Review

Vous connaissez Blood Lad ? Le manga déjanté de Kurokawa mettant en scène un vampire otaku et sa ravissante écolière fantôme qui le suit partout ? Et bien il existe encore plus fou : Bloody Brat ! Un recueil d’histoires désopilantes tenant sur quelques pages ou prenant parfois la forme d’un Yonkama (quatre strips)! Une question vous taraude alors ? Quid d’une éventuelle lassitude d’un tel format ? La réponse juste en dessous.

Deux recueils d'histoires courtes encore plus déjantées que l'univers d'origine

Deux recueils d’histoires courtes encore plus déjantées que l’univers d’origine

En 2009, Yûki Kodama nous sort Blood Lad au Japon, un shonen bien barré qui nous narre l’histoire de Staz C.Vlad, vampire de son état et surtout totalement accroc à la culture japonaise. Fou de mangas et de jeux vidéo, il va tout faire pour ressusciter une adolescente nipponne aux formes généreuses, malheureusement égarée dans les Enfers. La série n’est pas encore finie chez nous, mais Kurokawa, l’éditeur, nous livre le quart d’heure détente de son auteur, Yûki Kodama, qui s’affranchit du dessin au profit de Kanata Yoshino, inconnue au bataillon chez nous. Ça s’appelle Bloody Brat, et ça nous raconte, sous forme d’histoires courtes ou de strips de quatre cases (Yonkama), le quotidien des héros de Blood Lad avec une Liz qui se prend pour le petit Chaperon Rouge, une Fuyumi toujours en petite culotte ou encore un match de Bowling Wolf VS Staz, autant dire que vous ne verrez plus le monde des démons de la même façon !

Certaines histoires prennent la forme de Yonkamas, ce qui ne plaira pas à tout le monde

Certaines histoires prennent la forme de Yonkamas, ce qui ne plaira pas à tout le monde

Graphiquement, on avait peur de ne pas retrouver le style épuré et agressif de Yûki Kodama qui nous plaît tant. Fort heureusement, Kanata Yoshino a bien compris ce qui caractérise les dessins d’un Blood Lad et reproduit fidèlement le trait, avec une emphase sur les caricatures et l’humour bien sûr. La compréhension des strips est bonne et ne demande pas de relecture. L’encrage, quant à lui, ne souffre d’aucune fausse note. Mention spéciale également aux couvertures bourrées de couleurs flashys et qui donnent envie de se plonger dans ces recueils de scénettes humoristiques. Après, il faut clairement aimer le style Yonkâmâ pour les petites histoires qui l’utilisent, ce qui n’est pas le cas de tous les lecteurs. Néanmoins, les scénarios en quelques pages devraient garder ces derniers éveillés.

Vous l’aurez compris, Bloody Brat est la pause détente d’un mangaka sur son œuvre phare, et représente un spin-off plutôt drôle mettant en scène des personnages issus d’un manga qui était déjà bien barré. On va encore plus loin dans le délire, on sourit beaucoup, mais au final on a du mal à cerner l’utilité d’un tel ouvrage, surtout pour les nouveaux arrivés dans la saga. On en apprend très peu en plus sur les héros, et on ne risque pas de retourner dans les deux bouquins pour y déceler l’une ou l’autre chose. Vite lu, vite oublié, mais on passe un bon moment.

Note Globale N-Gamz: 3,5/5

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Lucy
Hey ! Moi c'est Lucy ! Fan de Visual Kei, Oshare kei, de musiques japonaises en tout genre, de l'univers Vocaloid et de celui de Touhou Project, j'adore aussi les jeux vidéo, spécialement les Survival-Horror et les MMORPG . Je suis passionnée de mangas et d'anime depuis toute jeune mais aussi de tout l'univers et la culture asiatique en général. Je pratique le cosplay depuis 2011 également. Vous pouvez voir mes créations sur ma page Facebook : Lucy.Shiro Cosplay . :)