Review

Après avoir réveillé et affronté Smaug sans avoir réussi à le terrasser, la compagnie de Thorin se réfugie en plein cœur d’Erebor pour faire le point sur la suite des événements. C’était sans compter sur le fait que Smaug finisse par tomber, tué par Bard, l’archer héroïque de Bourg-du-Lac, au moyen de sa flèche fétiche. Le dragon est donc mort, et la nouvelle se répand comme une trainée de poudre. Une seule chose à faire pour Thorin et ses soldats : rester barricadés au sein de la montagne et la tenir pour conserver le trésor! Alors, le troisième opus du Hobbit va-t-il réussir à ramener encore une fois les spectateurs fans de Tolkien et de grand spectacle dans les salles sombres ? Et surtout, le vaut-il vraiment ?

L'armée elfe se prépare à envahir la Montagne Solitaire… La compagnie de Thorin tiendra-t-elle bon?

La compagnie de Thorin a lutté sans relâche, dans la « Désolation de Smaug », pour reprendre Erebor aux griffes du dragon maudit. Alors que tout semblait perdu et que la compagnie de Thorin ne pouvait que trouver refuge dans les méandres-mêmes de la montage solitaire, le grand dragon finit miraculeusement par sortir de son antre pour punir les habitants de Bourg-du-Lac ayant aidé nos héros nains. Ce qu’il ne savait pas, c’est que le puissant Bard, archer de son état, veillait sur la ville et va mettre fin à son règne… d’une flèche noire bien placée ! Erebor et son trésor incommensurable doivent donc revenir à ses anciens propriétaires, les Nains, guidés par Thorin, auto-proclamé nouveau « Roi sous la Montagne ». Mais la mort de Smaug va vite se répandre et plusieurs armées vont vouloir récupérer les richesses enfouies dans le royaume nain, à commencer par Bard qui estime avoir sa part à prendre sur le trésor afin de reconstruire sa ville qui a payé un lourd tribut pour avoir aidé la compagnie de Thorin. Alliés aux elfes, les humains vont entrer en conflit avec le peuple Nain, mené par Thorin, qui ne veut rien céder de ses richesses, pas même l’Arkenstone… trésor parmi les trésors. Alors qu’une bataille fratricide s’engage, Gandalf va annoncer l’inéluctable : une armée d’Orcs et de Wargs approche pour, également, revendiquer la Montagne Solitaire… Bilbo Sacquet, notre hobbit préféré, semble le seul à pouvoir unir les forces des Terres du Milieu pour faire face à la haine de Sauron… mais y parviendra-t-il à temps?

Le gros problème de l’œuvre Peter Jackson, c’est… qu’il en fait trop!

S’il y a bien un point qui est inattaquable dans ce dernier opus des aventures du Hobbit, ce sont clairement les décors. Immenses, beaux, spectaculaires, rien ne vient entacher notre immersion dans ce récit titanesque, c’est un fait. Par contre, l’usage de la 3D est vraiment anecdotique tant les éléments y afférents se révèlent en sous-nombre. C’est dommage car les effets spéciaux de cette Bataille des Cinq Armées sont tout juste incroyables, que ce soient les flammes, les explosions, les ralentis durant les combats ou encore les créatures créées en numérique. On rentre de plein pied dans l’univers de Tolkien et c’est clairement dépaysant. Par contre, le gros problème de l’œuvre Peter Jackson, c’est… qu’il en fait trop ! Trop d’incroyable, trop de spectaculaire, avec notamment un Legolas qui défie les lois de la physique et des items qui apparaissent au besoin des héros (des montures juste quand il faut, notamment). Et je ne vous parle pas des personnages quasiment invincibles capables de tuer des orcs en leur jetant simplement des cailloux ou en leur mettant des coups de têtes, par exemple. Bref, ça tue un peu l’immersion et le côté profondément humain de l’histoire.

La menace de Sauron apparaît enfin dans cet opus ultime

Heureusement que l’on peut compter sur l’ambiance sonore qui a toujours été l’un des points forts des films issus de l’univers du Seigneur des Anneaux et du Hobbit, tout comme le jeu d’acteur qui n’a jamais failli en autant de longs métrages même si, cette fois, on pourra regretter certaines morts surjouées… Mais bon, c’est le « genre de choses qui arrivent parfois » (dixit Marion Cotillard dans The Dark Knight Rises).

Bref, étant fan d’heroic-fantasy et de l’univers guerrier développé par Tolkien, j’ai été heureux d’apprendre que Le Hobbit se déclinerait en trois films, bien que j’avais une légère crainte que cela soit… trop au vu du roman. Il faut l’avouer, mon appréhension première s’est un peu réalisée : j’entends par là qu’il y a des éléments qui, pour rallonger la durée de vie de ce dernier long métrage, frisent le « n’importe quoi » et j’en reviens donc au combat de Legolas largement too much pour moi : trop de talent, trop de chance, trop de force, trop d’agilité, tout ça pour faire durer l’histoire. C’est vraiment dommage. Par contre, La Bataille des Cinq Armées reste un excellent film avec beaucoup de combats spectaculaires, ce que l’on attendait forcément pour un dénouement en grandes pompes. Je vous conseille donc d’aller le voir, fan ou pas, car il vaut le coup, même si la 3D ne sera pas obligatoire pour profiter pleinement du spectacle !

Note Globale N-Gamz: 4/5

LA BANDE-ANNONCE



About the Author

MaximeChapeau
MaximeChapeau

Dévoreur de livres, de séries ou de films, j’adore partager ma passion avec le plus grand nombre. C’est donc forcément une joie pour moi de partager mes critiques cinéma avec vous ! Je suis un amateur de films d’action, de science-fiction et de fantastique, avec une grosse préférence pour la saga Hunger Games dont je suis extrêmement fan depuis que j’ai pu la découvrir en livres comme sur grand écran. Plus personnellement, je suis étudiant et grand adepte des arts du cirque, en particulier le jonglage. Gamer depuis mon plus jeune âge, j’aime les jeux rétros et tous ceux qui permettent d’avoir une bonne dose de fun entre amis! Pour l’histoire de mon pseudo, elle est très simple: j’adore les chapeaux, tout simplement! J’espère que vous apprécierez de lire mes critiques autant que le plaisir que j’éprouve à vous les rédiger!