Review

Capcom semble avoir compris à quel point la Nintendo Switch était la machine idéale pour recycler ses ancienne licences et a décidé de nous livrer une sacrée trilogie avec les trois Resident Evil sortis spécialement sur Gamecube! Au menu donc: le Rebirth de 2002, alias l’incroyable remake de l’opus originel de 1996 sur PS1, mais aussi le Zéro de 2003 et enfin celui qui a fait entrer la saga de plein pied dans le monde de la 3D en 2005, j’ai nommé Resident Evil 4! Vendus 29,99€ chacun, ce qui n’est pas rien, ces trois monuments du jeu d’horreur ont-ils bien vieillis et méritent-ils toujours autant notre attention? La réponse dans notre vidéo-test complet!

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 16,5/20 (18,5/20 pour le Rebirth, 16/20 pour le Zéro et 14/20 pour le 4)

Si le Rebirth n’a pas pris une ride et que l’écran de la Switch le rend encore plus beau qu’à l’accoutumée grâce à une direction artistique maîtrisée, un modélisation des personnages de haute volée, une gestion des effets de lumière flippante à souhait et des angles de caméra toujours choisis avec soin, le Zéro manque sans doute un peu de charisme au niveau de son binôme de héros mais aussi des environnements traversés. On pestera aussi contre des loadings bien plus longs qu’escomptés entre chaque zone. Par contre, semi-déception pour Resident Evil 4 dont la remasterisation HD aurait dû être plus travaillée. Comme quoi, la Full 3D de 2005… ça vieillit mal.

Gameplay/Scénario: 15/20 (18/20 pour le Rebirth, 14,5/20 pour le Zéro et 12/20 pour le 4)

Alors là on souffle un peu le chaud et le froid. Ainsi, le Rebirth offre un joli cliffhanger scénaristique, une ambiance sombre et oppressante maîtrisée et un gameplay qui a été repensé pour coller aux standards actuels, tout comme un level design totalement retravaillé pour devenir bien plus diabolique qu’avant. Le Zéro, quant à lui, tente de se rendre original par un système de double inventaire qui omet totalement les mythiques coffres et auquel il faudra vraiment adhérer pour éviter d’horribles allers retours cassant le rythme de l’action. De même, niveau scénario, on a toujours du mal de voir une Rebecca Chambers badass dans cette préquelle alors qu’on la découvre toute ingénue dans le Rebirth. Mais le plus frustrant reste sans doute le 4, qui vous colle une fille du président parfois bien « boulet » entre les pattes et aurait dû être impérativement remodelé sur le plan de sa jouabilité plutôt que de rester ancré en 2005 avec ses contrôles rigides et ses angles de vue et possibilités de mouvements trop limités.

Bande-Son: 19/20

Rien à redire à ce niveau, les musiques anxiogènes de la saga sont cultissimes et jouent pour beaucoup dans la peur ressentie face aux hordes de zombies que l’on affronte, tandis que les bruitages sont glauques à souhait et que les doublages anglais STFR sont d’excellente facture. Un vrai bonheur auditif, surtout si on joue au casque!

Durée de vie: 17/20

Chaque opus vous donnera une dizaine d’heures de jeu pour un premier parcours, et propose une bonne replay value avec un New Game + et des skins optionnelles à récupérer, tout comme de nombreux bonus.

Note Globale N-Gamz.com: 18/20 pour Rebirth, 16/20 pour Zéro et 15,5/20 pour le 4

Soyons francs, autant Resident Evil Rebirth que Zero ou 4 représentent trois titres d’exceptions, c’est un fait, mais si le premier envoie toujours autant du lourd en termes de plaisir de jeu et de graphismes, RE 4 et sa 3D ont sacrément mal vieilli et auraient mérité des contrôles et des textures retravaillés. Quant au Zéro, il faudra adhérer à sa gestion d’inventaire par binôme pour vraiment y accrocher, ce qui est notre cas! Dommage cependant que le prix soit un peu trop violent pour acquérir les 3 d’un coup, aussi vous conseillera-t-on surtout le Rebirth, clairement le plus impressionnant, immersif et flippant du lot!



About the Author

Avatar
Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!