Review

Après un premier volet qui nous a clairement emballé, le démon vengeur Akumetsu revient dans un second volume qui cristallise parfaitement toutes nos attentes. Du gore, de l’action, du style mais plus que tout une épuration d’un système politico-bancaire pourri jusqu’à l’os. Une seule façon de régler les problèmes de société et d’empêcher le Japon de sombrer comme le Titanic…un bain de sang! Çà tombe bien, c’est justement ce que nous proposent les auteurs, sans jamais tomber dans la surenchère malsaine. Attachez vos ceintures: Akumetsu round 2, c’est parti!

Le plan d'Akumetsu est on ne peut plus simple: tuer…le MAL!

Akumetsu, tome 2, démarre sur les chapeaux de roue (c’est le cas de le dire) avec la suite de la seconde exécution de Shô, le lycéen immortel qui a décidé de purger le Japon de toute sa racaille et de mener sa propre justice, sanglante. On retrouve donc le démon vengeur qui a pris en otage l’Inspecteur Général de la police et demande à ses hommes d’arrêter coûte que coûte une bande de loubards à moto avant qu’ils ne franchissent une deadline. Une tension insoutenable pour une sentence irrémédiable: la mort! Par la suite, l’histoire a le bon goût de faire un flash-back pour nous expliquer la première apparition d’Akumetsu, qui donne sa confiance au Premier Ministre du Japon en lui servant de bras armé. L’homme d’Etat a un mois pour redresser le pays, faute de quoi il fera partie de la liste des hommes à abattre. Enfin, l’enterrement de la première victime de Shô donne l’occasion à notre héros d’intervenir en plein milieu de la cérémonie…retransmise en direct! Le public sera-t-il prêt à accepter les méthodes du « terroriste »?

Encore une fois, le rythme est totalement effréné pour ce volume d’Akumetsu. On retient son souffle à chaque mise à mort et on est subjugué par l’intelligence de la mise en scène et le côté surhumain du héros, qui n’hésite pas à utiliser ses dons pour annihiler de la plus sordide des façons ses cibles. La relation entre Shô et son amie Shiina est mise à mal par tous ces meurtres, d’autant que la belle semble être dans la ligne de mire d’un assistant de la première victime. L’histoire se tient de façon diabolique, et la révélation en fin de tome donne un excellent cliffhanger. Le souci, c’est qu’elle est un peu trop grosse, on aurait voulu qu’elle soit légèrement distillée et ne donne pas ce statut indestructible à Akumetsu. Espérons que les auteurs nous réservent quelques surprises, car là ils en ont déjà beaucoup dit.

Akumetsu, tome 2, confirme donc tout le bien que l’on pense de ce seinen

Graphiquement parlant, ce tome propose les mêmes points positifs et négatifs que son aîné, à savoir un dessin ultra dynamique et un rythme hallucinant, contrebalancé par un encrage encore trop surchargé et un découpage de certaines séquences pas toujours très lisible, sans parler du trait légèrement grossi qui aurait mérité d’être affiné. Néanmoins, la lecture est toujours aussi agréable, et les séquences gores explosent littéralement la rétine.

Akumetsu, tome 2, confirme donc tout le bien que l’on pense de ce seinen, en proposant un scénario recherché, notamment dans les mises en scène des exécutions, mais également énormément de liens avec le premier tome, preuve que chaque action peut entraîner de lourdes conséquences qui se retournent souvent contre l’auteur, et que le secret du démon ne tient qu’à un fil. En proposant des scènes chocs et un héros ultra dark, ce manga pourrait bien devenir incontournable si les deux-trois soucis techniques sont corrigés…et surtout si l’histoire tient la route sur le long terme. Personnellement, on fait confiance à Ototo, qui n’a pas pour habitude d’éditer des seinens conventionnels. Rendez-vous au tome 3 pour suivre la route sanglante d’Akumetsu.

Note Globale N-Gamz: 4,5/5



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!