Review

Les déclinaisons des licences cinématographiques se suivent et se ressemblent décidément beaucoup chez LEGO (Le Seigneur des Anneaux, Le Hobbit, Star Wars, Harry Potter). Ainsi, en même temps que l’arrivée sur grand écran du dernier long métrage estampillé Jurassic Park, la firme propose sa version vidéoludique de Jurassic World, basée sur l’ensemble des films de la saga. C’est un véritable plaisir de revivre les scènes cultes adaptées à la sauce LEGO « dont vous êtes le héros ». Néanmoins cela reste un jeu à base de petites briques jaunes, et en général on leur reproche beaucoup l’aspect répétitif et le manque de fidélité. Jurassic World est-elle la série qui tire son épingle du jeu dans la collection des titres made in TT Games?

Les dinosaures en petites briques

Revivez les meilleurs instants de la quadrilogie… en LEGO!

C’était il y a 22 ans. Jurassic Park débarquait sur grand écran et les fans de dinosaures s’emparait d’une saga à succès. Quatre films dans lesquels les aventures haletantes de personnages attachants ont fait vibrer le public au rythme des rugissements des gros reptiles. De son côté, LEGO se décline sous toutes les licences, de Marvel à Harry Potter en passant par Star Wars ou Pirates des Caraïbes. Autant d’adaptations vidéoludiques avec des univers transformés en petites briques mais pas forcément toujours fidèles aux œuvres originales.

Cette fois, c’est donc la licence Jurassic Park qui se voit transformer en LEGO. Le jeu reprend l’histoire des quatre films, du tout premier Jurassic Park sorti sur les écrans il y a 22 ans au dernier Jurassic World que l’on peut voir actuellement dans toutes les bonnes salles obscures. Ceci dit, c’est quand même largement ce quatrième opus qui est mis en avant dans cette adaptation vidéoludique. L’aventure prend donc place sur les deux îles Isla Nublar et Isla Sorna et vous envoie jusqu’à San Diego. Et naturellement, il faudra faire face aux dinos de tout poil.

Tout simplement LEGO

Isla Nublar servira de Hub Central pour accéder à Jurassic Park et Jurassic World

Comme à l’accoutumée, il faudra suivre le jeu étape par étape en mode « Histoire » pour débloquer l’ensemble des personnages et se permettre de refaire le scénario en entier à la fin. En revanche, il est possible, dès le départ, de débuter soit par le Jurassic Park de 1993, soit par le tout récent Jurassic World. Pour Le Monde Perdu et Jurassic Park III, il faudra néanmoins terminer l’épisode précédent au préalable.

Heureusement, les chapitres s’enchaînent plutôt rapidement, à raison de cinq niveaux par film. Comme d’habitude, le mode Jeu Libre permet de revenir à sa guise sur des lieux déjà visités afin d’améliorer son score ou récupérer des items laissés volontairement ou non sur place, selon que l’on ait débloqué les personnages adéquats. Ici, c’est ainsi plus d’une centaine de protagonistes et de dinosaures que l’on peut obtenir, chacun possédant ses compétences propres.

La surprise des dinosaures

Et oui, vous avez bien lu. Il est possible de débloquer et d’incarner des dinosaures. Qu’il s’agisse du tricératops, du stégosaure, du vélociraptor, du t-rex ou des moins connus pachycéphalosaure et indominus rex, chacun de ces reptiles possède ses propres spécificités. Les uns pourront grimper ou charger, tandis que d’autres pourront flairer ou encore couper. Si leur maniabilité n’est pas toujours des plus optimales, on apprécie de pouvoir incarner les grosses bêbêtes du jurassique.

On retrouve le gameplay classique de la licence, mais la possibilité d'incarner des dinos est assez amusante

En dehors de cela, rien de bien nouveau dans cet opus LEGO.  Vous devez toujours relever les défis et les challenges dans les deux îles en open-world et bien sûr, chaque objectif rempli vous permet de débloquer de nouveaux personnages, des véhicules et des briques bonus. Ces fameuses briques ont toujours les mêmes propriétés, celles de vous permettre d’aimanter les pièces pour les amasser plus facilement, de construire plus vite ou d’être invincible. Une recette largement connue mais qui fonctionne toujours.

Pour le fan-service

Graphiquement, on reste sur le même moteur que les précédents opus, ce qui empêche forcément le jeu d’atteindre la technique quasi-parfaite des jeux actuels. En revanche, l’univers LEGO est toujours appréciable à l’œil et encore plus dans cette aventure qui oscille entre le jurassique et le moderne. On reprochera néanmoins quelques bugs, pourtant déjà soulignés dans les précédents opus LEGO et pour lesquels on se demande encore pourquoi TT Games n’essaie pas de faire quelque chose. On regrettera en particulier certains bugs de personnages tellement importants qu’il faille relancer sa console.

Graphiquement, le moteur de jeu est en deçà des capacités Next-Gen… et comporte des bugs très gênants

Ici c’est avant tout un jeu dédié aux fans auquel on a à faire, qu’il s’agisse des aficionados de la saga cinématographique ou des jeux LEGO. Les meilleures séquences des films sont reprises, auxquelles sont ajoutées les pointes d’humour nécessaires, mais en dehors de tout ça, rien n’est trop perfectionné. La musique d’ambiance est répétitive et on déplorera l’absence de certaines voix officielles qui manquent vraiment à l’opus joué.

Une bonne licence en LEGO ?

Si le gameplay n’a rien de novateur hormis la possibilité d’incarner des dinosaures possédant chacun leurs propres compétences, l’univers LEGO s’adapte parfaitement à celui de Jurassic Park. On apprécie de pouvoir découvrir la saga cinématographique avec un nouvel œil et non sans omettre la pointe d’humour habituelle dans les jeux typés « briques jaunes ». En revanche, si le gameplay fonctionne toujours aussi bien malgré qu’il n’ait rien de novateur, on déplorera que les bugs habituels n’aient pas été corrigés et que le moteur soit resté le même, laissant le jeu en deçà de ce que l’on peut obtenir graphiquement actuellement.

Le vidéo-test par Neoanderson

Réalisation: 13/20

Le moteur graphique de LEGO Jurassic World n’a subi aucune modification depuis la sortie des précédents opus LEGO. Le jeu est donc en deçà de ce qui se propose à l’heure actuelle et en particulier sur console next-gen, d’autant qu’il ne manque pas de bugs, dont de très importants, en particulier un bug de personnage qui oblige carrément à redémarrer la console.

Gameplay/Scénario: 17/20

Si le gameplay est  l’identique des précédents opus LEGO, l’univers des petites briques se marie divinement avec la saga Jurassic Park reprise ici depuis sa genèse en 1993 jusqu’au dernier Jurassic World sorti sur grand écran tout récemment. C’est un bonheur d’incarner la centaine de personnages et de dinosaures croisés dans chacun des quatre films pour rejouer des scènes presque cultes dans une version LEGO.

Bande-Son: 12/20

Malheureusement les thèmes sont beaucoup trop répétitifs et assez peu passionnant. On aurait apprécié quelque chose de plus enjoué et de plus entraînant pour une aventure aussi palpitante qu’un retour de dinosaures. En outre, toutes les voix officielles ne sont pas présentes, ce qui est bien dommage car cela aurait permis un peu plus d’immersion dans la saga cinématographique.

Durée de vie: 15/20

Avec ses nombreux défis et challenges, LEGO Jurassic World permet de passer plusieurs heures en compagnie des dinosaures. On aurait préféré un jeu peut-être un peu plus difficile à résoudre afin de ne pas passer trop rapidement les cinq niveaux alloués à chacun des films mais l’objectif du 100% obligera à une rejouabilité inéluctable qui saura prolonger l’expérience de jeu.

Note Globale N-Gamz.com: 14,5/20

Sans surprise et dans la lignée des précédents opus LEGO, ce LEGO Jurassic World est avant tout dédié au service des fans qui seront ravis de retrouver l’univers des dinosaures de Spielberg dans leur version petites briques. Le gameplay n’a rien de novateur et le jeu n’est pas exempt de défauts mais il est très agréable de partir à l’aventure avec cette histoire basée en grande partie sur le dernier Jurassic World mais sans oublier les trois premiers films Jurassic Park. En bref, c’est avant tout quelques heures de jeu bien agréables qui vous sont promises si vous n’attendez rien de bien exceptionnel et que vous savez pardonner certaines erreurs dont des bugs plus qu’agaçants.



About the Author

CerberusXV3
CerberusXV3
Un smartphone greffé dans la main gauche, une manette dans la droite, polyvalente, rebelle, débrouillarde, un poil geeky, tatouée, piercée, pas fataliste mais réaliste, n’aime pas les préjugés, addict au café et à la junk-food, bref : comme tout le monde, mais en pire.