Review

Après être sorti en 2012 et s’être écoulé à plus de trois millions d’exemplaires, l’incroyable hack’n’slash de Runic Games fait son come-back sur consoles ! Nous avons pu tester la version Switch de ce Torchlight 2, la boule au ventre de revoir notre vie sociale s’effondrer tout en admirant le compteur de temps ingame dépasser la centaine d’heures… mais que vaut cette mouture transportable partout avec nous ? Nous nous sommes penchés sur le sujet afin de vous pondre un petit test pas piqué des hannetons !

Guess who’s back ?

« Un scénario un peu surfait, mais un gameplay convaincant »

Lorsqu’il a débarqué il y a sept ans, Torchlight 2 a su ravir les fans d’action RPG à tendance hack’n’slash. Sans chercher à faire de l’ombre à la licence culte de Blizzard qu’est Diablo, le soft s’est fait une place au soleil en proposant un contenu hyper soigné et de qualité concocté par Runic Games. Pour ce portage sur Nintendo Switch, c’est la team Panic Button qui prend les commandes et les petits gars derrière les portages de DOOM ou encore Wolfenstein II sur la même console entendent bien nous replonger de la meilleure façon qui soit dans l’univers fantasyco-steampunk que l’on a adoré parcourir en long en large et travers. Mais histoire de se remettre dans le bain, quoi de mieux qu’un petit flashback scénaristique: notre alchimiste, sauveur du monde de Torchlight premier du nom, a visiblement chopé la grosse tête et volé le cœur du dragon Ordrak. N’allez pas croire qu’il a sombré du côté obscur de la force. Non, il est surtout corrompu. Le monde est en ruines, le chaos prend ses marques et se propage, et c’est à vous de lutter contre cette engeance !

« Un mode multi à 4 et des classes qui envoient du lourd! »

Soyons honnêtes, le scénario de Tochlight 2 n’est pas des plus inoubliables. Cependant il faut noter que la narration est plutôt bien amenée. Ajoutons à cela des quêtes secondaires pleines de clins d’œil à la pop culture et on obtient un soft qui se traverse avec le sourire aux lèvres ! On retrouve donc nos classes de départ et nos familiers, avec même quelques ajouts pour ces derniers dont une licorne qui laisse des arcs en ciel derrière son popotin rebondi ! Afin de tataner les hordes ennemies, vous aurez aussi le droit à l’embermage qui porte bien son nom et s’oriente vers des sorts touchant aux éléments. Le renégat, de son côté, a ses armes à feu pour meilleurs amies, tandis que le berserker enverra des taloches avec fracas et que l’ingénieur proposera son lot de tourelles et autres gadgets. Après avoir sélectionné la difficulté souhaitée ainsi qu’enclenché (ou non) le mode élite qui rendra la mort définitive, on peut enfin se (re)lancer dans un titre haut en couleurs.

Torchlight pocket !

« Visuellement, le jeu est une réussite! »

Si Diablo 3 nous a appris quelque chose avec la Switch, c’est que la petite dernière de Nintendo se prête à merveille au genre hack’n slash! Torchlight 2 confirme la règle et reste dans cette trame du gros plaisir à consommer sur place ou à emporter. Le portage technique est à la limite de la perfection: on profite d’une réalisation soignée, pleine de couleurs et aux jeux de lumières saisissants qui se veut toujours dans l’air du temps. On peut aussi profiter d’un soft ultra fluide peu importe que l’on joue en portable ou en mode dock. Pas de lags, pas de bugs, l’expérience est dynamique et belle. Du plaisir au bout des doigts !

Le gameplay, de son côté, se cale à merveille sur le support manette, même lorsque l’on est habitué à jouer sur son PC. On apprécie la facilité de se mettre aux commandes du titre et la rapidité avec laquelle on reprend ses habitudes. On sera juste chagriné de ne pas voir le contenu monstrueux ajouté par les mods sur la version PC, mais pour tout le reste, le jeu est presque en tous points semblable à sa version originale. La même qualité donc, mais optimisée pour être jouable sur console. On peut aussi ajouter que le multijoueur à 4 (contre 6 sur PC) est stable et offre de longues parties de fun entre potes.

Sur place ou à emporter ?

Torchlight 2 représente exactement le prototype du bon portage Switch : une base que l’on connait et que l’on adore depuis de nombreuses années, avec une optimisation technique qui nous permet de trimbaler le soft jusqu’au bout du monde ! Dans une autre mesure, c’est aussi le moment pour les non possesseurs de PC de découvrir un excellent Hack’n Slash sur la petite dernière de Nintendo. Un titre qui n’a rien perdu de sa qualité et une bonne occasion de (re)découvrir le bébé de Runic Games… en attendant patiemment la sortie de Torchlight Frontiers !

La bande-annonce

Réalisation: 18/20

Un design graphique qui ne prend pas de rides avec les années. De jolies palettes de couleurs et des jeux de lumières saisissants sont mis à l’oeuvre afin de nous proposer des environnements détaillés et des ambiances visuelles très diversifiées. Cerise sur le gâteau: c’est speed, c’est fluide, et ça ne lague pas! Un petit bonheur !

Gameplay/Scénario: 18/20

Le gameplay se prête à 200% à la Switch (enfin à la manette plus généralement) et pourtant je suis une puriste pro PC, mais il faut reconnaître que c’est hyper agréable de profiter de Torchlight de façon optimale au fond de son canap’ avec un nanard en fond sonore, ou même avec quatre potes en multi! Le scénario, de son côté, n’est pas ultra transcendant mais comprend sa légère dose d’épique, de comique et d’easter eggs qui rendent le tout très agréable à (re)découvrir.

Bande-Son: 17/20

Doublages de bon ton, sous-titres et textes lisibles même en mode portable, ambiance musicale toujours agréable et bruitages de bonne facture, tous les éléments sont présents pour une expérience audio de qualité.

Durée de vie: 17/20

Comme pour tous les softs du genre, on se prend à se noyer intégralement dans l’aventure. Seul ou à plusieurs le compteur d’heures va défiler à la vitesse de la lumière !

Note Globale N-Gamz.com: 18/20

Torchlight 2 a déjà fait ses preuves, que ce soit par son nombre de copies vendues autant que par ses notes attribuées par la presse ou les joueurs et ses nombreuses récompenses… Le titre n’a plus rien a démontrer, mais on avait quand même un peu peur d’un portage à la va-vite. Heureusement, les équipes de Panic Button ont réussi à nous livrer une version aboutie, propre et faisant honneur à l’original. Le gameplay s’adapte à merveille au support console et aux manettes, pour un gameplay ultra convaincant. C’est un réel petit plaisir de s’installer confortablement avec notre Switch en mains et de repartir parcourir l’univers du soft pendant des heures et des heures et des heures et des… Bref, à ne pas rater pour tous les amoureux de hack’n slash!



About the Author

Avatar
LadyDisturbed
Jeune sœur de bataille, dévoreuse de romans à la vitesse de la lumière et fanatique de jeux vidéos depuis la plus tendre enfance... voilà ce qui pourrait résumer de façon rapide votre petite rédactrice. Les mangas ne me font pas peur, la couture et le cosplay sont mon lot quotidien, l'écriture de fan fiction m'occupe et je rêve et vis dans un monde fait de fantasy et science fiction où les princesses Disney ont leur place. Éclectique, je suis ouverte à tous types de jeux, allant du RPG au FPS en passant par le Visual Novel, les MMO ou encore les jeux de stratégie et voguant dans les eaux troubles des jeux indépendants que je me plais à vous faire découvrir. Je ferais tout ce qui est possible pour être juste dans mes jugements, et puisse le sort vous être favorable !