Review

Haru, le « Diable Noir » du champ de bataille opposant le Grand Empire Bandchou à la République de Lordland, nous revient après être passée à deux doigts de la mort ! Wizard of the Battlefield, tome 2, nous convie à un récit bien moins manichéen que le premier volume, au sein d’un conflit où des soldats aux pouvoirs paranormaux règnent en maître !

Ce tome est l'occasion d'en apprendre plus sur le camp ennemi, le récit devient, de fait, moins manicchéen

Ce tome est l’occasion d’en apprendre plus sur le camp ennemi, le récit devient, de fait, moins manicchéen

Sauvée in-extremis par Azami avant que la redoutable Elsa Schneider ne lui assène le coup de grâce, Haru a à peine le temps de panser ses blessures qu’elle est envoyée pour une mission suicide en plein territoire ennemi. Sa mission, ordonnée par le général Hyakutake en personne (dont la ressemblance avec Hitler est flagrante), consiste à mettre hors d’état de nuire une Obusier adverse surpuissant : la Grosse Bertha ! Accompagnée d’un petit régiment mené par le lieutenant Kurakata et guidée par Kaede, une surdouée qui peut dompter n’importe quel animal, elle n’a que deux jours pour mener à bien cette opération, faute de quoi l’ultime attaque orchestrée par son camp est vouée à l’échec. Malheureusement, tout le bataillon d’Haru tombe dans une embuscade orchestrée par un traître dont on ignore encore l’identité… Acculés, les vaillants soldats tentent une technique de guérilla urbaine désespérée en misant tout sur le don inné de notre Diable Noir : sa capacité à déceler la vie, même à couvert… et à l’ôter d’une balle instantanément !

On se surprend même à retenir son souffle lors des dernières pages

Techniquement, ce second volume de Wizard of the Battlefield est bien plus abouti que son aîné. L’hésitation des traits est moins présente, le dynamisme des combats gagne en intensité, tout comme les scènes un peu gores d’ailleurs, et les nouveaux personnages qui font leur apparition sont vraiment réussis au niveau du chara-design. Bref, l’auteur s’est bien amélioré sur ce point qui avait été soulevé comme défaut lors de notre précédente critique, et on se surprend même à retenir son souffle lors des dernières pages, la tension étant vraiment palpable. Seul regret : un combat entre Kurakata et le diabolique sous- lieutenant Schirah du Lordland. Alors que ce dernier était présenté comme invincible dans le premier volume, il « succombe » ici en deux secondes à peine alors qu’on s’attendait à un duel épique…

Le trait est bien plus précis pour ce second volume

Le trait est bien plus précis pour ce second volume

Ce second opus prend également une jolie ampleur scénaristique, mettant un peu de côté l’histoire de vengeance entre Haru et Elsa Schneider pour se concentrer sur les personnages secondaires du conflit, dans chaque camp. On rencontre ainsi un joli panel d’ennemi avec le Commandant Rosenberg, fils du chef de Lordland. Sa relation avec Elsa est assez malsaine puisque le père du premier, pour monter sur le trône, a assassiné toute la famille de la seconde. Citons également le terrifiant et sadique Kinsky, lieutenant-commandant qui prend un malin plaisir à torturer ses adversaires, ou encore le trop confiant Hauser, en charge du département technologique. On se rend surtout compte que, d’un côté comme de l’autre, il y a des êtres bons, d’autres foncièrement mauvais, et des raisons de se battre très diverses, ce qui rend le récit moins manichéen… et donc forcément plus accrocheur.

En nous montrant sans prendre parti les deux facettes d’un conflit fortement inspiré de la Seconde Guerre Mondiale et en y ajoutant une bonne dose de paranormal, Daisuke Hiyama parvient vraiment à nous tenir en haleine dans ce deuxième volume de Wizard of the Battlefield. Le dessin est bien mieux maîtrisé qu’auparavant, les nouveaux personnages font mouche par leur charisme, et même si on déplore un affrontement de début de tome clairement expédié, on a qu’une seule envie en refermant cet opus: connaître la suite… ce qui est toujours un excellent signe !

Note Globale N-Gamz: 4/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!