Review

Après un second volume qui nous a clairement mis une claque monumentale dans la figure, on se demandait si Samidare, troisième tome, allait renouer avec cette sensation que tout bon lecteur de shonen adore (oui, nous sommes tous un peu sado-maso sur les bords, mais quand on se prend une qualité pareille en pleine face…bon sang que ça fait du bien !). Autant dire qu’on attendait énormément de ce nouvel opus. Un peu trop ?

Un volume de transition qui introduit une foule de personnages

Après la mort de Hangetsu à la fin du volume 2, Amamiya a clairement du mal à remonter la pente. Celui qu’il prenait pour son héros, l’invincible chevalier du chien, maître du vent, est passé de vie à trépas pour le secourir lui, le « faible de service », comme il se prend à le penser. Qui plus est, Mikazuki, chevalier corbeau et accessoirement frère d’Hangetsu, a le béguin pour la belle Samidare, la princesse dont Amamiya n’est autre que le fidèle serviteur ! Oui, oui, celle-là même qui est vouée à sauverla Terredu Biscuit Hammer pour mieux la détruire de ses mains. Une intrigue amoureuse se tisse alors, diminuant le côté action, mais l’apparition d’autres chevaliers dont le serpent, le chat, le coq, le cheval et la tortue, va clairement relancer la donne et permettre à notre petite troupe de se recentrer sur l’essentiel : détruire l’Incantateur Suprême, maître des marionnettes de boue et créateur du marteau géant qui menace notre planète.

Si la noirceur du second tome nous avait emballés, ce troisième opus perd un peu de cette superbe pour revenir vers le shonen de base, avec un Amamiya qui passe par une profonde mésestime de soi pour au final se révéler plus puissant qu’il n’y paraît. Le monde des rêves oùla Dark Samidareapparaît est un peu plus présent, mais il n’est l’occasion que d’approfondir les liens entre la belle et son serviteur. Les personnalités des autres chevaliers sont à peine esquissées, le récit se centrant surtout sur la folie du combat de Mikazuki Shinonome et l’apparition de monstres de boue capables de se dévorer entre eux pour devenir plus puissant. Ca patine donc un peu, ça manque de révélations, mais encore une fois, la fin révèle son lot de surprises, et l’Incantateur Suprême se dévoile enfin.

On s’en doutait, on a peut-être eu trop d’attentes envers ce Samidare Tome 3

Le dessin, quant à lui, reste dans la continuité du second volume, avec toujours un bon dynamisme et un découpage bien agencé lors des séquences d’action. L’encrage de certaines cases est un peu surchargé, mais rien qui ne nuise vraiment à la lisibilité. Dommage qu’il y ait un manque de séquences épiques, mais il fallait favoriser l’approfondissement de l’histoire, on le comprend parfaitement et de ce côté-là, la narration ne pose pas de soucis particuliers de compréhension.

On s’en doutait, on a peut-être eu trop d’attentes envers ce Samidare Tome 3. La faute à un volume 2 complètement hallucinant qui nous avait scotché du début à la fin grâce à sa maîtrise du découpage, sa palette de personnages torturés intérieurement et son cliffhanger qui confinait au génie. Ici, le rythme se pose un peu plus, afin de condenser quelque peu le récit et d’introduire une nouvelle galerie (trop grande ?) de protagonistes. Douze chevaliers, même si quelques uns sont morts, ça prend forcément pas mal de pages à présenter. Gageons que l’arrivée de l’Incantateur Suprême redonnera un bon coup de peps au prochain volume et qu’on retrouvera les sensations inoubliables qu’on a connues avec cette princesse hystérico-maléfique et son serviteur à la sombre psyché. Personnellement, j’en suis sûr !

Note Globale N-Gamz: 4/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!