Review

Anteria cherche de nouveaux héros afin de la faire prospérer et surtout… de la défendre ! Aventuriers en tout genre, répondrez-vous à son appel et aux sirènes du dernier bébé stratégique d’Ubisoft tout droit tiré de la saga « The Settlers » ?

C’est qui le patron ? 

Des cinématiques au look "particulier" mais à l'humour décapant vous convient à combattre pour Antéria

Des cinématiques au look « particulier » mais à l’humour décapant vous convient à combattre pour Antéria

Anteria est un petit paradis magique, enfin… s’il n’avait pas pour voisins de redoutables ennemis assoiffés de territoires ! Votre épopée va donc débuter par trois valeureux héros errant sans but sur les grands chemins. Une rencontre et une proposition plus tard, votre avenir sera tout tracé : à vous la défense de la Cité, son expansion mais surtout… sa reconstruction !

Champions of Anteria se présente donc comme jeu de stratégie en temps réel mais pas que ! Ainsi, vous y trouverez également de la gestion de territoire ainsi que du craft d’armes et d’armures pour vos avatars. De quoi vous occuper, donc, dans ce soft estampillé Ubisoft, développeur que l’on ne présente plus (Assassin’s Creed, Watch Dogs, Far Cry, m’voyez…).

Jour…Nuit…Jour…

Champions of Anteria est découpé en deux types de phases de jeu : prendre soin de votre royaume et aller barouder pour montrer qui est le patron ! Tout un programme donc, malgré une absence de taille : celle d’un mode multijoueur… mais parlons de la baston en premier si vous le voulez bien !

Les combats se déroulent à la façon d'un bon vieux STR

Les combats se déroulent à la façon d’un bon vieux STR

Le soft propose de fait cinq héros, chacun ayant son élément principal avec ses forces et ses faiblesses. Trois seulement partiront à l’aventure. Plusieurs modes existent en mission de défense comme d’attaque, allant de l’escorte de caravane à l’éradication pure et simple de troupes ennemis, le tout en vue de haut comme dans tout bon STR qui se respecte. Vos personnages se dirigent en quelques clics et les combats se pratiquent généralement au combo clavier/souris. Signalons la possibilité fort pratique de mettre vos affrontements en pause afin de gérer votre stratégie mieux, de même que la présence d’un objectif secondaire afin de vous ramener plus de trésors. Si la partie est gagnée : tant mieux, vous avez défendu votre petit lopin de terre, gagnez un nouveau territoire mais aussi de la monnaie et des éléments vitaux pour votre développement. Si vous perdez, c’est hélas plus gênant car le retour en arrière est impossible, l’ennemi va s’installer sur vos pénates et il vous faudra revenir mieux armé pour l’en déloger !

Passons à présent à notre royaume, puisque c’est pour lui que l’on se bat ! Vos aventures à l’extérieur vous procurent ainsi de la renommée et de l’expérience afin de faire monter le prestige d’Anteria et, surtout, de débloquer de nouveaux bâtiments et des armes, armures et potion inédites. A vous de construire une forge ou des résidences, de fortifier les murs d’Anteria mais aussi d’équiper vos champions avec des objets toujours plus puissants.

Humour et autres joyeusetés

La gestion de ville est plutôt intuitive mais aurait mérité un peu plus de contenu

La gestion de ville est plutôt intuitive mais aurait mérité un peu plus de contenu

Le monde d’Anteria charme d’entrée de jeu et se paie le luxe d’évoluer sur le plan visuel au cours de son développement. La variété des cartes fait également plaisir à voir, tout comme leur level design travaillé permettant de jouer pendant des heures sans se lasser. La palette de couleurs, quant à elle, nous offre des graphismes très sympathiques, même si le genre STR nous a parfois habitués à mieux, et les héros disposent d’un chara-design attachant. Enfin, les cinématiques dessinées ont un style bien particulier certes, mais qui parvient néanmoins à séduire grâce à de grosses doses d’humour qui ne frôlent jamais la lourdeur.

Niveau sonore, les doublages sont convaincants et les mélodies sont plaisantes sans jamais devenir intrusives, ce qui fait de Champions of Anteria un bon petit soft qui respire la bonne qualité dans tous ses aspects techniques.

Mon « petit » royaume ! 

Cela faisait belle lurette que l’on n’avait pas croisé un titre comme Champions of Anteria ! Il faut dire que The Settlers, dont le jeu s’inspire grandement, est plutôt loin derrière nous. De fait, il est agréable de pouvoir se relancer à nouveau dans une campagne de conquête et de construction d’un petit empire, le tout par le biais d’une réalisation pleine de charme, d’une brouette d’humour ravageur et d’un gameplay simple à prendre en main mais toujours jouissif. Le mélange fonctionne donc à merveille et nous tient derrière notre clavier des heures durant. En un mot comme en cent : une bonne pioche chez Ubi, qui manque juste un peu… de contenu !

La Bande-Annonce

Réalisation: 14/20

Des graphismes charmants mais parfois un peu trop en retrait sur leur temps, des lags sporadiques, certes, mais présents et des ces cinématiques originales mais dans un style très « particulier », l’enrobage technique de Champions of Anteria comporte des écueils, mais s’avère au final plutôt plaisant pour un STR.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario ne va pas chercher bien loin mais reste très sympathique. Le gameplay, quant à lui, fait indubitablement penser à la cultissime saga « The Settlers » et se veut très intuitif. Tout s’enchaîne vite et bien pour un mix savoureux de STR et de gestion de ville sans prise de têtes malgré un certain manque de contenus, notamment au niveau des améliorations disponibles pour les villes et du nombre de héros.

Bande-Son: 16/20

Une voxographie convaincante, des musiques agréables et des répliques cultes qui donnent d’office le sourire.

Durée de vie: 14/20

Les heures défilent avec plaisir, mais le titre manque cruellement de plus de héros à découvrir, d’autres peuples ennemis et surtout… de multijoueur ! Cependant, pour 30€, le rapport qualité/prix est plus qu’honnête.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Champions of Anteria est un mélange agréable de STR temps réel et de gestion de ville, inspiré de The Settlers, qui se laisse parcourir sans jamais rencontrer la moindre frustration. Des ajouts de contenu pourraient néanmoins faire passer le nouveau bébé d’Ubisoft de « bon jeu » à la catégorie du « à posséder impérativement dans sa collection ». En effet, l’humour et la réalisation donnent du peps à l’ensemble et le fait de voir croître son petit royaume devient vite chronophage. Un titre plus que sympathique pour un prix mini donc ! 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !