Review

Après 12 ans d’un développement chaotique au possible et d’une passation de pouvoir entre un Tetsuya Nomura parti sur le binôme Kingdom Hearts 3/Final Fantasy VII Remake et un Hajime Tabata qui a du quasiment recommencer tout le projet en 2013, Final Fantasy XV est enfin sorti en 2016… pour un résultat logiquement un peu bancal! Heureusement, le titre n’a eu de cesse de se mettre à jour à coups de pans scénaristiques entiers, et aujourd’hui débarque rien de moins qu’une Royal Edition comprenant, accrochez-vous: le jeu de base, le Season Pass contenant les DLC Prompto, Ignis, Gladiolus et Comrades, ainsi qu’un mystérieux « Royal Pack », vendu 15€ en solo. Au programme de ce dernier: un bateau royal, une customisation de la Régalia Type D, un Arsenal Fantôme Suprême et, surtout, un chapitre XIV entièrement refait avec la possibilité de visiter Insomnia, d’y combattre Cerbère et trois nouveaux boss mais surtout… d’y revoir Lunafreya et toutes vos invocations dans une somptueuse cinématique! De quoi justifier l’achat?

Le Vidéo-Test par Neoanderson

Réalisation: 19/20

Déjà très beau à sa sortie sur PlayStation 4 et encore plus sur la Pro (on oublie la version Xbox One Fat… berk), Final Fantasy XV a depuis lors créé de nouvelles options d’affichage pour les consoles Mid-Gen, ce qui le rend notamment sublime sur One X. Mais il a aussi réduit ses loadings, amélioré son framerate et corrigé une foule de bugs pour nous arriver aujourd’hui dans une « copie au propre » vraiment flatteuse pour la rétine. Quand on voit un tel résultat visuel, quand on se prend la beauté violente d’une invocation en pleine figure ou que l’on admire la grâce quasi juvénile de la belle Lunafreya qui n’a d’yeux que pour son Prince (ok, ou que l’on bave devant les courbes de Cindy, ça va…), on se dit qu’il est dommage que Square Enix ait abandonné le Luminous Engine au profit de l’Unreal Engine 4 pour ses futurs jeux…

Gameplay/Scénario: 17/20

Si l’histoire de Final Fantasy XV a souffert de nombreuses coupes bien visibles à sa sortie en 2016, rendant la seconde partie du jeu terriblement frustrante et parfois incompréhensible, cette Royal Edition qui incorpore toutes les cut-scenes supplémentaires des diverses mises à jour gratuites, les trois DLCs scénarisés ainsi qu’un VRAI niveau final à Insomnia comble énormément de lacunes pour notre plus grand bonheur. Certes, il reste encore des zones d’ombre et quelques couacs, le plus violent étant sans doute l’attaque d’Altissia par Leviathan, mais au final on se retrouve devant un récit bien mieux construit et dont l’acte ultime prend enfin aux tripes grâce à une vraie montée en puissance de Noctis en tant que futur roi du Lucis. Niveau gameplay, on aime toujours autant le système de combat très dynamique, mais on aurait apprécié que les invocations puissent se balancer à la demande et pas de façon aléatoire. De même, le mode Vue à la Première Personne du Pack Royal ne sert véritablement pas à grand chose. Il n’empêche, Final Fantasy XV, c’est un grand RPG qui risque de vous happer rapidement par son univers, mais aussi par sa jouabilité qui a vraiment pris des risques par rapport à ses aînés.

Bande-Son: 19/20

Final Fantasy XV jouit d’une bande son de très grande qualité, avec des musiques orchestrales marquantes (notamment à Insomnia), des mélodies cultes issues des anciens Final Fantasy, des bruitages plus que convaincants et surtout un doublage français vraiment au top qui façonne petit à petit l’attachement que le joueur aura pour Noctis et son équipe.

Durée de vie: 18/20 (si vous n’avez jamais fini FFXV, sinon 10/20)

Si vous n’avez jamais touché à Final Fantasy XV ou n’avez jamais fini le soft et comptez le recommencer du début, préparez-vous à une bonne septantaine d’heures de jeu intense pour à peine 50 Euros, sans compter le mode multijoueurs Comrades qui s’avère étonnamment bon. Par contre, si vous avez déjà bouclé le titre et ses extensions du Season Pass, débourser 15€ pour un Royal Pack qui vous offre 3 à 4 heures de Ruines d’Insomnia maximum, une Arsenal Fantôme et un peu de pêche en bateau royal, c’est dispensable selon nous.

Note Globale N-Gamz: 18/20 (si vous n’avez jamais fini FFXV, 10/20 sinon)

Final Fantasy XV Royal Edition est tout simplement « LE » Final Fantasy XV que nous aurions tous du avoir en 2016, la version ultime et terminée d’un projet qui aura failli entraîner Square Enix dans la tourmente, mais qui se révèle à présent complètement sorti de sa chrysalide, pour un FF qui a eu le courage d’offrir une belle prise de risque. Assurément un grand RPG dans sa forme finale, avec un scénario enfin maîtrisé et une réalisation graphique qui a corrigé ses errances pour nous offrir un résultat toujours aussi bluffant (sur PS4 Pro et Xbox One X surtout), même autant de temps après sa sortie initiale. Un must have pour qui n’a jamais terminé le soft en 2016 ou n’aurait pas craqué pour les nombreux DLC depuis lors. Par contre, si vous avez déjà retourné le jeu et ses extensions dans tous les sens, même l’achat du simple Pack Royal se révèle dispensable à cause de son prix vraiment prohibitif. Attendez qu’il soit en solde, et profitez alors du nouveau chapitre XIV pour admirer l’une des plus belles cinématiques jamais conçues dans un Final Fantasy!



About the Author

Neoanderson
Hardcore gamer dans l'âme, la trentaine, Je suis le rédacteur en chef autant que le rédacteur de news de ce site. Amoureux des RPG nourri aux Final Fantasy, Chrono Trigger, Xenogears, et consorts, je suis également fan de survival/horror. Niveau japanim, je suis axé shonen/seinen tels que Ga-Rei, L'Ile de Hozuki, Orphen, Sprite, Asebi, ... Enfin, je suis un cinéphile averti, orienté science-fiction, fantastique et horreur, mes films cultes étant Star Wars, Matrix, Sucker Punch et Inception. N'hésitez pas à me suivre via mon Facebook (NeoAnderson N-Gamz), mon Twitter (@neo_ngamz) et mon Instagram (neoandersonngamz)!