Review

Parfois, on se base uniquement sur le visuel avant de se lancer, cela peut-être le cas pour des pochettes de disques, des couvertures de livres ou encore de l’illustration d’un jeu. Et c’est pile-poil ce qui m’est arrivé avec Cat Quest: j’ai vu de la couleur, des chats kawaiis comme tout et je me suis dit « Ce jeu doit être fantastique »… mon flair a-t-il été à la hauteur ? La réponse dans ce test !

J’ai cru voir un grosminet !

« Le vilain Drakoth a enlevé votre soeur! »

Cat Quest, c’est quoi ? Et bien c’est un RPG en 2D dans un monde ouvert rempli de chats et de petits monstres dangereusement mignons. On doit ce soft aux développeurs du studio « Gentlebros Games » (un nom sympathique, non?) qui signent ici leur premier jeu PC, mais aussi console (prévu pour fin 2017 sur PS4/Switch) après avoir fait leurs armes sur mobile avec le très bon Slashy Hero. Pour l’édition, c’est PQube Limited qui s’en charge. Les gars sont connus pour avoir édité des titres atypiques comme Gal*Gun : Double Peace ou encore Don’t Disturb.

Cat Quest nous emmène dans les contrées de Félingard, à la recherche de votre frangine, enlevée par le sombre Drakoth. Notre jeune héros portant la marque si rare des chasseurs de dragons, les Dracosangs, son destin n’est donc pas celui du simple plouc qui élève des papillons. Ici, ça fleure bon l’épique malgré un univers des plus mignonnets. Comme quoi, on peut faire du cute sur fond d’histoire qui tient la route et qui séduit dès les premières minutes.

Miaoult quêtes vous attendent !

« Un gameplay simple d’accès mais qui se révèle plus profond que prévu »

Le petit monde de Félingard nous ouvre donc ses portes après une cinématique nous expliquant le contexte du soft. Parachuté directement au cœur de l’action, notre boule de poils va donc commencer à taper sur tout ce qui bouge en vue de 3/4, apprendre à maîtriser les mystères de la magie, bref le parfait petit didacticiel du « comment devenir un héros », avec bien entendu la petite pause sieste dans un panier duveteux histoire de récupérer de la vie, de la mana et sauvegarder notre progression.

Outre la quête principale, on trouve des panneaux d’affichage dans tous les petits patelins que l’on traverse nous proposant une tripotée de quêtes annexes, avec leur scénario et leur narration toujours bien pensée. Ajoutons à cela de l’exploration des terres comme la découverte du background, des donjons ici et là, et nous avons avec Cat Quest un soft des plus complets !

Un univers « chat »rrrrrrmant

« Visuellement, le titre est kawaï au possible »

Niveau gameplay, on est sur du basique, sur du bien pensé et de l’intuitif. Déplacements/sortilèges au clavier et attaques armées à la souris. A chaque niveau, nos statistiques montent gentiment tandis que notre équipement nous permet d’orienter notre façon d’appréhender le jeu. Pas de classe définie en quelque sorte. Les sorts, quant à eux, gagnent en puissance moyennant finances dans les demeures des sorciers alors qu’armes et armures s’obtiennent dans les coffres qui peuplent les donjons, ou chez la forgeronne.

L’univers de Félingard est vaste, ultra coloré et supra chou. Le design est original, on se promène sur ce qui ressemble à une carte papier ou encore à un décor d’un livre pour enfant. Les villages sont assez nombreux pour offrir des points de sauvegarde assez fréquents. Une réalisation bien pensée, dénuée de bugs, de lags, bref d’un quelconque problème. La bande-son, quant à elle, est plutôt discrète bien que de bonne qualité.

On en ronronnerait presque de plaisir !

Vous l’aurez bien compris, Cat Quest n’est pas une perle de réalisme ultra violente et barbare. Ici, on a affaire à un soft ultra mimi sans jamais tomber dans le cul-cul la praline, avec une histoire marrante et touchante, un gameplay simple d’accès mais abouti et une durée de vie permettant un rapport qualité/prix des plus dignes. Que vous soyez fan de nos amis poilus ou pas, on ne peut que vous recommander le soft des Gentlebros, si vous chercher un petit Action-RPG sans prise de tête.

La bande-annonce

Réalisation: 17/20

Des couleurs, de la douceur, un bestiaire et de l’équipement plutôt varié, que demande le peuple ? Et bien on aurait adoré plus de territoires différents, bien que la carte déjà implantée soit d’une taille tout a fait honorable. Pas de bugs à déclarer, aucune nuisance afin d’enchaîner nos longues ballades.

Gameplay/Scénario: 17/20

Bon, le scénario ne va pas briser celui d’Horizon Zero Dawn, cependant il reste mignonnet tout en étant crédible. On est fan du comique présent en jeu et des jeux de mots qui font sourire. Le gameplay pourrait paraître simpliste, peut-être trop au départ, avant de réaliser qu’il va falloir jouer des coudes, de l’esquive, du sort… bref la totale afin de venir à bout de certains ennemis plutôt costauds. De plus, il va falloir partir se faire des cessions de pex dans le vaste monde afin d’être paré pour des donjons ou ennemis balaises. Un soft plus profond qu’il n’y paraît, donc.

Bande-Son: 16/20

La bande-son est de la même trempe que la réalisation: les bruitages sont convaincants et mignons, l’ambiance sonore tout autant mais on regrette qu’elle soit aussi discrète par moments

Durée de vie: 15/20

Tout dépendra forcément de façon d’arpenter le soft, de votre envie de tracer votre chemin ou de vous perdre sur la carte, mais comptez une bonne grosse dizaine d’heures pour une petite dizaine d’euros. Ceci dit, la durée de vie peut clairement être doublée, voir triplée selon votre envie de pex.

Note Globale N-Gamz.com: 17/20

Cat Quest est donc à la hauteur de la première impression qu’il m’a donnée au travers de ses illustrations. Malgré le feeling « kawaiiiiiiiiiii » qui déborde de tous les côtés dès les premières secondes de notre plongée dans le monde de Félingard, le soft possède des fondations solides afin de lui faire gagner en crédibilité dans son scénario et son gameplay. Des heures de fun, dont il serait dommage de se priver vu le prix mini pratiqué!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !