Review

Dire que Rodea : The Sky Soldier était un titre très attendu ici à la rédac est un euphémisme. C’est bien simple : quand on a su que Yuji Naka, le papa de Sonic et du cultissime Nights (sans doute l’un des meilleurs jeux de feue la SEGA Saturn) était aux commandes du titre sur Wii, tout le monde s’est battu pour réserver le test. Et puis le projet a été annulé… C’est donc quasiment noyés dans les larmes que nous avons entrevu un frêle espoir avec le rachat du soft par Kadokawa Games et NIS pour le porter, bon gré, mal gré, sur Wii U et 3DS. La ferveur nous a de nouveau étreint et on se voyait déjà fendant le ciel en toute liberté avec notre gentil Rodea, dans un univers ô combien onirique ! Seulement voilà, les seules choses fendues et pas qu’un peu… ce furent nos rêves !

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 01/20

On a vraiment hésité entre un zéero ou une note de présence, et puis on a opté pour cette dernière histoire de souligner que le design artistique du jeu est vraiment enchanteur… mais seulement sur les artworts et dans les cut-scenes. Pour le reste, il n’y a strictement rien à sauver dans ce Rodea qui ne représente pas même une ébauche de prototype 3D pour un futur jeu. Modélisation des décors et des personnages simpliste et tout bonnement horrible, bugs à outrance, ralentissements inadmissibles, aliasing vrillant la rétine, caméra bipolaire et effet crayonné totalement bizarroïde font de ce Rodea l’un des jeux les moins finis qu’il m’ait été donné de voir… à moins que ce soit l’un des moins « commencés » tout court. Même sur Wii, le support prévu à la base, ce titre n’aurait pas eu sa place, alors sur Wii U…

Gameplay/Scénario: 10/20

Le scénario est agréable à suivre mais sans réelle surprise. Vous n’aurez aucun impact réel sur le déroulement de l’histoire gentillette qui vous sera narrée au travers de nombreuses fautes de traduction. Le gameplay, quant à lui, est rédhibitoire au départ puisque vous ne contrôlez pas le corps de Rodea dans les airs mais bel et bien un réticule de visée qui cible sa destination. Assez déstabilisant au départ, le tout se révèle parfois intéressant (notamment avec les sprints automatisés des étoiles qui rappelle les anneaux de Sonic) mais trop rarement jouissif, vous cantonnant le plus souvent à la frustration lorsque vous ne pourrez cibler tel ou tel élément du décor sans vraie raison… ou que vous tomberez dans la vide à cause de cette satanée jauge de vol ! Le pire reste sans nul doute les combats, qui tentent de mixer l’auto-lock d’un Sonic virtuel avec la mollesse d’un hérisson écrasé bien réel, le tout au travers d’une vue à la troisième personne qui choisit souvent de se placer au seul endroit où vous êtes sûr de ne plus voir votre opposant. Seule alternative, un mode « mitrailleuse » qui se la joue TPS du pauvre en manque de munitions. Dommage car sur le papier, les idées de Yuji Naka avaient un sens et auraient pu donner un sacré bon moment de jouabilité en toute liberté. On sent d’ailleurs la patte nipponne du génie dans divers mécanismes de jeu comme la récolte d’objets bien cachés (émeraudes, médaille, items de craft, …) au sein de niveaux dont le level design pousse à l’exploration, ou encore via la jauge de fury, les notes de fin de stage et les défis pour débloquer du contenu qui boostera les capacités de votre héros, lui permettant… d’explorer encore plus justement !

Bande-Son: 13/20

Les musiques sont tout ce qu’il y a à retenir de ce Rodea. Elles sont agréables sans être inoubliables (même si leur boucle est trop courte pour ne pas devenir répétitive au final), ce qui n’est déjà pas si mal, à l’inverse des doublages anglais pas trop dans le ton et des bruitages qui ramènent tout de suite vers une autre ère du jeu vidéo en pompant allègrement dans les banques de sons d’un Sonic ou d’un Nights. Pour tout dire, même les voix japonaises semblent à la peine dans ce projet…

Durée de vie: 07/20

Si vous tenez le coup, comptez une petite dizaine d’heures pour voir la fin du soft, et le double si vous voulez tout débloquer en explorant à fond chaque niveau. Le souci, c’est qu’humainement personne ne peut endurer un tel supplice de réalisation. Les bugs à outrance, les ralentissements à foison et les combats complètement bancals auront tôt fait d’annihiler votre capital patience, croyez-nous ! Et ce n’est certainement le jeu original sur Wii, présent dans l’édition Day One Wii U et qui n’offre qu’un mode de course en multi supplémentaire, qui vous poussera à continuer l’aventure !

Note Globale N-Gamz.com: 07/20

Rodea : The Sky Soldier avait tout pour être un grand jeu, au même titre qu’un Nights de SEGA ! Yuji Naka partait sur d’excellentes idées et proposait un trip rafraichissant dans un univers aérien enchanteur où la liberté de déplacement et l’exploration étaient les maître-mots. Hélas, il a croisé la route de Kadokawa Games, studio dont les productions n’ont jamais dépassé le stade du « passable ». Et c’est le drame, tout simplement. Avec sa réalisation tout bonnement horrible, bardée de bugs et de ralentissements, et son gameplay qui souffre d’énormes tares, le titre est indigne de la Wii U, et même de la Wii sur laquelle il était originellement prévu. Il n’y a quasiment rien à sauver hormis un design artistique sympathique durant les cut-scenes, la possibilité de faire évoluer votre héros pour augmenter ses capacités d’exploration et une histoire qui se laisse suivre. Bref, Rodea est à éviter absolument et ternit le génie du papa de Sonic et de Nights. Vous voilà prévenu!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy VII, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen comme Ruroni Kenshin, Ga-Rei, Asebi et autres, mais j'apprécie aussi les seinen, Sprite en tête. Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!