit ancestral. Ainsi, ce ne sont pas moins de 77 personnages jouables qui vont s’affronter, l’arme au poing, pour savoir qui mérite de régner sur l’Empire oriental et réunifier les différentes factions qui se livrent une guerre sans merci. Autant dire qu’il va y avoir du pain sur la planche!

A la frontière

Dynasty Warriors 8 est un jeu de stratégie/beat’em all qui va vous convier à exploser de l’ennemi par dizaines au travers de divers modes de jeu. On démarre bien entendu par le mode « Empires », autrement dit le mode histoire qui vous permet de sélectionner un scénario parmi les 6 proposés sur cinq niveaux de difficultés. On passe ensuite au mode « Libre » qui vous offre trois types de gameplay différents: invasion (vous attaquez), defensive (vous défendez) et événements. Enfin, vous pourrez vous adonner aux joies du mode Online et à la consultation d’une galerie comportant aussi bien les cinématiques que les armes, votre histoire perso ou encore une encyclopédie complète sur les Trois Royaumes. Bien entendu, les habitués du genre connaissent tout ça, même si cette fois vous allez pouvoir personnaliser de but en blanc votre avatar et vous adonner à pas mal de gestion de royaume.

Il est possible de créer un avatar et de gérer un royaume… voire même de se marier!

En effet, le titre offre un peu plus de stratégie que ses aînés, avec un système au tour par tour qui vous permettra notamment de percevoir des taxes, recruter des unités, construire des bâtiments pour augmenter vos rendements ou vos objets disponibles, mais aussi vous marier avec un autre général du sexe opposé et avoir un enfant qui aura vos traits et vos stats. Il va falloir privilégier la bonne entente entre les diverses factions, c’est moi qui vous le dit!

Une fois tout ceci fait, place à la baston pure et dure qui, elle, ne bénéficie vraiment d’aucune nouveauté marquante. On bourrine le coup de base pour éliminer à la pelle les soldats adverses, on balance une super de temps à autre quand la jauge adéquate est remplie, et on recommence afin d’affaiblir les défenses de l’opposant et lui prendre sa base. Un peu trop répétitif hélas, même pour les fans de la franchise.

Tous sous la même bannière

Visuellement, ce nouvel opus a été légèrement amélioré… mais on sent clairement que le moteur de jeu n’a pas été conçu pour la Next-Gen. Ainsi, bien que les personnages soient vraiment joliment modélisés, les décors sont peu détaillés et ternes, on compte pas mal de bugs, et quelques lags se sont même invités à la fête. Ce qui passait sur Current-Gen semble hélas bien trop peu sur PlayStation 4 et Xbox One.

Niveau bande-son, la musique typée Chine féodale colle parfaitement au thème du jeu. Les bruitages sont bons et si la langue parlée dans le soft est le japonais, vous aurez au moins les sous-titres en anglais. Pour le doublage, justement, on trouve que les voix font un peu trop caricaturales, bien que pas désagréables. Que dire d’autre si ce n’est qu’il n’y a vraiment rien de neuf sous le soleil musical des Trois Royaumes avec ce Dynasty Warriors 8: Empires.

Hara-Kiri ou l’honneur est sauf ?

Au vu des améliorations apportées sur les possibilités stratégiques en jeu, les fans de la franchise trouveront forcément leur bonheur malgré la paresse des développeurs pour renouveler leur système de combat et leur moteur graphique. Les différents choix de scénario et la possibilité de créer son avatar et de le voir se marier et avoir un enfant nous immergent un peu plus dans ce qui reste une référence dans le beat’em all/tactique. Mais on le dit et on le répète: il faut vraiment changer la recette sinon on risque l’indigestion!

La bande-annonce

Réalisation: 12/20

Les graphismes ont été légèrement retouchés depuis les opus précédents, mais il est clair que l’exploitation du moteur graphique aurait du être plus poussée. On est sur Next-Gen, bon sang! Si les personnages sont bien modélisés et agréables à regarder, les décors sont vides, ternes, et de nombreux bugs et lags viennent entacher l’expérience de jeu.

Gameplay/Scénario: 15/20

Deux poids/deux mesures: si les fans de la saga seront ravis de retrouver rapidement leurs marques avec un système de combat inchangé, les autres pesteront contre le peu d’inventivité et la répétitivité des rixes. Heureusement, l’aspect stratégie a été rehaussé avec la création d’avatar et le fait de pouvoir se marier pour avoir un héritier, tout comme il est possible de mettre des généraux à la tête de certaines villes pour qu’ils les gèrent à leur façon. Niveau scénario, on va finir par connaître par coeur l’Histoire des Trois Royaumes, mais le tout reste rondement mené.

Bande-Son: 17/20

Les musiques sont plutôt jolies et typées Chine médiévale, les voix en japonais restent un peu surjouées, et les bruitages font leur job de façon assez réussie. Si vous mettez un casque, vous pourriez presque vous croire en plein conflit armé alors que les armes s’entrechoquent et que les chevaux hennissent de rage.

Durée de vie: 16/20

6 scénarios de base, avec la possibilité d’en créer soi-même, un mode personnalisation plutôt étoffé, des missions online, une encyclopédie à consulter, des équipements et vêtements à débloquer et 77 personnages à incarner… vous n’êtes pas prêt de faire le tour complet du soft!

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Koei et Omega Force tiennent leur cap, ajoutant par endroits quelques améliorations de gameplay, notamment au niveau stratégique, mais le tout est beaucoup trop timide et ne contentera que les fans purs et durs de la saga. Ajoutez à cela un moteur graphique qui n’a pas sa place sur Next-Gen, et vous comprendrez que la série des Dynasty Warriors est en perte de vitesse, même si, prise séparément, cette version Empires est plaisante à jouer.



About the Author

Dan
Dan
Salutations! Je suis passionné de jeux vidéo, un peu touche à tout. J'ai commencé à l'âge de 5 ans sur une Jaguar et depuis je collectionne beaucoup (en plus des jeux: statuettes, BD, et manga un peu). Ce que je préfère? Un titre avec un vrai scénario! Bien que je ne sois pas rebuté par un petit Survival/Horror, j'adore donc forcément les RPG, mais aussi les beat'em all et tant d'autres genres encore ! Niveau films, c'est sans conteste le monde de l'horreur qui m'attire (Alien, un mythe en plus d'un chef d'oeuvre), bien qu'il soit devenu difficile de trouver actuellement de bons représentants du genre. Mes jeux préférés? Final Fantasy (du 7 au 10, ainsi que le 12), la saga Assassin's Creed, Red Dead Revolver/Redemption, Prince of Persia, Mass Effect, F.E.A.R. (Alma est... Charmante ^^), Saints Row, Borderlands, Splatterhouse, les WWE de 2007 à 2010 (Legends of Wrestlemania compris), Dragon (Bruce Lee sur Jaguar, quel pied!), ... bon, je vais m'arrêter là, non? ;P