Review

Nous vivons dans une drôle d’époque, non ? Une époque où des croisements vidéoludiques improbables peuvent avoir lieu, entraînant parfois des expériences à la limite de la compréhension humaine comme Goat Simulator, par exemple, mais aussi d’incroyables surprises ! Ainsi, après un World of Final Fantasy symbolisant le gentil rejeton du mariage de FF et Pokemon, voici que Square Enix remet le couvert avec Dragon Quest Builders, un titre qui reprend les aspects classiques de la licence Dragon Quest en y ajoutant… toutes les notions du sandbox façon Minecraft ! Mais si les ingrédients sont bons, est-ce que la recette fonctionne ? 

Si j’avais un marteau… 

Un univers immense à rebâtir... rien que pour vous!

« Un univers immense à rebâtir… rien que pour vous! »

Comme Final Fantasy, Dragon Quest est une licence confortablement implantée dans le petit monde du jeu vidéo depuis pas mal d’années maintenant, et elle commence enfin à débarquer chez nous pour le plus grand plaisir des fans de RPG. Ainsi, après nous avoir fait profiter de son « DraQue » VII il y a peu sur 3DS (en test en cliquant ici) et avant le portage du 8ème opus sur le même support, Square Enix rempile avec un spin-off atypique : Dragon Quest Builders sur PlayStation 4 et PS Vita.

Si vous pensiez, à la vue des premiers screens, avoir affaire à un simple jeu sandbox, détrompez-vous ! C’est en effet une véritable histoire qui vous attend ici ! De fait, après avoir créé votre petit personnage tout mignon, vous allez vous retrouver au cœur d’une sombre grotte, jeté que vous y avez été par le grand méchant de service qui n’a rien trouvé de mieux, pour asseoir son hégémonie, que de retirer toute notion de construction à la populace et déverser ses armées de monstres sur votre royaume autrefois si paisible. Heureusement pour vous, une petite voix va vite venir vous sortir de vos pensées moroses, et vous balance sans préparation que votre destinée est juste… de sauver le monde ! Oui, ça fait un choc… je sais. Vous voilà ainsi affublé du titre de bâtisseur et de la lourde tâche de reconstruire les hameaux environnants… et ce n’est qu’un début !

Entre bagarre et construction…

"Les combats se déroulent en temps réel, et les monstres sont très revanchards"

« Les combats se déroulent en temps réel, et les monstres sont très revanchards »

Le gameplay du soft se divise en trois phases distinctes : le combat, la récolte et le crafting. Pour le premier, dites au revoir au système de tour par tour des DraQue et bonjour à du temps réel simpliste à souhait, dans lequel il vous suffira de marteler la touche d’action pour frapper les ennemis, tout en prenant soin d’esquiver leurs attaques. La récolte, ensuite, est l’étape obligatoire de tout Minecraft-like et consiste à taper tout ce qui vous entoure pour en extraire les matières premières : rochers, arbres, plantes, monstres, … tout est exploitable pour peu que vous ayez l’arme adéquate (essayer de taper sur un rocher avec un bâton de bois… vous allez rire). Vient enfin le nerf de la guerre du soft : la construction !

Car oui, vous allez devoir reconstruire dans un premier temps un charmant petit village, amasser de nouveaux habitants et satisfaire leurs besoins tout en poursuivant votre petit bonhomme de chemin histoire de compléter votre propre quête personnelle, ce qui vous amènera au final à défier le roi des démons en personne. Tout un programme un chouïa gâché, si l’on devait pinailler, par un placement pas forcément évident des divers éléments sur le terrain de jeu, la faute à une caméra quelque peu capricieuse par moments.

Un crafting complet mais très accessible pour donner naissance à de vraies villes fortifiées"

Un crafting complet mais très accessible pour donner naissance à de vraies villes fortifiées »

Le crafting, quant à lui, se réalise le plus simplement du monde, en utilisant des recettes de combinaisons qui se débloquent automatiquement dès que vous disposez des bons ingrédients. Niveau bâtiments, ils se définissent par les pièces que vous y incorporez, sachant qu’une pièce est créée par la formation d’une enceinte fermée de deux blocs de haut, d’une porte et d’une source de lumière. Après, toutes les folies sont possibles même si certains habitants pointilleux iront jusqu’à vous fournir un canevas détaillé de la bâtisse de leur rêve, que vous devrez suivre à la lettre. Passées quelques heures, votre petit hameau du départ ressemblera bien vite à une jolie forteresse… de quoi partir vers d’autres îles pour y établir d’autres colonies ?

Un joli petit village ! 

Dragon Quest Builders est un bien joli soft ! Les textures sont travaillées tandis que les univers visuels offerts par les différentes îles varient sensiblement et évitent clairement de ressentir une certaine lassitude. Le tout s’avère très fluide (à 99% du temps) et le design made in DraQue est respecté à la lettre histoire de parler à tous les fans de RPG.

"Visuellement, le titre offre un charme indéniable"

« Visuellement, le titre offre un charme indéniable »

La bande-son, de son côté, est de bonne facture et les divers thèmes, bien que répétitifs, n’en deviennent jamais agaçants. Une jolie balade musicale avec de sympathiques envolées épiques pour une charmante promenade dans ce monde qui évoluera avec vous, rythmé par les sacro-saints bruitages de la saga.

Tout est à bâtir !

Les croisements des genres ont la côté en ce moment, surtout chez Square Enix! De fait, si World of Final Fantasy a réussi son pari de mixer JRPG Fan Service et Pokémon-like, on peut sans conteste affirmer que Dragon Quest Builders fait de même pour les tendances qu’il représente. En plus d’un système de construction ultra complet et simple d’accès, il nous fait profiter de mécanismes de quêtes chronophages sans tomber dans la mission annexe bâclée par excès de contenu. L’histoire se laisse ainsi parcourir avec plaisir et on arrête vite de compter les heures tant elles s’enchaînent sans jamais se ressembler. Une bonne « pioche », comme on dit dans le milieu des Minecraft-like !

La Bande-Annonce

Réalisation: 17/20

On retrouve clairement la patte d’Akira Toriyama dans le design de cet opus qui sort des rangs tout tracés de la licence Dragon Quest. Une diversité bienvenue se ressent dans tous les aspects visuels du soft (îles, monstres, armes, bâtiments) et la qualité de la réalisation force le respect pour un sandbox du genre, que l’on aime la saga ou l’esprit de construction « cubique » (et encore plus si on adore les deux). On pestera juste contre quelques rares chutes de framerate quand votre ville devient réellement imposante, heureusement sans conséquences sur le gameplay.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario reste dans le classique « le bien versus le mal » mais on s’en satisfait largement tant les quêtes s’avèrent intéressantes et l’esprit « grande aventure rafraîchissante non dénuée d’humour » bien présent. Le gameplay, quant à lui, se maîtrise très rapidement malgré une caméra parfois capricieuse et un placement pas toujours évident des éléments de construction à la manette. Il n’y a pa à dire: le mix combat/récolte/crafting fait des merveilles ici.

Bande-Son: 15/20

Qualité, qualité et encore qualité, un quasi tout bon pour la bande-son de ce DQB même si on lui reprochera la répétition bête et méchante de certains thèmes musicaux, heureusement sans aucune once d’agacement.

Durée de vie: 16/20

On ne peut décemment pas estimer la durée de vie d’un tel soft. Si vous vous laissez prendre au jeu, même sans être fan du côté builder, vous allez vite vous retrouver à passer vos journées/soirées/nuits (rayez toute mention inutile) sur votre console. On ne peut d’ailleurs que se montrer étonnamment surpris par l’aspect excessivement chronophage de la recette, pour notre plus grand plaisir.

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

Dragon Quest Builders marque une nouvelle réussite pour Square Enix dans le mix des genres, et donne un beau coup de renouveau sur des sagas pourtant installées depuis des décennies dans une certaine zone de confort. Un pari qui aurait pu paraître risqué mais qui fonctionne étonnamment bien et nous garantit une pelletée d’heures de jeu, sans oublier d’ouvrir la licence à de nouveaux joueurs.  



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !