Review

Depuis 7 ans environ, Konami n’a cessé de s’enfoncer bon gré mal gré dans les bas fonds du football numérique, en proposant chaque année un nouvel opus de sa licence phare du ballon rond, PES, qui ne changeait jamais la donne face à la rude concurrence offerte par le FIFA d’Electronic Arts. Pour tout dire, la licence était devenue tellement fade que nous en avions presque oublié son existence malgré un opus 2014 à base de Fox Engine qui semblait un peu redresser la barre. Du coup, en recevant PES 2015 à la rédac’, les plus novices d’entre nous se sont dit: « c’est quoi ce jeu ? « … et pourtant, quelle ne fut pas leur surprise une fois le soft lancé!

La fin d’une (mauvaise) ère ?

Des menus retravaillés pour des modes de jeu passionnants

Commençons rapidement par un retour en 2013, l’année critique pour les fans où, après s’être clairement rendu compte qu’il avait raté le coche de la Current-Gen, Konami décide de ne pas sortir PES 2014 sur nouvelle génération, contre toute attente. Pour de nombreuses personnes, cela annonçait une fin indiscutable de la licence … Que nenni! Le développeur a profité de ce tour de chauffe avec le tout nouveau tout beau Fox Engine pour développer un véritable titre Next-Gen en la personne de PES 2015, et à voir le résultat, nous pouvons affirmer que ce pari risqué était le bon! Trêve de suspense, rentrons directement dans le vif du sujet et lançons le coup d’envoi du test de ce nouvel opus!

Tacle glissé à la concurrence

2015 est indéniablement l’année du renouveau pour Konami! En effet, PES 2015 annonce une rupture définitive avec le « football arcade » pour passer sur une véritable simulation de ballon rond. Ainsi, d’entrée de jeu, on constate que les joueurs sont plus « lourds », le rythme de jeu est beaucoup plus lent, propice pour une construction précise et stratégique. Clairement, dans ce nouvel opus, le développeur a voulu miser sur l’équipe dans son intégralité et non l’individualité, il vous sera donc impossible de franchir toute une ligne de défense telle une « fusée » pour atteindre la surface de réparation et marquer un but du bout du pied en fond de sprint.

Plus concrètement, il vous faudra passer beaucoup de temps à jongler entre le pressing coéquipier et le pressing du joueur, passer par votre milieu puis vos ailiers afin d’ouvrir le jeu, construire intelligemment une attaque, libérer vos défenseurs à temps pour ne pas créer de trou dans votre défense et empêcher les relances et les transmissions en milieu de terrain. PES évolue donc clairement vers une sensation de « collectif » qui procure, je ne vous le cache pas, une joie intense, tout autant que de réussir une glissade efficace, geste auquel vous ne vous risquerez que si vous êtes certain de votre timing tant il est devenu exigeant. En clair, pour ce nouvel opus, Konami a mis sur un piédestal l’équipe, envoyant de fait un majestueux tacle glissé (et propre) à FIFA 15 que d’aucuns trouvent à présent… trop arcade !

Un rythme de jeu plus lent et moins arcade qui donne d'excellentes sensations

Parlons maintenant des modes de jeu. Dans cet opus, vous pourrez évoluer dans le mode « Légende » où vous incarnerez un seul joueur à un poste précis, le but étant de devenir le meilleur et, accessoirement, la nouvelle star du ballon rond (à noter que les babes afférentes à ce statut ne sont pas livrées dans la boîte du jeu). Vient ensuite le mode « Ligue des Masters » qui vous permettre de jouer les différentes ligues avec votre équipe préférée. Le mode online, quant à lui, vous offrira de rencontrer des joueurs venus du monde entier, le tout avec quelques changements par rapport aux opus précédents puisqu’on peut y voir l’apparition de mesures « Anti-Triche », nouveau système de courtoisie pour réduire la triche en ligne, mais aussi un mode… 11 vs 11 ! C’est parti pour des matches multijoueurs à grande échelle, plus fluides et faciles à organiser. Enfin, ce PES 2015 annonce la venue d’un nouveau mode de jeu qui risque de faire beaucoup de bruit : MyClub, à savoir une Carrière en ligne directement inspiré de FIFA Ultimate Team ! On retrouve la même logique de jeu : construire une équipe en partant de zéro et aligner 11 joueurs dont l’entente technique et collective sera des plus importantes. Particulièrement complet et riche, ce mode deviendra rapidement celui qui sera le plus joué par la communauté PES, on vous le garantit ! D’ailleurs, chaque rencontre en ligne, même perdue, chaque action réalisée pour la première fois en match et j’en passe… vous fera gagner des points GP, qui vous serviront à recruter de nouveaux joueurs. Aucune excuse pour ne pas jouer, donc.

Que la lumiére soit …

Tournons-nous maintenant vers le côté technique de PES 2015, fort d’un moteur Fox Engine paré pour la Next-Gen (vous avez vu P.T. ou MGS Ground Zeroes ?!). Bref, on a droit à une gestion physique du ballon très impressionnante, une I.A. convaincante, exception faite de l’arbitrage un peu trop laxiste par moment, et surtout à des graphismes vraiment dignes de ce nom ! En effet, PES 2015 dispose désormais d’un large éventail de joueurs qui ressemblent et bougent vraiment comme leurs homologues dans la vie réelle. De quoi bluffer plus d’un gamer ! Le tout est rendu encore plus réaliste via des réactions aux actions et sanctions ingame comme les fautes, les buts, … Enfin, les jeux de lumière sont très immersifs, notamment lors d’un match nocturne se jouant à la seule lumière des projecteurs.

Techniquement, PES 2015 entre sans rougir dans l'ère Next-Gen

Niveau bande-son lors des menus, elle est juste « énorme » et, disons-le, plutôt variée. Vous retrouverez ainsi différents artistes comme : American Authors, Avicii feat. Aloe Blacc, Bastille, Bombay Bicycle Club, Calvin Harris feat. Ellie Goulding, Cold War Kids, Imagine Dragons, Linkin Park feat. Page Hamilton, Morning Parade, The Preatures et Wilkinson. Passons maintenant à l’ambiance ingame qui se révèle tout aussi réussie avec des supporters qui scandent le nom de leur équipe, des tambours à foison, des cris, etc… autant dire qu’il y a le feu dans les tribunes. Le spectacle auditif est aussi sur le terrain avec un toucher de balle réaliste et des contacts entre joueurs qui font parfois froid dans le dos, sans parler du bruit typique de la transversale qui annihilera tous vos espoirs de victoire. On s’y croit ! Par contre, gros bémol pour les commentateurs Grégoire Margotton et Darren Tulett qui sont franchement en retard par rapport à l’action…. Dommage !

Le roi est de retour!

2015 est sans conteste l’année du renouveau pour Konami et sa simulation de football. PES 2015 nous offre ainsi un style de jeu réaliste, une modélisation superbe, des effets de lumières somptueux et une foule réactive, mais plus que tout une intensité que l’on avait plus ressentie depuis les opus PS2! Cerise sur le gâteau, un nouveau mode MyClub vient apporter une sacrée touche de durée de vie au titre. Bref, avec son premier volet Next-Gen, Konami annonce que la licence n’est pas morte, loin de là! Le combat pour le titre de 2016 avec EA risque d’être passionnant à plus d’un titre!

La bande-annonce

Réalisation: 16/20

Enfin, Konami aura su nous apporter le changement graphique nécessaire pour que nous retrouvions des sensations visuelles devant un match de PES ! Le FOX Engine est taillé pour la Next-Gen et ça se sent. PES 2015 se veut plus réaliste, modélise bien mieux ses gestes techniques et propose une I.A. améliorée ainsi que des effets de lumière bluffants. On déplorera juste des temps de chargement un peu trop longs.

Gameplay/Scénario: 16/20

PES 2015 vous offrira de bonnes sensations ingame, avec un toucher de balle plus instinctif, un bon équilibre de jeu malgré des arbitres un peu trop laxistes et surtout une vraie stratégie à mettre en place pour gagner. Le mode MyClub, quant à lui, va clairement vous tenir en haleine de longues semaines et se veut être LA révélation de cet opus. Comme toujours, le vrai bémol du jeu viendra de son manque de licences officielles là où FIFA en aligne une pléthore.

Bande-Son: 18/20

Une bande-son variée dans les menus avec de la pop, de l’electro-lounge, du rock et j’en passe, une vraie partie de plaisir pour vos oreilles. Ingame, le constat est identique avec une ambiance ultra chaude dans les tribunes et sur le terrain malgré des commentaires toujours en retard d’une guerre.

Durée de vie: 17/20

Avec le mode de jeu MyClub directement inspiré du mode FIFA Ultimate Team, son mode online à 11 VS 11 et ses nombreuses coupes et ligues, la durée de vie de PES 2015 vous occupera sans soucis jusqu’à l’épisode suivant fin 2015, sans parler des nombreuses mises à jours promises par Konami !

Note Globale N-Gamz.com: 16/20

On a eu si peur pour PES, qui avait complètement raté son passage sur Current-Gen au bénéfice d’un Fifa surboosté… et pourtant force est de constater que le premier épisode Next-Gen de la franchise parvient à redresser la barre à toute allure pour nous offrir un spectacle incroyable, magnifié par un Fox Engine qui envoie du lourd et un gameplay calibré comme il faut. De quoi augurer du meilleur pour la confrontation prévue fin 2015 entre FIFA 16 et PES 2016! Bon sang que ça fait du bien d’avoir enfin une vraie concurrence dans le milieu du ballon rond numérique!


pub
pub

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux!



About the Author

Sruoma
Sruoma
Salut à tous, je me présente : Sruoma mais appelez-moi " Sruo "! Gamer depuis l'âge de 10 ans, j'ai fait mes premiers pas sur la NES avec des jeux comme : Castlevania, Simon Quest et l'excellent " The legend of Zelda "... 23 ans plus tard ma passion pour les jeux vidéo est encore plus forte! Ancien compétiteur amateur, créateur de vidéo sur le web, j'aime partager ma passion. J'ai également une admiration sans faille pour les films de gangsters avec une place énorme à l'excellent " Blood in Blood out " ( en français : " Les Princes de la Ville ").