Review

Deux ans après sa sortie très remarquée sur PlayStation 4 et PS Vita, l’ultra fan service World of Final Fantasy décide de s’émanciper de Sony pour livrer une version Maxima ajoutant contenu supplémentaire et surtout… nouveaux supports! Débarquant à la fois sur Xbox One et sur Nintendo Switch, le titre de Square Enix fait-il encore le buzz ou a-t-il perdu de sa superbe au fil des ans? La réponse dans notre mise à jour du test initial!

Test de la version Switch

Ayant reçu un joli 16/20 lors de son test sur PlayStation 4 en octobre 2016, World of Final Fantasy nous revient dans une version Nintendo Switch dont on avait quelque peu peur des coupes graphiques au vu de la puissance un peu moindre de la console par rapport à une rutilante version made in Sony.

Noctis en version Chibi!

De fait, on est ravi de voir que le titre se défend plutôt bien chez Big N et que, malgré un aliasing bien plus présent qu’à l’époque, il reste tout aussi jouissif visuellement, et portable en plus! Un joli tour de force façon Square Enix qui risque de vous en mettre plein les yeux, surtout lors des cinématiques de toute beauté.

Niveau gameplay, hormis la possibilité de transporter 12 myrages au lieu de 10, on ne note pas de réelle nouveauté à l’horizon et on se retrouve donc devant un RPG old school pure souche à base de captures de monstres et persos emblématiques de l’univers Final Fantasy, le soft jouant allègrement de son côté Fan Service pour nous livrer du Squall ou du Sephiroth en version Chibi, au travers de combats au tour par tour assez stratégiques et d’une histoire qui se révèle bien plus passionnante qu’escomptée au départ.

« De nouvelles quêtes et activités font leur apparition »

En termes d’ajouts, le « Maxima » signifie la présence de nouveaux Myrages mais aussi de quêtes additionnelles et de persos inédits de la saga Final Fantasy, comme Zack de FF7 Crisis Core, Lightning de FFXIII, Serah de FFXIII-2 ou encore Noctis de FFXV. Les fans apprécieront, à n’en pas douter, d’autant qu’il est possible de transférer sa sauvegarde de la version originale pour démarrer avec son surpuissant casting en New Game +.

 Vous l’aurez compris, World of Final Fantasy Maxima est une valeur sûre du RPG Old School sur Nintendo Switch et se doit de faire partie de votre ludothèque si vous êtes accro à la saga Final Fantasy, le côté portable lui donnant ce petit plus qui manquait finalement aux versions sur consoles de salon!

Note Globale N-Gamz: 17/20

Test Initial sur PS4

Le petit monde de Final Fantasy

"Deux jumeaux pour sauver Grymoire et... retrouver leur mémoire!"

« Deux jumeaux pour sauver Grymoire et… retrouver leur mémoire! »

Honnêtement, nous ne vous ferons pas l’affront de vous présenter Square Enix alors que l’on vous rabâche chaque semaine les oreilles avec la moindre news au sujet de Final Fantasy XV, un titre que l’on avait bien cru ne jamais voir débarquer chez nous tandis que que nous continuons d’allumer des cierges pour en apprendre plus sur Kingdom Hearts 3 et Final Fantasy VII Remake. C’est donc dans ce fracas général de triple A se bousculant chez le développeur que débarque, sans crier gare, le petit « World of Final Fantasy » sur nos Ps4 et Vita.

Mais quel est donc cet OVNI dont quasiment personne n’a entendu parler face au rouleau compresseur médiatique des aventures de Noctis et sa bande? Et bien si je vous propose un croisement habile entre un classique Final Fantasy et un système de jeu à la Pokemon, ça vous parle? Bon ok, je vous vois déjà rechigner, peu convaincus que vous êtes… et pourtant, il faut bien avouer que Square Enix a sans doute réussi un habile tour de passe-passe en nous cachant ce qui pourrait être une petite pépite du JRPG. Pourquoi autant de sous-entendus et d’incertitudes dans ces quelques lignes? Et bien pour vous forcer à lire la suite de ce test voyons ! Croyez-moi, vous n’allez pas être déçu du voyage!

Une promenade à Grimoire

"Un système d'évolution bien pensé et chronophage"

« Un système d’évolution bien pensé et chronophage »

World of Final Fantasy nous propose de suivre les aventures des jumeaux Lann et Reynn, ayant étrangement perdu la mémoire. Tout ce qu’ils savent, c’est que pour retrouver leurs souvenirs, ils vont devoir capturer les créatures croisées sur leur route au sein du monde magique de Grymoire! Fort heureusement, cet univers est peuplé d’êtres amicaux, dont les visages familiers feront indubitablement plaisir aux fans de la saga. Ceux-ci ne vont pas hésiter à aider notre duo dans sa quête mais très vite, le destin de nos jumeaux va se voir inexorablement lié… à celui de Grymoire tout entier!

C’est donc en alternant donjons, villes, missions principales et quêtes annexes que Lann et Reynn vont en apprendre plus sur eux, le tout sur fond de combats au tour par tour, de sphériers de compétences et de personnages emblématique de la licence FF. Rien qu’ à la lecture de ce pitch, World of Final Fantasy doit logiquement faire envie à tous les gamers qui ont grandi avec la franchise phare du RPG… mais qu’est ce que cela donne une fois la manette en main ?

Capturez les tous !

"Capturer et dompter les Myrages fera partie intégrante du gameplay"

« Capturer et dompter les Myrages fera partie intégrante du gameplay »

Wait…what ? Oui, si vous avez reconnu ce sous-titre, vous aurez compris que WoFF, en plus d’embarquer l’habituel gameplay à base d’ATB de la série, implémente une grosse nouveauté : celle de pouvoir capturer vos ennemis afin de les faire rejoindre vos rangs et ainsi former des équipes tantôt polyvalentes, tantôt axées sur un élément donné histoire de faire méchamment mal dans certaines zones.

Les combats se jouent donc au tour par tour, mais s’avèrent ultra dynamique avec de nombreux coups et possibilités tactiques, notamment via votre « stack » (ou « pile », que l’on vous explique en dessous) et le fait que vous puissiez à tout moment passer en mode automatique ou accélérer le temps pour voir arriver vos coups beaucoup plus vite. Un sacré confort de jeu et une jolie mise en scène des joutes qui donne du peps à l’ensemble. On notera, qui plus est, que la difficulté est de mise et avec elle les cessions de longues balades punitives dans le but d’amasser assez d’expérience pour pouvoir faire face aux ennemis les plus redoutables.

Sacrée team… sur votre tête !

"Gérer votre stack est primordial pour espérer vous en sortir"

« Gérer votre stack est primordial pour espérer vous en sortir »

Votre équipe se compose de deux myrages capturés pour chaque jumeau, lesquels auront la fâcheuse tendance de finir sur votre tête ou sous vos petites jambes en fonction de leur gabarit et suivant l’ordre L-M-S (Large-Medium-Short). Sachant que deux formes sont possibles pour votre héros dans WoFF, à savoir la taille standard (L) classique et la chibi (S) qui vous permet de chevaucher une « monture » en combat ou en balade, vous aurez à rapidement saisir les subtilités des « piles » de monstres à créer, mais aussi de chacune de vos formes. Ainsi, la pile vous permet de bénéficier des forces et faiblesses des êtres qui la composent, vous libérant au passage de jolis coups spéciaux en fonction des habiletés débloquées chez vos protégés. Mais vous pouvez tout à fait la décomposer pour faire de vos créatures des protections supplémentaires qui se posteront devant vous. Attention toutefois, l’ennemi dispose également de la capacité d’empiler ses congénères voire même, de faire s’écrouler tout votre stack! Bref, pas mal de stratégie bienvenue au programme!

Bien entendu, si seulement deux monstres vous accompagnent en combat et que six restent en stand-by dans votre inventaire, vous pourrez conserver tous les autres dans une boîte à prisme consultable aux checkpoints ou en ville afin de modifier votre escorte comme bon vous semble ou tout simplement leur faire apprendre de nouvelles compétences et aptitudes via un système qui ressemble quelque peu au sphérier si cher à Final Fantasy X. Vos « Myrages », car c’est ainsi qu’ils s’appellent, pourront même évoluer vers des formes plus destructrices. Avec leur look tout droit issu de la saga Final Fantasy, la collectionnite vous guette, on vous le dit!

Un « petit » monde merveilleux

"Les duels vous demanderont une bonne dose de préparation et un stack maîtrisé"

« Les duels vous demanderont une bonne dose de préparation et un stack maîtrisé »

Square Enix nous a toujours habitués à une grande qualité visuelle pour ses titres, et malgré son aspect très chibi et ultra mignon au premier abord, on prend vite conscience que World of Final Fantasy ne se résume pas seulement à cette ambiance kawaii qui se voudrait simpliste et ultra colorée. Non, ici les cartes sont ultra travaillées, l’univers est saisissant de beauté avec des jeux de caméra qui mettent en valeur l’architecture titanesque des décors, et on prend véritablement plaisir à découvrir les diverses régions qui composent Grymoire. De plus, les cinématiques sont dignes du développeur et parviendront souvent à vous décrocher la mâchoire de béatitude. Ajoutez à cela l’absence de bugs et une animation fluide en toutes circonstances, et vous comprendrez que ce WoFF est loin d’être un « petit » jeu.

La bande-son, quant à elle, suit la même tendance avec des musiques dans la droite lignée de ce que les Final Fantasy nous ont toujours proposés. Les doublages anglais (car oui, le japonais était absent de notre version, mais devrait se retrouver dans le disque commercial), quant à eux, sont très bons et nous rendent de suite attachants les jumeaux Leann et Reynn, l’un étant une sacrée tête brulée un peu naïve tandis que sa soeur est posée et souvent second degré. Dommage donc, que les sous-titres en français se montrent clairement expéditifs et passent à côté de notes d’humour non négligeables.

Bon…c’est pas tout ça mais Grymoire compte sur moi !

Malgré des aspects très enfantins dans sa conception visuelle et parfois même dans le scénario, on comprend très vite que World of Final Fantasy est tout ce qu’il y a de plus mature. On se prend très vite au jeu de la capture, on adore le côté kawaii qui parvient à conserver un bon challenge durant des combats bien plus stratégiques qu’escomptés, et la nostalgie s’empare irrémédiablement de nous à chaque personnage connu que l’on croise, sans pour autant dénaturer l’intérêt de l’histoire de Leann et Reynn. Bref, avec sa réalisation soignée, son récit qui nous accroche pour ne plus nous lâcher et sa bande-son qui ne passe jamais au second plan, World of Final Fantasy est tout simplement un soft à posséder pour tout bon fan de JRPG qui souhaite enchaîner les heures de jeu sans les voir passer.

La Bande-Annonce

Réalisation: 17/20

World of Final Fantasy propose un univers saisissant de beauté, haut en couleurs et qui vous immerge immédiatement dans sa poésie, le tout magnifié par de savants jeux de caméra et des effets de lumière foncièrement aguicheurs. Alors que nous livrer un FF « Chibi » aurait pu décrédibiliser tout le soft, il faut bien avouer que visuellement la recette fonctionne et que l’univers graphique se tient admirablement bien! Les cartes sont soignées, les villes magnifiques et on aime à se perdre, juste pour le plaisir des yeux, dans les diverses atmosphères du monde de Grymoire. Seul bémol: des textures parfois en basse résolution, notamment dans les donjons, et une caméra imposée que l’on aurait bien voulu pouvoir maîtriser pour profiter encore un peu plus des décors.

Gameplay/Scénario: 16/20

Le scénario démarre de façon assez niaise et semble au départ un peu « vu et revu », mais très vite il nous emmène vers une histoire mature que l’on veut parcourir en long, en large et en travers. Le gameplay, quant à lui, devient rapidement chronophage, offrant à la fois une recette traditionnelle de combat au tour par tour matinée de jolies notions stratégiques avec les « piles » et d’un côté collectionnite aigüe grâce aux Myrages. Bien sûr, les petits nouveaux auront un chouïa de difficulté à prendre le jeu en main au départ, la licence ayant rarement fait dans l’intuitif, mais les nombreuses astuces sont toujours là pour rattraper les lacunes.

Bande-Son: 15/20

English only malheureusement pour nous dans notre disque-test, mais la version commerciale devrait également incorporer les voix japonaises. Malgré cet écueil qui n’est imputable qu’à notre blu-ray, il n’empêche que la qualité et la justesse sont de mise pour la voxographie dans la langue de Shakespeare, nous rendant d’entrée de jeu les personnages attachants. La musique est orchestrale à souhait et les bruitages sont dans le ton… mais hélas les sous-titres feront passer des détails à la trappe pour tous ceux qui ne comprennent pas l’anglais, et c’est clairement dommage !

Durée de vie: 15/20

On ne compte pas les heures sur ce World of Final Fantasy, et même s’il y a un côté répétitif à cause de séances de combats intensives pour prendre de l’expérience, ce qui pourra en rebuter certains, cela n’enlève rien au côté chronophage et addictif du soft. Vous voilà prévenus!

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

World of Final Fantasy sort des habitudes de la licence sans jamais s’en éloigner à outrance, et nous propose une expérience légère et très plaisante dans tous ses aspects. Un univers riche et visuellement splendide, un gameplay qui a fait ses preuves et parvient même à se renouveler par de sympathiques nouveautés stratégiques, des héros qui arrivent à gagner notre cœur et du fan service comme on l’aime font du dernier bébé de Square Enix une petite réussite que l’on a du mal à lâcher. Un JRPG tout en douceur dans un premier temps, et qui gagne beaucoup en intensité par la suite! A posséder pour tous les fans de cette mythique saga qu’est Final Fantasy !



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!