Review

En 2019, le studio Obsidian, à qui l’on devait l’excellentissime Star Wars Knights of the Old Republic 2, nous a montré qu’on pouvait créer un Action-RPG terriblement fun et rafraîchissant sans nécessairement avoir un budget de triple A avec son déjanté The Outer Worlds. Et bien réjouissez-vous car les petits gars ont décidé d’alimenter leur récit avec un premier DLC scénarisé: Peril On Gorgon ! Vendu 14,99€, il nous promet quelques heures de jeu supplémentaires dans ce monde bien barré aux nombreuses possibilités de personnalisation, mais cet investissement est-il synonyme de qualité et de surprises de taille ?

Welcome Back !

« A vous d’enquêter sur les expériences interdites de Spacer’s Choice ! »

Tout d’abord, rassurez-vous si vous n’avez pas terminé le jeu initial: Peril on Gorgon est entièrement jouable dès que vous avez exploré la planète Monarque et ne requerra de votre part qu’un personnage au-dessus d’un niveau 20-25 pour être accompli sans trop pédaler dans l’hyper-espace. Une bien bonne nouvelle également si vous comptiez vous recréer un nouvel avatar pour l’occasion et vous replonger dans l’aventure originale de The Outer Worlds pendant quelques heures afin de vous rafraîchir la mémoire.

Ce DLC démarre donc par la réception d’un étrange message vous promettant une masse d’argent pour peu que vous vous rendiez sur la Planète Gorgone et y rencontriez une riche héritière dont la mère aurait apparemment trempé dans une histoire d’expériences scientifiques pas très nettes. Le but de ces tests était de créer un produit pour doper la productivité des gens, un peu à la façon de Bioshock. L’ambiance s’y apparente parfois d’ailleurs quelque peu. Petit souci: lesdites expériences, menées sous l’égide la plus grosse corporation du jeu (Spacer’s Choice) ont dérapé et il a fallu évacuer une partie de l’astre, aujourd’hui occupée par des maraudeurs. A vous donc d’investiguer sur ce qui s’est réellement passé histoire de redorer le blason familial et surtout… faire reluire le vôtre d’un nouvel éclat bourré d’argent !

Un gameplay sans prise de risque

« Une histoire et un design qui fleurent bon le Bioshock par moments »

N’y allons pas par quatre chemins: avec Peril on Gorgon, vous allez littéralement être en terrain connu. C’est bien simple, toutes les mécaniques de jeu sont les mêmes que dans le soft originel, que ce soit en termes de choix de dialogue, de compétences ou autres. Seules quelques armes de haut niveau, déblocables à la fin du DLC, ainsi que la possibilité de monter votre perso jusqu’au level 33 (contre 30 auparavant) permettent de sortir un peu du lot, sans plus. Un peu déçu pour le coup…

Il faut donc être fan du jeu de base afin d’apprécier pleinement cette extension pour ce qu’elle est: un ajout sympathique à l’histoire principale qui offre toujours autant de possibilités d’approche, que vous soyez bourrin dans l’âme ou beaucoup plus fin. On vous conseillera d’ailleurs cette dernière méthode car les combats sont plutôt relevés et ils souffrent d’une paire de bugs assez gênants en termes d’I.A. ou de respawn involontaires d’ennemis.

Un DLC convenable, sans plus

Vous l’aurez compris, Peril on Gorgon est un DLC « rassurant » pour le joueur, sans aucune prise de risque, qui se contente d’agrémenter un peu le lore de The Outer Worlds durant ses 5 heures de jeu. On regrette l’absence de vraies nouveautés et le scénario un peu prévisible, tout comme le recyclage de certaines zones présentes dans le soft de base, mais il faut bien avouer que revenir une fois de plus dans le monde déjanté créé par Obsidian a son charme, même pour 15€ !

La bande-annonce

Tableau de notes: s’agissant d’un DLC, nous n’incorporerons pas de tableau de notes. Vous pourrez retrouver ce dernier dans le test du jeu complet en cliquant ici.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Obsidian a décidé de jouer la sécurité sur tous les fronts avec ce DLC. En effet, Peril on Gorgon ne prend aucun risque, ne propose aucune nouveauté notable ou aucun changement de gameplay mais s’avère au final très plaisant à parcourir grâce à des dialogues bien ciselés, une liberté d’action plutôt grande et un univers barré que l’on apprécie toujours autant de retrouver malgré des bugs parfois rageants en plein combat. A réserver aux fans donc, mais on sait qu’ils sont nombreux !



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!