Review

Vous avez toujours rêvé d’incarner les héros d’une team de supers gentils badass dont l’unique but dans la vie est de vaincre des supers méchants…. encore plus badass? Le tout dans une ambiance fun et pleine de peps ? Le Agents of Mayhem des créateurs de Saints Row pourrait être le jeu qu’il vous faut, jouissif et décomplexé, comme on vous le prouve dans notre test !

Mayhem versus Legion round one ! 

« L’agence MAYHEM doit recruter les agents les plus badass du monde! »

Aux commandes d’Agents of Mayhem, on retrouve les développeurs de Volition (rebaptisés Volition Deep Silver) à qui l’on doit des licences telles que Summoner, Red Faction et surtout… Saints Row, une saga faussement « GTA-Like » et totalement blindée d’humour qui tâche! De fait, on ne s’étonne pas que le titre qui nous intéresse aujourd’hui soit un « chouïa » similaire en optant pour de l’action/aventure en vue à la troisième personne dans un monde ouvert.

En effet, Agents of Mayhem n’est autre qu’un spin-off de la plus célèbre licence de Deep Silver, nous emmenant directement après les événements de Saints Row IV. Perséphone, présente dans une extension de ce dernier, a fondé une agence : la M.A.Y.H.E.M., financée par la Ulthor Corporation. Son but? Combattre le crime pardi! Ça tombe bien puisqu’à Séoul, de sombres événements commencent à se mettre en place, dirigés par Légion, le groupuscule du mal. Perséphone va donc devoir se trouver des agents de choix afin de lutter contre l’infâme Docteur Babylon!

Les gardiens de la…euh, ahem, de Mayhem ! 

« 13 personnages radicalement différents et très fun à jouer »

Contrairement aux Saints Row où l’on ne peut incarner qu’un seul personnage, AoM nous propose pas moins de 13 protagonistes, tous plus divers et variés les uns que les autres, que ce soit en termes de gameplay, de sexe, de pays d’origine… Bref, on trouve de tout chez Mayhem et cette mixité apporte un vent de fraîcheur au genre tout en évitant la lassitude bien que l’on finira toujours par avoir notre team de chouchous, qui partira sur le terrain en groupe de trois. Seul petit regret, une seule héroïne se joue au corps à corps: la zen et mystérieuse Scheherazade.

Nos gentils protagonistes au langage plus que fleuris possèdent chacun trois gadgets : spéciaux, défensifs et passifs. On note aussi la présence d’améliorations qui se débloquent en passant des niveaux, de noyaux qu’il est possible d’upgrader en trouvant des fragments lors de nos ballades dans Séoul et enfin de technologies de Légion que l’on récupère au cours des missions. De quoi se forger une équipe de tueurs, d’autant que les héros sont tous intéressant à jouer et possèdent chacun un background que l’on se plait à découvrir au cours de leurs quêtes.

Retour à l’ARK

« Même les personnages non actifs peuvent participer au conflit »

Comme tout super agent qui se respecte, les nôtres disposent d’une base appelée ARK. C’est le centre névralgique de Mayhem et c’est ici que nous pouvons envoyer nos personnages non actifs dans le mode « Conflit mondial » afin de combattre Légion dans le monde entier et récupérer moult récompenses. Comme c’est un QG, c’est forcément ici que vous viendrez pour vous équiper.

En effet, divers PNJ vous proposent leurs services et marchandises tels que des véhicules, des skins, des technologies diverses et variées, des améliorations disponible pour l’ARK et même de la récupération de fonds. C’est aussi d’ici que par votre équipe principale pour poutrer des saloperies avec style ! Bref, l’ARK, c’est la vie!

Une ballade en Corée pleine de peps ! 

« Une liberté d’action impressionnante et des décors au charme certain »

La vie à Séoul n’est pas de tout repos! En plus de devoir courir de quêtes en quêtes, il va falloir faire comprendre à Légion que ce n’est pas sa ville. Pour cela : prise de bases et de points de téléportation, courses poursuites dans la cité afin de récupérer des plans de véhicules, sauvetages d’otages… et tout un tas d’autres choses ! Les occupations sont nombreuses dans AoM, bien qu’après quelques heures de jeu, ce soit souvent les mêmes qui reviennent.

Un excellent point pour la liberté d’exploration, par contre, puisque grâce au triple saut et aux véhicules, la ville se découvre sous tous les angles et toutes les hauteurs ! Bien entendu, les sorties se font rarement en mode « promenade de santé », les armes étant souvent indispensables. Les combats, de fait, se révèlent ultra dynamiques grâce aux compétences de nos héros d’un autre genre et à leur coup ultime sobrement nommé « Mayhem ». Mais méfiance, mettre le boxon dans Séoul est une chose mais il va falloir faire attention à la jauge d’alerte de Légion qui finira par vous tomber dessus lourdement armé.

Un univers charmant et vulgaire à la fois

« Visuellement, Agents of Mayhem est clairement réussi et dépaysant »

Agents of Mayhem profite d’une réalisation très travaillée avec des jeux de lumières et de couleurs judicieusement choisis ainsi qu’une ville bien pensée qui se laisse parcourir avec plaisir. Cependant, il est regrettable que les bases de Légion soient toutes calquées sur le même modèle. D’ailleurs pour parvenir à ces dernières, il va falloir se préparer à se prendre joyeusement la tête pour accéder à certaines hauteurs et rivaliser d’observation et d’imagination. La ville aurait néanmoins pu être un poil plus grande, on n’aurait pas été contre, mais rassurez-vous, jamais l’impression de tourner en rond ne se montre présente.

L’ambiance musicale,quant à elle, rappelle les thèmes des films de super-héros hollywoodiens, donnant au passage un air épique à nos folles aventures. Le voice acting en anglais est quasi parfait, jamais surjoué et collant à 100% à l’humour décalé de nos agents. Grossièretés, vannes à tout va, dialogues barrés sont au rendez-vous. Dommage donc que certains sous-titres en français n’apparaissent pas ou se font parfois trop discrets, certains étant même carrément illisibles lorsque l’on est dans le feu de l’action.

La recette qui fonctionne ! 

N’allons pas nous méprendre : Agents of Mayhem n’est pas un Saints Row ! Le soft a beau reprendre des visages et des noms connus, il possède son identité propre, son humour, son monde et son histoire. Véritable bouffée de fun et de défi (selon la difficulté choisie), le jeu de Volition ne lasse jamais, fait souvent sourire et parvient à nous faire accrocher à son gameplay jouissif (mais un tantinet répétitif), sans jamais nous faire décrocher. Une bonne pioche!

La bande-annonce

Réalisation: 15/20

Que cela soit pour la touche d’animation des cinématiques comme pour la réalisation esthétique du monde dans lequel on évolue, AoM est séduisant. L’univers futuriste de Séoul mêlant science fiction et Corée traditionnelle est plaisant à parcourir en long, en large et en travers, proposant un vrai dépaysement visuel sans l’ombre d’un lag. Seul regret : une map un chouïa petite et des bases de Légion toutes calquées sur le même modèle.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario de base n’est pas fou, comprenez par là que l’on nous ressert le pitch des super-agents prêts à sauver le monde des gros méchants. Cependant, les histoires de nos protagonistes sont toutes originales et nous permettent de nous y attacher et de comprendre les liens qui les unissent. Le gameplay, de son côté, ne révolutionne pas le genre mais est bien pensé, facile à prendre en main et très fun à maîtriser.

Bande-Son: 17/20

Quasi perfect que cela soit pour la musique, les bruitages et la voxographie. Dommage donc que les sous-titres aient des ratés.

Durée de vie: 15/20

Missions à gogo, activités en ville diverses et variées… Il y a de quoi faire et les heures défilent avec plaisir.

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

Les petits gars de Volition Deep Silver nous ont démontré une fois de plus qu’il est possible de donner naissance à un soft à l’ambiance complètement barrée, à l’univers diablement fun et au contenu solide, le tout dans un Open World qui tient la route. Agents of Mayhem parvient ainsi à se détacher de son grand frère Saints Row tout en enchaînant les clins d’œils appréciables. Les influences sont ainsi plutôt nombreuses et feront sourire les nerds que nous sommes. Ajoutons à cela une identité esthétique aboutie, une ambiance sonore convaincante et un gameplay adapté à tous les types de joueurs et vous obtenez un soft qui garantit des heures de plaisir.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !