N-Gamz.com
Jeux Vidéo, Manga, Ciné et Asian/Game Music. Une seule devise: Zéro Concessions!



Les news/Previews

4 décembre 2015
 

What Remains of Edith Finch: notre Preview made in PSN Gaming Friday!

Développé par Giant Sparrow, les petits gars derrière le très intéressant mais trop court « The Unfinished Swan » (en test et vidéo-test à cette adresse : http://n-gamz.com/video-game-review/the-unfinished-swan-test-video-only/), What Remains of Edith Finch nous a plutôt surpris lors de ce PSN Gaming Friday. Pas par sa technique, loin de là, mais plutôt par son propos nous contant l’histoire d’une famille américaine maudite, suivie sur plus d’un siècle. Une aventure narrative sombre et glauque, exclusivement sur PlayStation 4, qui pourrait bien faire parler d’elle prochainement… sous certaines conditions.

Tout débute sur ce mystérieux ferry, alors que vous êtes absorbé dans la lecture d'un journal intime

Tout débute sur ce mystérieux ferry, alors que vous êtes absorbé dans la lecture d’un journal intime

La démo qui nous était présentée pour ce « What Remains of Edith Finch » nous plaçait d’abord aux commandes… d’Edith Finch justement ! Dernière survivante de la famille du même nom, la jeune femme se retrouve sur le pont d’un ferry en approche d’une île plutôt étrange, dans l’état de Washington. Feuilletant maladroitement les pages d’un journal intime, elle tente de se remémorer les souvenirs de sa jeunesse et de fouiller dans le passé de ses ancêtres, tous morts dans de mystérieuses circonstances. A peine a-t-elle ouvert le carnet que l’on se retrouve catapulté dans une dense forêt verdoyante.

En vue à la première personne, on déplace notre héroïne de façon classique et plutôt lente jusqu’à parvenir aux portes d’une demeure pas comme les autres. Sorte d’arrangement de plusieurs maisons collées verticalement entre elles de façon erratique, l’édifice abrite bien des secrets, à commencer par des chambres verrouillées portant les noms et dates de décès de chaque personne y ayant vécu. Sans trop avoir le choix, le jeu vous « guide » alors vers la pièce allouée à la plus jeune des Finch, Molly, morte le 13/12/1940.

L'étrange demeure familiale semble renfermer bien des secrets!

L’étrange demeure familiale semble renfermer bien des secrets!

Le gameplay de « What Remains of Edith Finch » est simpliste au possible. Les deux sticks pour se déplacer et une touche (R2) pour interagir avec les éléments du décor indiqués par un simple point blanc tout ce qu’il y a de plus minime, un peu à la façon d’un titre Quantic Dream ultra épuré. On se doute que tout cela est pensé de longue date pour assurer la plus grande immersion possible, comme en témoignent les rares mots apparaissant à l’écran de façon contextuelle et totalement intégrés dans le décor. Le tout est incroyablement dirigiste pour l’instant et nous amène à investiguer très légèrement dans la chambre de Molly, avant d’incarner directement cette dernière pour comprendre comment elle est morte.

Devenir un chat est chose courante dans le soft... tout comme se transformer en monstre!

Devenir un chat est chose courante dans le soft… tout comme se transformer en monstre!

On retrouve donc une petite fille recluse dans son lit, enfermée par sa mère sans rien avoir à manger. Au beau milieu de la nuit, la faim la tenaillant, elle erre dans la pièce à la recherche de quelque chose à grignoter. On envisage le poisson rouge, sans conviction, puis on se sert en carottes avariées (à destination du gerbille mort depuis… 6 mois), baies artificielles et… dentifrice ! De quoi faire de sacrés hallucinations, comme en témoignent la séquence qui suit. En effet, Molly tente de sortir de chez elle par la fenêtre, attirée par un oiseau venu toquer à son carreau. Instantanément, voilà la petite fille qui se transforme en chat, et le jeu qui devient une course poursuite sur les branches d’un arbre entre le félin et son futur repas ! A nouveau, seule la touche R2 et les joysticks sont utilisés. De fil en aiguille, vous allez avoir la surprise de vous muter en chouette à la chasse aux lapins puis en requin coursant des phoques pour les dévorer avant de devenir un monstre tentaculaire adepte de la chair humaine, sur le pont d’un bateau rempli de voyageurs.

La retranscription des lieux traversés est vraiment travaillée, avec des effets de lumière maîtrisés et un réel design artistique

La retranscription des lieux traversés est vraiment travaillée, avec des effets de lumière maîtrisés et un réel design artistique

A chaque fois, la simplicité est de mise et l’objectif coule de source : manger… avec R2 ! On est cependant agréablement surpris par le changement de jouabilité lié à cette touche : sauter de branche en branche en félin, fondre en piqué en tant que chouette, nager à toute vitesse pour le requin, ou juste étirer son corps jusqu’à sa mortelle tentacule de monstre. Le surréalisme est également de rigueur, avec cette séquence où on se morphe d’oiseau en poisson… en plein ciel ! Vous avez déjà vu « Les Dents de la Mer provoquent un accident de camion en rejoignant l’Océan! »… Nous oui depuis qu’on a joué à « What Remains of Edith Finch » ! Enfin, la démo se conclut avec un côté extrêmement sombre, puisque votre « monstre » remonte lentement, par les égoûts, jusqu’à la cuvette des toilettes de votre chambre, avant de se glisser… sous votre lit ! La petite Molly reprend alors ses esprits et sort cette phrase terrifiante : « Le Monstre est là… et il sait comme moi que… je suis délicieuse ! ».

Bref, le voyage est intéressant, d’autant qu’on nous promet un gameplay différent en fonction du membre de la famille dont on explorera le passé, même si la finalité sera toujours la même : la mort ! On peut donc espérer pas mal d’originalité et, on l’espère, une sympathique durée de vie.

Le titre a un énorme souci de finition niveau réalisation. C'est bugué, ça rame, c'est trop linéaire et votre personnage est bien trop lent... tout ce qui casse l'immersion visuelle et auditive souhaitée par les développeurs, en fait

Le titre a un énorme souci de finition niveau réalisation. C’est bugué, ça rame, c’est trop linéaire et votre personnage est bien trop lent… tout ce qui casse l’immersion visuelle et auditive souhaitée par les développeurs, en fait

En fait, le principal souci du jeu vient surtout de sa réalisation calamiteuse. Certes, l’ambiance sonore est incroyable d’immersion et les environnements sont plutôt bien retranscrits, comme la densité de végétation dans la forêt et ses effets lumineux et climatiques réalistes, ou encore la belle modélisation des intérieurs dans la demeure familiale, mais les textures sont trop pixelisées, l’animation, déjà lente à la base, rame comme pas possible dès qu’il y a quelques éléments à faire bouger dans le décor, les bugs de collisions sont légions et les loadings avant chaque séquence de jeu sont interminables !

Vous l’aurez compris, ce « What Remains of Edith Finch » a le don de souffler le chaud et le froid. Si on saluera une histoire intéressante et un gameplay qui tentera, dans le produit final, de se renouveler sans cesse tout en restant très accessible, on ne peut que déplorer l’énorme linéarité de l’ensemble et les gros problèmes de finition en termes de moteur de jeu, qui ternissent radicalement l’immersion souhaitée par les développeurs. On croise les doigts, néanmoins, pour que tout cela soit corrigé dans les délais, le titre n’étant prévu que pour un vague « 2016 ». Comptez sur nous pour suivre l’évolution du projet de très près, en tous cas.

La Note Preview N-Gamz: 3/5

PS: La Note Preview N-Gamz symbolise le degré d’attente suscité à la rédaction après la découverte du jeu et non une quotation sur sa qualité finale. Elle ne représente donc aucunement une idée de la note qui sera attribuée à l’issue du test complet

La Bande-Annonce



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!



 
Les dernières news!
 

 

Xbox Live Jeux Gratuits Juin 2017: Si Sony fait mieux que ça, on n’y comprend plus rien!

Waouh! C’est exactement ce que nous nous sommes dit devant la montée en puissance de Microsoft ces derniers mois pour les jeux offerts à ses abonnés Xbox Live Gold. Beaucoup de triple A, assurément, alors que son conc...
by Neoanderson
0

 
 

The Witcher 2 offert gratuitement à tous les Beta-Testeurs de Gwent!

CDProjekt est clairement un développeur à part sur le plan marketing. Sortant ses jeux quand ils sont prêts, quitte à les retarder, au lieu de nous proposer des titres qui se patchent sans cessent, la compagnie avait égale...
by Neoanderson
0

 
 

Focus Home Interactive annonce du lourd pour l’E3 2017

Focus Home Interactive vient de dévoiler aujourd’hui son line-up E3 2017, et il va y avoir du beau monde! Présentations « behind closed doors », interviews exclusives et démos jouables, voici les ...
by Neoanderson
0

 

 

PSN: 70 millions d’utilisateurs actifs par mois contre 52 millions pour le Xbox Live

Sony vient de révéler le nombre d’utilisateurs actifs de son PlayStation Network par mois, une statistique dont Microsoft use et abuse pour nous présenter le succès de ses consoles (Xbox 360 et One) à défaut de nous...
by Neoanderson
0

 
 

Film Uncharted: WTF?! Reboot préquelle avec T.Holland en Drake car Sony… a adoré son Spider-Man!

Si l’on en croit le site américain Deadline, le film Uncharted, qui avait pourtant un script finalisé issu du premier jeu et écrit par l’homme derrière l’adaptation de l’Agence Tous Risques au ciné ...
by Neoanderson
0

 
 

Xbox Scorpio: « Microsoft arrête les conneries et les rassemble dans un musée à merde »

Si on ne peut nier que Cliff Bleszinski est plutôt doué quand il s’agit de faire sauter des têtes au fusil à plasma et de trancher net des adversaires à la tronçonneuse (pour info, c’est le créateur de Gears ...
by Neoanderson
1